Revue de presse au 24/10/2022

Local




Lutte des classes


National



Lutte des classes


« Comme de très nombreux collègues du GMR de l’ouest, il avait participé aux trois mois de grève pour gagner une revalorisation de 5% des salaires et une révision des reconnaissances de qualification. (…) Il avait été le premier à être convoqué au commissariat d’Angers le mercredi 7 septembre à la suite d’une action de grève le 2 juin. Comme d’autres collègues convoqués, Mathieu avait très mal vécu cette période de mépris, d’humiliation puis de répression en tout genre. »

« Le suicide de Mathieu Poli survient dans un contexte de répression anti-grève menée par le gouvernement à l’encontre des salariés de RTE, entreprise stratégique puisqu’elle est gestionnaire du réseau public de transport d’électricité haute tension en France. Une répression qui a récemment conduit à ce que quatre salariés de l’entreprise soient placés en garde à vue le 4 octobre dernier au siège de la DGSI à Levallois-Perret au nom de « la lutte contre le terrorisme » »






« Si les raffineurs ont ouvert une brèche pour un mouvement d’ensemble pour les salaires sans que celui-ci n’advienne, ils ont montré qu’une telle perspective impliquait de se doter d’un plan de bataille ou d’être préparé à intervenir de façon audacieuse dans les tournants de la situation. De ce point de vue, l’ensemble des bilans de la dernière séquence devront être tirés pour préparer les prochaines batailles, qui ne manqueront pas de prendre des tournures de plus en plus radicales au fur et à mesure que la situation ira en s’aggravant. »




Soutien à Jean-Pierre Mercier et bien sûr à tous les autres syndicalistes combatifs de la CGT historique PSA-Poissy en proie à la répression de leur propre bureaucratie syndicale. Comme en politique, dans les partis et mouvements et donc dans les syndicats : tout le pouvoir à la base !
Des mots forts à ce rassemblement, le 20 octobre 2022, devant le tribunal judiciaire où la Fédération de la Métallurgie CGT a assigné les militants pour les faire exclure.

#lutte #CGT #syndicats




L’intervention complète de Jean-Pierre Mercier
Pour en savoir plus





Grève, mode d’emploi

Que vous soyez dans le secteur public ou privé, découvrez comment vous mobiliser !





Politique





POURQUOI MÊME UN 49.3 NE NOUS SOULÈVE PLUS ?

Le 49.3, une arme du système pour maintenir leur système. Faire passer en force une loi de finance, nous nous doutons que cela signifie peu de choses pour certains d’entre nous.

On pourrait crier au loup.

On pourrait s’indigner de l’utilisation d’un outil créé par le système pour mener à bien leurs objectifs de destruction massive de notre dignité, à travers la mise en place de la privatisation de tout.

Car c’est bel et bien la destruction du système de santé public, de l’éducation nationale, du Pôle Emploi ( qu’il ne faut plus nommer ainsi puisque dans la novlangue macroniste, c’est prochainement France Travail qui en serait la nouvelle appellation) , bref des services publics dans leur totalité, qui est en cours.

On pourrait oui. Mais on ne le fera pas.

Non pas parce qu’il est devenu quotidien de contempler la banalisation des attaques sur nos désormais moribondes avancées sociales, mais parce que nous n’attendons rien des pouvoirs successifs depuis quelques décennies.

Nous savons qu’ils n’arrêteront pas tant qu’ils n’auront pas maté la contestation sociale, nous savons qu’ils ne cesseront pas tant qu’il y aura de l’argent à mettre dans leurs poches, et que la soif de la finance est inextinguible.

Faisant fi des avertissements de la rue de ces dernières années, se moquant de la colère qui gronde, se gaussant des alertes toujours plus alarmantes du climat en se foutant littéralement des avis scientifiques sur la question, ils continuent à dérouler leur programme de misère sociale.

Et à force de nous assommer, chaque fichu jour qui passe, avec leur vacuité mentale avide de fric, à coup d’économies, de plans sociaux, de compétitivité et de variables d’ajustement, nous finirons par devenir obtus, ne voulant plus rien entendre de leurs divagations capitalistes. Plus de compromis face à la compromission, ne les écoutons plus, ne les comprenons plus, ne les laissons plus faire.

Avec ou sans 49.3, il est urgent de refuser la banalisation de la misère, et d’aller chercher notre dignité par tous les moyens nécessaires.

Crédit photo : Boris Allin


🇫🇷 COALITION MACRON – LE PEN À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Ce lundi 17 octobre à l’Assemblée Nationale :

➡️ Le Rassemblement National a rejeté un amendement visant à rétablir l’ISF. L’extrême-droite confirme son soutien à la haute-bourgeoisie.

➡️ Après avoir voté contre le rétablissement de l’ISF, le RN a voté contre une taxe sur les jets privés et les yacht. En pleine crise climatique et sociale, il fallait oser.

➡️ Clou du spectacle, le RN a voté pour un crédit d’impôts pour les… propriétaires de châteaux ! Il faut dire de Marine le Pen est une héritière multimillionnaire, son père possède le château de Montretout.

➡️ Dimanche sur BFM TV, Macrine Le Pen a annoncé que le RN ne voterait pas la motion de censure si les macroniste utilisent le 49-3 pour passer en force le budget sans vote.

Le fascisme est l’assurance-vie du capitalisme en crise. Comme toujours, l’extrême droite est au service des riches et des puissants, elle est la pointe avancée de la bourgeoisie radicalisée.



Analyse


QUELLE DÉMOCRATIE INTERNE À LFI ?
Nous partageons ici cet intéressant article qui au delà du cas individuel d’Adrien #Quatennens soulève le problème de la démocratie interne à #LFI et de son manque de structuration.

Pour sortir de l’arbitraire dû en grande partie à la forme dite du « mouvement gazeux », il faudrait une nouvelle organisation qui ne serait pas trop rigide et permettrait les initiatives. Mais où les candidats et « cadres » seraient élus et révocables. Où remonterait au centre le travail et les idées des groupes d’action, pour sortir d’une verticalité où tout se décide en haut et redescend, de manière plus ou moins opaque… Une coordination des groupes d’actions ainsi que leur autonomie financière est nécessaire, mais aussi de la formation militante.

De plus, LFI souffre d’un manque d’implantation locale (certes en construction), c’est à dire d’être véritablement présents dans les luttes et en lien avec la vie locale : associations, syndicats, lieux autogérés etc. Également, l’organisation gazeuse peine à accueillir plus encore dans ses rangs des personnes issues des classes populaires pour une meilleure représentativité sociale, surtout aux postes de « cadres » et d’élus. Et ainsi que les gens reconnaissent une organisation à leur image, celle de la majorité de la population. Alors, les travailleur.e.s de seconde ligne notamment (métiers du lien, caristes et ouvriers de l’agro-alimentaire…) doivent être mis à l’honneur pour redonner une fierté d’appartenance de classe non contre plus pauvre que soi mais bien contre ceux d’en haut, les capitalistes qui se gavent indécemment. Les classes populaires (ouvriers et employés) doivent se sentir représentées et militer activement, être pleinement actrices de leur émancipation et non pas être seulement vues comme des victimes qu’il faudrait aider.

Des avancées en ce sens pourraient arriver prochainement…

Plus largement et stratégiquement, l’apport de François #Ruffin est intéressant : sur la question de comment parler aux classes populaires ? De quelle priorisation politique apporter pour que celles de certains territoires du Nord et de l’Est de la France ne se réfugient pas plus encore dans l’abstention ou le vote RN ? Mais, faute d’espace de délibération pour une ligne stratégique adoptée par les militants, les différentes orientations ne se confrontent que par médias interposés et ne sont pas sanctionnées démocratiquement… Affaire à suivre.

EXTRAIT DE L’ARTICLE QUI RÉSUME :

« Plus profondément, les errements de la FI dans sa communication renvoient à ses propres limites en tant qu’organisation démocratique. Il est spectaculaire de voir que les réactions des porte-paroles et dirigeant-e-s de la FI ne sont le produit d’aucune élaboration démocratique au sein même de l’organisation : les militant-e-s n’ont aucun mot à dire, ce qui suscite d’ailleurs une indignation légitime au sein des groupes d’action de l’UP ; au lieu de présenter une ligne politique claire en tant que parti, les dirigeant-e-s de la FI défendent chacun-e des positions plus ou moins différentes – et plus ou moins fautives. C’est encore une fois le manque de structuration interne qui affaiblit la FI (d’autant plus quand, en parallèle, elle se mélange à d’autres organisations comme EELV ou le PS dans le cadre de la NUPES, ce qui multiplie encore les voix discordantes) : un petit nombre de dirigeant-e-s décident entre eux d’un discours public plus ou moins bien défini, tandis que d’autres choisissent de tenir une autre position, légèrement ou largement différente. Jean-Luc Mélenchon apporte son soutien à A. Quatennens sans consulter personne, Sandrine Rousseau (EELV) dit le contraire de ce que dit Mélenchon, qui n’est pas non plus tout à fait la même chose que ce que disent respectivement François Ruffin ou encore Clémentine Autain, etc. Cette situation crée beaucoup de confusion, qu’aucun contrôle démocratique n’est susceptible de clarifier. La FI doit cesser de contourner les procédures démocratiques en son sein et aurait tout à gagner à faire de la politique en tant que parti plutôt qu’en tant qu’agglomération gazeuse de personnalités et de positionnements politiques plus ou moins homogènes. Il s’agit au contraire de se donner les structures d’un véritable parti démocratique, où la stratégie de l’organisation et la ligne défendue par ses porte-paroles serait débattue et décidée collectivement : c’est aujourd’hui la tâche politique principale de la FI que d’engager un tel processus démocratique de constitution d’une nouvelle organisation. »


Analyse


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s