Revue de presse au 28/02/2022

International


dernières nouvelles






RACISME PARTOUT 😥

La guerre en Ukraine fait fuire des centaines de milliers d’habitants. Parmi eux, quelques milliers de personnes noires (principalement originaires du Nigeria) se voient refuser de monter dans les trains bondés qui fuient les principales villes. Sur cette vidéo, c’est à la frontière entre la Pologne et L’Ukraine, censée être ouverte pour accueillir les réfugiés, que des étudiants noirs se font refuser le passage, et braquer des armes sur eux !

Source Nzekiev



AUTRE SON DE CLOCHE (nous ne sommes pas des agents de l’ennemi pour autant, SVP soyez indulgents !)

« Malgré la fin de la guerre froide et la disparition de la « menace soviétique », l’OTAN n’a cessé de s’étendre vers l’est, intégrant la République tchèque, la Hongrie et la Pologne en 1999, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie en 2004, l’Albanie et la Croatie en 2009, le Monténégro en 2017, ainsi que la Macédoine du Nord en 2020. »

« Aux inquiétudes des Russes concernant l’expansionnisme atlantique, l’OTAN répondait inlassablement qu’elle n’était qu’une « alliance défensive ». Il est permis d’en douter : le bombardement de la Yougoslavie (auquel la France a participé) durant 78 jours en 1999 était-il « défensif » ? L’opération militaire contre la Lybie en 2011 (dont la France était à l’initiative) était-elle « défensive » ? »

« « au cœur des manifestations de Maïdan se trouve la volonté de certains gouvernements occidentaux, en particulier les États-Unis, d’isoler la Russie en soutenant l’intégration des régions périphériques de l’ancienne Union soviétique au sein des institutions européennes et atlantiques – et la réaction de Moscou à ce qu’elle considère comme un empiètement sur sa sphère d’influence ».

C’est ainsi que les États-Unis ont activement financé et encouragé l’insurrection qui a abouti au renversement du président Viktor Ianoukovitch, n’hésitant pas pour ce faire à soutenir l’extrême-droite ukrainienne dont les membres ont joué un rôle décisif sur le terrain et assumé l’escalade militaire des affrontements. Les leaders de Svoboda – ancien Parti Social-National d’Ukraine arborant un dérivé de la Wolfsangel en guise de logo – ont ensuite obtenu des postes clés dans le premier gouvernement post-Maïdan, tandis que les nazis du « régiment Azov » (financé par l’oligarque milliardaire ukraino-chyprio-israélien Ihor Kolomoïsky) ont été incorporés dans l’armée régulière dès septembre 20142. »

« En reconnaissant l’indépendance des républiques populaires lundi dernier, la Russie prend acte de l’impasse dans laquelle se trouvaient les accords de Minsk, signés en 2015 : ceux-ci prévoyaient un cessez-le-feu, le retrait des troupes de la ligne de front et l’autonomie des deux régions du Donbass qui avaient proclamé leur indépendance. Jamais au cours des dernières années le gouvernement ukrainien, sous la pression du camp nationaliste et de ses parrains occidentaux, n’a montré une quelconque volonté de mettre en œuvre ces accords. »

« Les États-Unis, à travers l’instrumentalisation du conflit ukrainien, cherchent à faire obstacle au rapprochement entre la Russie et l’Union Européenne et à forcer le découplage de leurs économies. Il s’agit entre autres pour l’administration Biden de saboter le gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne (qui a importé en 2020 à elle seule 56,3 milliards de m3 de gaz russe, soit 55% de ses besoins en gaz) via un tube de 1230 kilomètres sous la mer Baltique. Et ainsi de re-subordonner l’Europe à ses intérêts en empêchant toute intégration économique avec la Russie (et par extension la Chine). Il semblerait que le plan américain ait porté ses fruits, l’Allemagne venant d’annoncer la suspension de la mise en service du nouveau gazoduc. »

« Enfin est-on à l’aube d’une reconfiguration d’ampleur des rapports de force à l’échelle mondiale, avec le rapprochement entre la Russie et la Chine – qui permettra sans doute d’amortir en partie la violence des sanctions occidentales et dont le Guardian a récemment parlé comme du « développement stratégique le plus important au niveau mondial depuis l’effondrement de l’URSS il y a 30 ans » – en parallèle du déclin relatif de l’hégémonie américaine ? »

« Un indice particulièrement terrifiant du degré d’intégration des éléments néo-nazis dans l’appareil d’État a été donné ce dimanche 27 février lorsque le compte twitter officiel de la garde nationale ukrainienne a publié une vidéo glorifiant le bataillon Azov dont on voyait un membre tremper ses munitions dans du lard à destination des unités tchétchènes de Kadyrov (combattant côté russe). »

« L’Allemagne a autorisé samedi la livraison à Kiev de 1400 lance-roquettes antichar, de 500 missiles sol-air Stinger et de neuf obusiers. Les Pays-Bas ont pour leur part annoncé la fourniture de 200 Stinger, la Belgique 2000 mitrailleuses, le Portugal des fusils, des munitions et des équipements, la République tchèque des mitrailleuses, des fusils de précisions, des munitions. La France vient d’annoncer la livraison de quantités « significatives » d’armements prélevés sur les stocks nationaux. »


Voici une liste d’articles de Le Monde Diplomatique en accès libre. C’est un peu pointu mais peut aider à comprendre la situation en Ukraine, bien mieux en tous cas qu’en regardant la télévision française où la géopolitique et l’actualité internationale ont déserté l’information, sauf en cas de crises aiguës. Mais nombre de chaînes n’ont plus ou presque de correspondants internationaux…


Contexte énergétique

Sur le contexte géopolitique (articles disponibles aussi en audio)

« Au sortir de la guerre froide, les Russes voyaient leur avenir dans une Europe réconciliée et dotée de mécanismes de sécurité communs. En portant le glaive de l’Alliance atlantique jusqu’à leur porte, les Occidentaux ont pris le risque d’une réaction nationaliste. »



Sur les matières premières comme enjeu géopolitique

« ÉNERGIE, DENRÉES AGRICOLES, MINERAIS, L’UKRAINE REPRÉSENTE UNE MANNE SUBSTANTIELLE POUR LA RUSSIE QUI POURRAIT BIEN REBATTRE LES CARTES GÉOPOLITIQUES DU MONDE TEL QUE NOUS LE CONNAISSONS ACTUELLEMENT. »

La guerre en Ukraine vue sous le prisme des enjeux économiques : excellent article avec de nombreuses données sur les matières premières russes et ukrainiennes, comme souvent, au centre des enjeux géopolitiques, ici en Europe mais aussi dans le monde. Car par delà les discours il ne faut pas oublier qu’il y a une réalité matérielle, économique, très concrète, au cœur des intérêts des États-nations et des impérialismes.
Et de leur côté, les américains aimeraient refourguer en Europe leurs surplus de gaz de schiste…
AUTRES EXTRAITS DANS L’ORDRE DE L’ARTICLE :

« a guerre menée par la Russie en Ukraine a déjà des effets très concrets sur notre économie. Le prix des matières premières s’affole, le gaz, le pétrole (le prix du baril a dépassé 100 dollars pour la première fois depuis 2014), le blé (344 euros la tonne jeudi à la mi-journée), le maïs (304 euros la tonne) ou encore le colza (780 euros la tonne) ont atteint des pics inédits. »

« Depuis 2018, la Russie est le premier pays exportateur de blé, et l’Ukraine, en cinquième position, assure 12% de l’exportation mondiale de cette céréale. »

« Pour Sébastien Abis, chercheur à l’Iris et directeur du club Demeter spécialiste du monde agricole, Vladimir Poutine cherche à étendre son pouvoir en transformant le blé comme une arme d’influence géopolitique. La Russie pourrait représenter un tiers des exportations mondiales si elle mettait la main sur les régions productrices ukrainiennes. »

« Pour la France, elle-même exportatrice de blé, le risque de rupture d’approvisionnement est faible, voire nul. Mais cette envolée des prix du blé pourrait avoir des répercussions sur le coût de l’alimentation des animaux d’élevage, qui en est composée. Point d’inquiétude majeur pour l’Hexagone : le marché des huiles de tournesol, que nous importons à plus de 50% d’Ukraine, le premier producteur mondial. L’Ukraine produit en effet 1 graine de tournesol sur 3 dans le monde. Cette huile sert pour l’alimentation, mais également pour la production de biocarburants. »

«Autre impact sur les marchés : l’accès aux engrais azotés, dont le coût a triplé à cause de la fulgurante augmentation du prix du gaz, ce dernier étant l’ingrédient indispensable à l’ammoniac à partir duquel sont fabriqués les engrais azotés. La France est le premier consommateur de ce type d’engrais au sein de l’UE. Or, toute augmentation du prix des engrais a un impact direct sur le coût de production des céréales. »

« [La Russie] fournit désormais 48,4% du gaz consommé en Europe, ce qui représente un volume de 200 milliards de m3 de gaz à l’année. »

« la France dépend principalement de la Norvège pour son approvisionnement en gaz, mais reste tributaire des cours des prix du marché. »

« Si la Russie décidait véritablement d’annexer l’Ukraine entière, sa capacité de producteur gazier en serait immédiatement renforcée. L’Ukraine est la 3ème réserve européenne de gaz de schiste (22 milliards de mètres cubes), soit la 13ème réserve mondiale, et dispose du 2ème plus grand réseau de gazoducs d’Europe et du 4ème au monde (142,5 milliards de mètres cubes de capacité de débit de gaz dans l’UE). »

« Les exportations de gaz vers l’Europe représentent actuellement 15% du PIB de la Russie, c’est pour cela que cette dernière s’est tournée vers les marchés émergents : le Brésil, l’Inde et surtout la Chine. Le 4 février dernier, Poutine a signé un accord avec Xi Jinping pour la livraison de 10 milliards de m3 supplémentaires de gaz russe par an, renforçant la coopération entre les deux puissances.

Entre les deux pays, le tournant stratégique remonte à 2014, deux mois à peine après l’annexion de la Crimée, où avait été conclu un accord gazier historique de 400 milliards de dollars sur une durée de 30 ans. Depuis un premier gazoduc a été construit, nommé « Force de Sibérie », il a été inauguré en 2019. »

« L’Ukraine dispose de ressources stratégiques : c’est la 1ère réserve européenne de minerais d’uranium ; 2e réserve européenne de minerais de titane – soit la10e réserve mondiale ; 2e réserve mondiale de minerais de manganèse (2,3 milliards de tonnes, soit 12% des réserves mondiales) ; 2e réserve mondiale de minerais de fer (30 milliards de tonnes) ; et 2e réserve européenne de minerais de mercure. »


« Plus de 43 % du gaz importé dans l’Union européenne provenait de Russie en 2020. »

«Une série d’Etats s’approvisionnent pour plus de la moitié de leurs importations auprès de la Russie, à l’image de la Bulgarie (75 %) et de l’Allemagne (66 %). Cette dernière est aussi la première importatrice de l’Union européenne. Elle importait plus de 50 milliards de mètres cubes de gaz naturel en 2020, ce qui représentait un tiers des importations de l’UE depuis la Russie la même année.»

« De son côté, la France a un approvisionnement plus diversifié que sa voisine allemande. Elle se fournit essentiellement auprès de la Norvège en 2020 (36 %). La Russie arrive en seconde position, représentant 17 % des importations de l’Hexagone en gaz naturel, devant l’Algérie (8 %). »

« Après la Russie (44 % des importations européennes), la Norvège (20 %) et l’Algérie (12 %) étaient les deux principaux exportateurs de gaz naturel vers l’UE en 2020. Venaient ensuite le Royaume-Uni (6 %), les Etats-Unis (5 %) et le Qatar (5 %). »


La vidéo en question

👉 La guerre du capitalisme.

L’Ukraine, c’est:

🥇 1ère réserve européenne de minerais d’uranium ;

🥈 2e réserve européenne de minerais de titane – 10e réserve mondiale ;

🥈 2e réserve mondiale de minerais de manganèse (2,3 milliards de tonnes, soit 12% des réserves mondiales) ;

🥈 2e réserve mondiale de minerais de fer (30 milliards de tonnes) ;

🥈 2e réserve européenne de minerais de mercure ;

🥉 3e réserve européenne de gaz de schiste (22 milliards de mètres cubes) – 13e réserve mondiale

📌 4e place mondiale en valeur totale des ressources naturelles

📌 7e réserve mondiale de charbon (33,9 milliards de tonnes)

❗️ 🇺🇦 L’Ukraine est un pays agricole – elle peut répondre aux besoins alimentaires de 600 millions de personnes :

🥇 La plus grande superficie de terres arables d’Europe ;

🥉 3e plus grande superficie de terre noire (tchornozem) dans le monde (25% du volume mondial) ;

🥇 1er exportateur mondial de tournesol et d’huile de tournesol ;

🥈 2e producteur mondial d’orge – 4ème exportateur mondial ;

🥉 3e producteur mondial de maïs – 4e exportateur mondial ;

– 4e producteur mondial de pommes de terre ;

– 5e producteur mondial de seigle ;

– 5e place mondiale en production apicole – miel, cire, gelée royale, pollen, propolis, venin d’abeille (75 000 tonnes) ;

– 8e exportateur mondial de blé ;

– 9e producteur mondial d’œufs de poule ;

– 16e exportateur mondial de fromages

🇺🇦 L’Ukraine est un pays industrialisé :

🥇 1er producteur européen d’ammoniac ;

🥈 2е plus grand réseau de gazoducs d’Europe et 4e mondial (142,5 milliards de mètres cubes de capacité de débit de gaz dans l’UE) ;

🥉 3e plus grand parc nucléaire européen – 8e mondial ;

🥉 3e plus long réseau ferroviaire d’Europe – 11e mondial (21 700 km) ;

🥉 3e producteur mondial de localisateurs et d’équipements de localisation (après les États-Unis et la France) ;

🥉 3e exportateur mondial de fer ;

💥 4e exportateur mondial de turbines pour centrales nucléaires ;

💥 4e fabricant mondial de lance-roquettes ;

💥 4e exportateur mondial d’argile ;

💥 4e exportateur mondial de titane ;

💥 8ème exportateur mondial de minerais et concentrés métallurgiques ;

💥 9e exportateur mondial dans l’industrie de l’armement ;

💥 10e producteur mondial d’acier (32,4 millions de tonnes).


« Bien plus que l’union continentale de l’Europe et de l’Asie, l’Eurasie constitue la représentation d’un espace éminemment politique et culturel. Développé dans les années 1920 par des penseurs russes en exil, l’eurasisme est tout d’abord un concept théorique à portée impérialiste, visant à regrouper les territoires du Caucase (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan), d’Europe orientale (Ukraine, Moldavie, Biélorussie) et d’Asie centrale, sans oublier bien sûr la Russie. Cet ensemble territorial, prétendument uni par d’importants liens culturels, correspond de fait plus ou moins à celui de l’empire russe ou de l’Union soviétique. »

« L’annexion-restitution de la péninsule de Crimée en 2014, la guerre dans le Donbass, le refroidissement sans précédent des relations avec l’Union européenne et les États-Unis, l’année 2014 marque un véritable tournant à de nombreux égards en ce qui concerne la géopolitique russe. Mais cette année est aussi celle de la signature d’un traité ô combien important pour que le Kremlin puisse garder la main sur la région, celui d’Astana. Signé par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie le 29 mai, il institue l’Union économique eurasiatique (UEE). Cette nouvelle institution reflète le pragmatisme russe sur la question de l’intégration régionale puisque celle-ci s’inspire grandement du modèle de la CEE et a vocation à être le pendant économique et commercial de l’OTSC. Mais par-dessus tout, ce projet institutionnel est « l’aboutissement d’une politique de pression sur les pays voisins et de manipulation des “conflits gelés” »[5] qui s’inscrit dans un certain revanchisme propre à la politique poutinienne de puissance. En octobre 2014, l’Arménie quitte subitement le partenariat oriental de l’UE pour rejoindre l’UEE sous la pression de Moscou. En 2015, c’est au tour du Kirghizstan de rejoindre l’union économique. À ce jour, au grand dam des autorités russes, l’adhésion du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan[6] reste prospective. »

« En termes militaires, au-delà de la coopération passant l’OTSC, la Russie possède plusieurs bases militaires au Kirghizstan et au Tadjikistan, maintenant deux unités en permanence au Kirghizstan. Un support matériel conséquent a de plus été envoyé en 2005 et en 2010 pour stabiliser et consolider l’armée kirghize, ainsi qu’un million de dollars d’équipement militaire en 2013. »

« la population russe connaît une baisse démographique importante (-12 700 000 entre 1992 et 2010) »


Comment la Russie se prémunit de sanctions

Extraits de Le conflit ukrainien entre sanctions et guerre, in. Le Monde Diplomatique, mars 2022

« Se sachant durablement exposée à un environnement de sanctions, la Russie a décidé de s’adapter, voire d’en tirer parti. En réponse aux restrictions relatives à son agression en Ukraine, Moscou a adopté un embargo sur les importations de produits agricoles en provenance de l’Union européenne, d’Amérique du Nord, d’Australie et de Norvège. L’effet protectionniste de ces mesures adonné un

coup d’accélérateur à sa production nationale. Les ventes agroalimentaires à l’étranger ont atteint un niveau record de 30 milliards de dollars en 2020, plus que le gaz naturel, faisant de la Russie

un pays exportateur net de produits agricoles, une première depuis la collectivisation soviétique (13).

Exacerbation des rapports de forces

« Dans le domaine financier,la Russie cherche à limiter sa dépendance au dollar et au système financier dominé par les États-Unis.Sa banque centrale a accumulé des réserves considérables (l’équivalent d’un tiers de son produit intérieur brut, PIB) pour décourager toute attaque contre sa monnaie. À partir de 2018, elle se débarrasse massivement des bons du Trésor américains –une première parmi les puissances émergentes –, qu’elle échange, pour partie, contre de la dette

souveraine chinoise (dont la Russie est devenue le principal acheteur étranger). De même,laRussie cherche à protéger son système bancaire d’une déstabilisation venue des Occidentaux.Moscou a lancé en 2015 sa propre messagerie financière (SPFS)ainsi qu’une carte bancaire nationale, Mir,qui permettrait d’assurer les transactions à l’intérieur du pays si les Occidentaux excluaient la Russie de

Swift. En 2021, 87 %de la population possède la carte Mir,qui assure cependant à peine un quart des transactions,puisque les classes moyennes continuent de préférer les cartes occidentales,utilisables à l’étranger (14).»

(13) David Teurtrie, Russie :le retour de la puissance, Armand Colin, Malakoff, 2021.

(14) Ibid.

« ni Pékin ni Moscou ne disposent de l’arme du dollar.La menace d’en interdire l’usage permet aux États-Unis d’imposer ses régimes de sanctions au monde entier,un pouvoir exorbitant auquel le duo russo-chinois tente de résister.Leurs règlements commerciaux bilatéraux en dollar américain sont ainsi tombés à46%en2020, contre 90 %en2015. Vingt-trois banques russes sont branchées sur le système de messagerie financière chinois (CIPS) (contre une seule banque chinoise sur le SPFS russe).Avec un trafic représentant seulement 0,3 % de celui de Swift, CIPS ne constitue cependant qu’un plan de secours, pas un concurrent sérieux de son homologue occidental. »


Pour en savoir plus sur SWIFT

« l’accès aux données SWIFT signifie premièrement, avoir la faculté de retracer les opérations financières à travers le monde, ensuite, pouvoir en identifier les auteurs et, enfin, pouvoir évincer du réseau certains États et/ou agents privés. »

« Quand les Européens privilégient, entre Alliés, le dialogue, la concertation et le recours aux institutions onusiennes et multilatérales, les États-Unis préfèrent régler unilatéralement les différends et recourir à la coercition »

« la Chine a commencé à promouvoir, en parallèle de sa politique d’accumulation d’or afin de rétablir un étalon à terme, le règlement des échanges bilatéraux en renminbi (RMB) avec quelques avancées dans les pays en voie de développement et un axe clef avec Moscou. »


« Poutine n’a pas été poussé à l’invasion par la menace occidentale ou par une minorité d’extrême droite, petite mais active, en Ukraine. Cependant, il faut clairement reconnaître que les actions occidentales ont contribué à préparer le terrain. Pas seulement parce que l’expansion de l’OTAN après 1991 a encerclé la Russie ou permis à ses militaristes de prétendre que les terres dévastées pendant la Seconde Guerre mondiale sont à nouveau menacées. Mais, plus encore, parce que la prétention de Poutine à défendre les minorités du Donbass s’inspire d’un manuel d’intervention « humanitaire » désormais bien rodé. »

« Ces dernières semaines, la rhétorique médiatico-politique des pays occidentaux a été fortement orientée vers la délégitimation de la gauche et des forces anti-guerre au niveau national. Cela témoigne également de son irréalité et de son impuissance face aux événements en Ukraine. Les experts libéraux parlent souvent des mercenaires de Poutine à l’extrême gauche et à l’extrême droite européennes ; pourtant, aucun parti socialiste n’est financé par des banquiers et des oligarques russes à la manière des Tories britanniques, du Rassemblement national de Marine Le Pen ou de la Lega italienne. La conduite erratique de Poutine les a sûrement embarrassés ; la gauche radicale ne l’a tout simplement jamais admiré. »

« nous appuyer sur certains principes de base : le rejet catégorique de l’utilisation de la force militaire ; le refus de justifier un ensemble d’actions guerrières en citant les crimes d’autres ; et, par-dessus tout, une défense de notre droit à parler sans crainte ou accusation de déloyauté. »


Point de vue

« Dans une situation extrêmement incertaine, qui nécessite une série d’éclairages variés, nous mettons à disposition en français cette prise de position de la revue LeftEast sur l’agression militaire russe en Ukraine. »

« Si nous n’oublions pas la responsabilité des États-Unis, de l’OTAN et de leurs alliés dans le déclenchement de cette guerre, l’agresseur évident dans la situation actuelle demeure l’élite politique et économique russe. »

« Dans l’esprit révolutionnaire, et en solidarité avec les peuples d’Ukraine, de Russie et de la région, nous disons « Non ! » à Moscou aujourd’hui et « Non ! » au faux choix entre Moscou et l’OTAN à l’avenir. Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et au retour à la table des négociations. Les intérêts du capital mondial et de son complexe militaire ne valent pas de verser une goutte de plus du sang des peuples. La paix, la terre et le pain ! »

« Contrairement à la glorification du gouvernement ukrainien, représenté comme pleinement démocratique, nous remettons en question le régime post-Maïdan, responsable d’une répression de la gauche et de l’opposition, de l’interdiction des principaux partis d’opposition et du blocage des médias d’opposition, ainsi que de politiques linguistiques discriminatoires sous-tendues par un refus de reconnaître et d’accepter la diversité politique, ethnique et culturelle de l’Ukraine. Nous condamnons également sa politique de sabotage des accords de Minsk au cours des sept dernières années. »

« Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes ! »

« Nous prenons comme guide l’exemple de la longue histoire d’internationalisme et de pacifisme de gauche. »



Médias en guerre

Immonde


Comment s’informer sur la guerre en cours


Courrier des lecteurs

Suite à notre relai de l’appel du CIAN29 à manifester à Brest

Un lecteur :

Faut pensé à la vie du peuple français,nous les gilets jaune on se préoccupe de la France. Gilet jaune du 22

Nous :

L’un n’est pas incompatible avec l’autre, n’est pas exclusif de l’autre. On peut penser aux deux peuples et exprimer notre solidarité. Pas de replis national ! Et c’est le moins que l’on puisse faire, ça n’est déjà pas grand chose, ce relai d’appel à manifester… Alors pourquoi le critiquer ? Et soit dit en passant, les situations de guerre, surtout si elles se déroulent en Europe risquent d’affecter aussi la France et donc sa population, essentiellement économiquement avec un risque de hausse des prix du gaz et du blé par exemple.


Écologie



Liberté d’expression


Quand la macronie se fait de plus en plus autoritaire.



Local


C’ÉTAIT CE SAMEDI 26 FÉVRIER À BREST : SOUTIEN AU PEUPLE UKRAINIEN !


C’ÉTAIT CE SAMEDI 26 FÉVRIER À BREST


L’argent ou la vie.
C’est à peu de choses près la simplification de l’arrété en préparation par le ministère de l’écologie concernant la réparation navale.
En effet, l’état est en train de mettre en place toutes les conditions pour la survenue prochaine de nouveaux accidents industriels. Dans la même ligné qu’AZF ou Lubrizol, peut être entendrons nous bientôt parler de Brest, Marseille ou Dunkerque.
La maintenance des méthaniers pourrait bientôt se faire sur des bateaux non »sécurisés », pouvant contenir du gaz liquéfié dans les soutes. Tout ceci au nom de la concurrence économique mondiale.
Préparez vous, il va y avoir des morts. Beyrouth et Brest, même combat (avec les cuves d’hydrocarbure du site Seveso à côté, les sillots de Colza de Bunge, et les escales techniques des SNLE pour grand carénage dans les formes de radoub de Laninon, l’effet domino est garanti)!
Ci joint l’article de l’association des Robin des Bois :

Belle action cette semaine des camarades de Saint Brieuc contre la corruption de l’état dans le domaine agricole.

Extinction Rébellion célèbre a sa manière un anniversaire !

Les premières marées vertes sont été signalées en Bretagne en 1971.

En 1972, a été inaugurée la préfecture des Côtes d’Armor telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Extinction Rébellion a célébré à sa manière ce cinquantenaire en parant la façade du bâtiment d’immenses banderoles** dénonçant la collusion entre les services de l’Etat et le lobby agricole qui a permis le développement continu des algues vertes : malgré les 6 plans d’actions régionaux nitrates et les 2 plans algues vertes successifs, 2021 marque une année noire sans précédent avec des plages fermées jusque dans l’hiver.

Cette action symbolique, menée pacifiquement, sans la moindre dégradation, a pourtant conduit ses six auteurs activistes à subir six heures de garde à vue au commissariat de St-Brieuc avant une prochaine convocation. Il n’échappe à personne qu’en revanche, lorsque les troupes de FDSEA commettent des violences et des dégradations spectaculaires (de bâtiments publics, de mobilier urbain, de supermarchés), leurs auteurs bénéficient d’une impunité notoire.

Ce deux poids-deux mesures flagrant est inadmissible. Halte Aux Marées Vertes se bat pour que les pouvoirs publics ne soient plus à la remorque des lobbys agri et agro industriels, pour que l’Etat donne aux agriculteurs un nouveau cap leur permettant de sortir de l’impasse mortifère où ils sont enfermés et qui les conduits et nous conduits dans le mur, qu’il s’agisse de leurs revenus, qu’il s’agisse du climat, de la biodiversité ou de la sécurité alimentaire. L’association exprime donc son soutien total à l’action salutaire et nécessaire des activistes d’Extinction Rébellion.

Le bureau de HAMV

https://www.halteauxmareesvertes.org

halteauxmareesvertes@laposte.net

HAMV – 16, rue de Georges Palante La Granville 22120 Hillion

Co-présidents

Annie Le Guilloux

09 64 12 77 33

07 82 41 99 60

Gilles Monsillon

06 73 68 86 33


🌊 CONTRE L’EXPLOITATION DES SOLS BRETONS : 1000 PERSONNES DANS UN VILLAGE DU FINISTÈRE

Le pays Bigouden, magnifique territoire au sud de la pointe bretonne. C’est de là bas que viennent les célèbres coiffes hautes portées jadis par les femmes, qui en on fait un symbole de la Bretagne. On y trouve le village de Tréguennec : quelques centaines d’habitants, et une zone naturelle protégée, bordées par des marais et des plages à l’eau limpide, avec une biodiversité singulière.

Sous le sol de Tréguennec, il y a aussi 66 000 tonnes de lithium. Un métal précieux qui sert à faire les batteries électriques. On en trouve désormais partout : téléphones portable, trottinettes électriques, voitures électriques… Et la demande est en constante augmentation. Le filon du pays Bigouden est connu depuis les années 1980 comme l’un des principaux gisements du monde. Mais il n’était pas exploité. Le minerai est désormais stratégique. La Bolivie exploite par exemple le lithium qui se trouve dans le désert de sel d’Uyuni, trésor naturel de la planète.

La ministre de la Transition écologique du gouvernement Macron lorgne désormais sur ces ressources. Barbara Pompili déclarait au journal économique Les Échos : «La France doit extraire du lithium sur son territoire. Soit on ne veut plus avoir de véhicules électriques, de trottinettes électriques, de téléphones portables… et on l’assume».

Ce samedi 26 février 2022, quasiment 1000 personnes se sont réunies à Tréguennec contre l’extraction de lithium et pour veiller sur la zone humide et protégée. Il s’agit d’une mobilisation préventive disent les participant-es, pour dissuader une éventuelle exploitation du filon. Un «rassemblement pour la biodiversité» explique le maire de la commune. «S’il y avait de l’or dans le sous-sol, ç’aurait été la même chose. À partir du moment où on décrète que c’est une zone protégée, on n’y touche pas», «ce n’est pas pensable de faire de l’extraction, même s’il y a beaucoup d’argent en jeu» expliquent des manifestant-es.

Le lithium, nécessaire aux batteries, est devenu un matériau très demandé. Rien que pour les batteries des voitures électriques et le stockage énergétique, l’Union Européenne aura besoin de 18 fois plus de lithium d’ici à 2030 et jusqu’à 60 fois plus d’ici à 2050.

La manifestation bigoudène s’est organisée en quelques jours seulement sur les réseaux sociaux et elle a réunit trois fois plus de personnes que d’habitant-es de la commune. Une mobilisation qui pourrait monter très fort en puissance en cas de menace réelle.



UN SCANDALEUX APPEL À LA DÉNONCIATION DE RÉFUGIÉS !
Mais on va où là ?!?… Vers un régime de la délation généralisée ? Faut-il croire que les idées d’extrême droite gangrènent petit à petit la société dans son ensemble ? Il ne faut en tous les cas pas s’y résoudre et rester passif, mais au contraire tout mettre en œuvre pour que ça ne se produise pas.


National



Gilets Jaunes



COMMUNIQUÉ DE L’ASSEMBLÉE RÉGIONALE GILETS JAUNES OCCITANIE QUI S’EST TENUE LES 29 ET 30 JANVIER 2022 DANS LE SUD-AVEYRON


Économie


« Preuve que l’impression de prospérité soudaine qu’essaie de véhiculer ce gouvernement n’est qu’illusion, ce halo autour du chômage lui n’a cessé de s’étendre depuis vingt ans, y compris sous le quinquennat de Macron.  Et ce n’est pas fini… Car on pourrait même dessiner un halo autour du halo si on y ajoutait le sous-emploi (des temps partiels contraints qui voudraient travailler plus), les salariés reconvertis dans un auto-entrepreneuriat plus ou moins précaire (plus que moins d’ailleurs), et tous ceux ayant renoncé à l’idée même d’exercer une activité tant ils estiment leurs chances trop faibles dans le contexte actuel, ce qui les sort de facto de la catégorie des actifs, la population de référence pour le calcul du taux d’emploi et du taux de chômage. Paradoxalement, quand le marché du travail se durcit trop et rejette massivement ceux qui s’y trouvent, ou que travailler coûte trop et rapporte trop peu (ce qui se vérifie de plus en plus douloureusement avec la flambée récente des prix de l’essence et de l’énergie alors que les salaires stagnent), beaucoup finissent par le déserter, le plus souvent pour se résoudre à la précarité. Les “bons” chiffres du chômage tels qu’ils sont relayés masquent toutes ces réalités. »

S’il y a création d’emploi, ils sont de plus en plus précaires :

« Certes, nous fabriquons de l’emploi, mais de l’emploi low cost pour les patrons »



Présidentielle 2022






Incroyable couverture de Challenges : quelle propagande !



Dans la même veine, encore un de ces « intellectuels organiques » de la bourgeoisie :


Mais aussi


Quelle hypocrisie ! #Roussel2022 #Roussel


CADET ROUSSEL PRIS LA MAIN DANS LE POT DE CONFITURE !

« À la suite de son interview sur Europe 1, lundi 21 février, au cours de laquelle Fabien Roussel a indiqué disposer des preuves de son travail parlementaire, nous avons proposé à son équipe de nous déplacer pour les consulter. Sans réponse à ce jour. »

AUTRES EXTRAITS DANS L’ORDRE DE L’ARTICLE :

« Face à ces dénégations, une source de notre enquête a autorisé Mediapart à diffuser l’enregistrement d’une conversation au cours de laquelle Jean-Jacques Candelier a lui-même reconnu que la situation de son ancien collaborateur était problématique. »

« Dans cette séquence, l’ancien député confirme que, « pour être honnête », la situation de Fabien Roussel à ses côtés n’était « pas trop nette ». « C’est pour ça qu’on a bien fait d’arrêter », ajoute le député. »

« Plus délicat encore pour le député comme pour le PCF, Jean-Jacques Candelier indique dans l’enregistrement avoir été sollicité, dès sa première élection à l’Assemblée en 2007, pour prendre en charge des salariés du parti sur son enveloppe parlementaire selon un découpage bien précis. « Quand je suis arrivé on me dit : un, un, un ! Un pour la fédé [la fédération du Nord – ndlr], un pour le central [l’échelon national – ndlr] et un pour toi [le député – ndlr]. » »

« l’enregistrement confirme que, payé comme attaché parlementaire, Fabien Roussel était en fait un permanent politique, au service du PCF et de sa fédération du Nord. »

« Sur un plan judiciaire, l’utilisation des enveloppes parlementaires pour rémunérer des permanent·es du parti est considérée comme du détournement de fonds publics par les juges qui enquêtent sur les affaires du Front national et du Modem. »

« Conséquence : soit les collaboratrices et collaborateurs en place ont dû fournir un travail démesuré pour rattraper le travail de leur collègue absent·e. Ou alors, le travail n’était tout simplement pas fait. Ce qui a contribué à affaiblir un peu plus le Parlement français, parmi les plus dévitalisés des démocraties occidentales. »


De l’incohérence en politique


DES POMMES POURRIES
Décidément, l’honnêteté n’est pas la qualité première à l’extrême droite  ! Après les adhérents fictifs de LR pour élire Pécresse à leur Primaire (des morts, le chien Douglas qui s’appellerait en fait Clovis, ça change tout ! Révélation de Nice Matin : https://www.nicematin.com/politique/clovis-le-chien-militant-qui-a-pris-sa-carte-dadherent-pour-voter-a-la-primaire-lr-a-nice-748475), les révélations sur les pratiques violentes et racistes des militants de Zemmour (Voir ici : https://youtu.be/SSvMU-30HLk), c’est au tour de Marine Le Pen de baigner dans des pratiques bien sales ! Mais elle n’en est pas à sa première magouille, loin de là. Il y a avait eu l’affaire des assistants parlementaires du Front national au Parlement européen.

Du même type que ce que Fabien Roussel a fait en France en occupant un emploi fictif d’attaché parlementaire d’un député du Nord de 2009 à 2014 (il avait le contrat de travail mais ne travaillait pas aux tâches dévolues mais bien pour son Parti…
Lire ici : https://www.mediapart.fr/journal/france/200222/l-assemblee-un-assistant-parlementaire-fantome-nomme-fabien-roussel).

Quant à Jadot, son directeur de campagne Mounir Satouri a évoqué le 1er octobre 2021 à Mathilde Imer et Samuel Grzybowski une somme de 150 000 euros pour dédommager la Primaire Populaire s’ils acceptaient d’arrêter le processus…
Lire ici : https://www.mediapart.fr/journal/france/110222/les-verts-la-gauche-et-la-primaire-populaire-des-pressions-et-150-000-euros-sur-la-table
De grands démocrates ! Misère de la politique politicienne.
Nous n’énumérerons pas les affaires touchant la Macronie, ça serait bien trop long… Pour se rendre compte de leur sentiment d’impunité, peut-être juste voir tout ce qui concerne le ministre Dupont-Moretti dans cette vidéo : https://youtu.be/1IAj7jxZNYI. Il est mis en examen et reste ministre alors que Macron avait affirmé mordicus avant son élection qu’un ministre mis en examen devrait, sous sa Présidence, obligatoirement démissionner. On attend toujours…
Mais ne tombons pas dans le poujadisme, le « tous pourris », car heureusement, ils reste des hommes et femmes politiques honnêtes et sincères.
ICI QUELQUES EXTRAITS D’UN ARTICLE DE MEDIAPART CONCERNANT L’AFFAIRE PÉCRESSE
(
https://www.mediapart.fr/journal/france/230222/candidature-de-valerie-pecresse-la-primaire-etait-pipee) :
« D’après une enquête de Libération, le corps électoral qui l’a désignée comme candidate du parti Les Républicains (LR), le 4 décembre dernier, était composé d’au moins « plusieurs centaines de votants » fantoches : membres d’associations communautaires, personnes en situation irrégulière, personnes décédées et même… un chien. »
« En Île-de-France, la région dont elle est présidente, des leaders d’associations communautaires liées à Valérie Pécresse ont fait adhérer massivement des membres de leurs structures et certains de leurs proches. […] Libération a retrouvé plusieurs adhérent·es récent·es de LR qui parlent peu ou pas le français et qui ne connaissent pas Valérie Pécresse. « On nous l’a demandé alors on l’a fait, déclare Suyan Z., une restauratrice du Val-de-Marne. C’est comme ça chez nous. » »
« Auprès d’Éric Ciotti, on soufflait : « Il faut qu’elle trace sa route. Après tout, Fillon était à deux doigts de se qualifier en 2017, malgré toutes les affaires. » Une comparaison dont se passeraient bien les proches de la candidate. »



La honte ! Même à 2% cette « gauche » bourgeoise, sociale-libérale, sociale-traître (#Hollande), pro « croissance verte »/UE néolibérale/marché, manifestant avec les syndicats policiers d’ED, se permet de donner des leçons avec 1 malhonnêteté intellectuelle crasse ! #Hidalgo2022


Quelle malhonnêteté intellectuelle chez Jadot et Hidalgo ! De basses manœuvres politiciennes, à dégoûter les gens de la politique, à favoriser l’abstention qui profitera à l’ordre bourgeois. Et dire qu’ils faisaient mine de vouloir l’union de la gauche… Du Macron bis



!!! SPOILER ALERTE !!! LA RÉPONSE EST NON
********* JADOT OU L’ÉCOLOGIE PETITE-BOURGEOISE
Petit bémol à l’article : sans sortir de l’UE il peut être possible de ne pas respecter ses traités (budget, dette). D’autant plus facilement depuis la crise sanitaire où ils ont été largement bafouées… Mais c’est précisément ce que Jadot n’est pas prêt à faire, c’est à dire à assumer un rapport de force avec l’Allemagne, les institutions européennes, avec le capital. Comme Hollande, une fois au Pouvoir (peu probable) il se coucherait immédiatement devant ses maîtres.
SOYONS RÉSOLUMENT POUR UNE ÉCOLOGIE SOCIALE !

« Yannick Jadot, qui, avec une certaine cohérence, beuglait à propos des Gilets Jaunes : “ça suffit ! les manifestations en centre-ville le week-end ça suffit !”, s’inquiétant, comme toujours chez les bourgeois, bien davantage des “dégradations pour les petits commerces” que des pieds arrachés, des yeux crevés et de nos morts. Il allait même vanter comme débouché à cette quasi-insurrection populaire…”le Grand Débat”, ce nom donné à cette entreprise de propagande macroniste. “De quoi il se mêle ?” (ou “qui est-ce ?”) avaient dû penser les quelques-uns l’ayant entendu. Il y a toutefois des manifestations que Jadot apprécie, comme la manif d’extrême droite des policiers, où il s’était rendu, aux côtés du RN, d’Eric Zemmour et de Gérald Darmanin. »

« Il est toujours utile de le rappeler, EELV est le parti qui a accouché parmi ce qui se fait de pire en Macronie : Daniel Cohn-BenditNicolas HulotFrançois De RugyJean-Vincent Placé… et il serait bien naïf de n’y voir qu’un hasard. Avec sa composition de petits notables libéraux cherchant un marché politique, les divergences avec LREM (libéral, fanatiquement pro-européen…) ne sont que des nuances qui expliquent la grande porosité entre les deux formations politiques. »

« Sur les retraites notamment, Jadot ne propose là aussi rien de plus que l’ancien président avec le maintien de la retraite à 62 ans et une “prise en compte de la pénibilité” qui existe déjà et qui ne marche pas. »

« Loin de servir à la lutte pour le climat, l’élection de Jadot n’aurait comme résultat que du hollandisme 2.0, un libéralisme autoritaire saupoudré de vert, au service de la bourgeoisie pollueuse. »

AUTRES EXTRAITS :

« pourquoi le programme d’un parti s’identifiant à l’écologie comme EELV n’aurait en réalité que très peu d’impact sur la lutte contre la destruction de notre environnement ? »

« Yannick Jadot et son parti refusent catégoriquement les 2 ruptures essentielles et préalables à tout programme écologique conséquent : la rupture avec le capitalisme et la rupture avec l’Union Européenne. »

« Concrètement, un programme écologique demande des investissements massifs pour la transition énergétique, qui ne peuvent avoir lieu dans une pure logique de rentabilité et encore moins de rentabilité à court terme. Ils impliquent donc une action très forte de l’Etat et le recours probable au déficit budgétaire.

De la même façon, il induit d’entraver durement la libre circulation des marchandises, c’est-à-dire de mettre en place des mesures protectionnistes aux frontières nationales, afin de ne plus importer des produits polluants, depuis l’autre bout de la planète, alors qu’ils pourraient être produits ici-même. Il implique de nationaliser ou de collectiviser un certain nombre d’industries stratégiques pour les orienter vers les besoins écologiques, en dehors des logiques de rentabilité du capital. Il implique aussi de planifier, c’est-à-dire de fixer des objectifs sur plusieurs années, et donc de ne pas laisser les seuls intérêts du marché décider de notre avenir.

Il implique enfin des impôts et des taxes écologiques en particulier sur les secteurs polluants. Autant de mesures en rupture directe avec le libéralisme débridé promu par la bourgeoisie défendant ses intérêts. »

« pour être électoralement possible (et politiquement souhaitable), une politique écologique ne se construit pas seulement sur des contraintes mais s’accompagne, aussi, d’une transformation totale de l’emploi, de la répartition de valeur produite entre le capital et le travail, d’une augmentation massive des revenus pour la classe laborieuse – seule manière pour cette dernière d’assimiler la hausse des coûts de la vie quotidienne. »

“L’économie de marché ? Tout le monde est pour l’économie de marché ! Vous voulez que les paysans bio vendent dans les sovkhozes ? Vous voulez l’économie de Maduro ?”  s’est […] écrié [Jadot] avec sa finesse habituelle de macroniste bas de gamme. L’écologie de marché, c’est l’autre mot pour le “greenwashing”, c’est-à-dire la tendance qu’ont les capitalistes à faire semblant d’intégrer l’enjeu écologique pour le transformer en intérêt marchand et en faire un argument marketing tout en ne changeant quasiment rien à leurs pratiques. [Soit une] écologie de posture, sans aucun impact sur la catastrophe en cours […] qui correspond en partie à l’électorat petit-bourgeois d’EELV : la fierté de la prise de conscience écologique, mais sans la radicalité des actions qu’elle nécessiterait. »

Retrouvez la source d’une partie de cette citation dans – une fois n’est pas coutume (ouf) – un article de Challenges :
Jadot ou l’écologie bourgeoise :

« L’économie de marché? Tout le monde est pour l’économie de marché ! Vous voulez que les paysans bio vendent dans les sovkhozes ? Vous voulez l’économie de Maduro ? »



Analyses politiques


Sur la gauche ayant largement perdu le vote ouvrier

 « En 2007, sur 100 ouvriers qui ont voté, 37 votaient à gauche et 23 à l’extrême droite ; dix ans plus tard, en 2017, le rapport était inversé, de 33 à 42 en faveur de Marine Le Pen ; enfin, dans les sondages de février 2022, 25 ouvriers seulement choisissent la gauche et 50 l’extrême droite. »

« Mélenchon avait regroupé en 2017 plus de 20% des ouvriers qui étaient allés voter et il ne les a pas retrouvés aujourd’hui (selon Ipsos, il n’en conserverait que la moitié à peu près) »


L’ABSTENTION PROFITE À L’ORDRE SOCIAL INÉGALITAIRE EN PLACE
En effet il y a plus d’abstention dans les classes populaires et chez les jeunes, alors que les riches et les vieux (qui ont plus que les jeunes eu le temps d’accumuler du capital…) votent plus massivement… pour un ordre économique et social qui leur profite, avec le volet répressif qui va avec.

« Pour autant, il ne faut pas oublier que la participation électorale est une pratique socialement inégalitaire. Avec la hausse de l’intermittence du vote, qui pourrait bien se traduire à terme par une hausse de l’abstention constante, le risque est grand qu’une majorité sociale devienne une minorité électorale »

« Non seulement, du fait de la dynamique générationnelle […], les urnes sont de plus en plus grisonnantes, mais les classes supérieures y sont très nettement surreprésentés. En effet, plus les individus sont diplômés, plus ils votent, un résultat qui se vérifiait encore en 2017. »

A contrario il y a « une moindre mobilisation des salarié[…]s les moins qualifié[…]s, notamment parmi les employé[…]s et les ouvrièr[…]s »

« À l’approche de l’élection présidentielle de mars 2022, une vérité semble s’imposer médiatiquement : la « droitisation », attestée par les mauvais résultats de la gauche dans les urnes et par ses performances désastreuses dans les enquêtes d’opinion interrogeant les intentions de vote en vue du scrutin d’avril prochain. Attention à l’illusion d’optique car, si la gauche enregistre des défaites électorales et reste à la peine dans les sondages, c’est parce qu’elle a construit ses succès sur la mobilisation des classes populaires et des jeunes générations, celles qui aujourd’hui sont les plus promptes à s’abstenir. Certains partis ou candidats ont dès lors adopté une position de renoncement, préférant aller convaincre celles qui votent encore en adaptant leurs discours et leurs programmes. »

N’est-ce pas Fabien Roussel !


Fachos



La violence et le racisme ordinaire désormais, sur Twitter. On rappelle que les nazis parlaient d’« art dégénéré » concernant les avant-gardes modernes (« expressionnisme) et plus globalement de dégénérescence de la race. Une définition générique du fascisme pourrait le résumer à une régénération de la Nation comme le sous-tend tout le discours d’Éric Zemmour.


Mais aussi, envers la journaliste Salomé Saqué (de Blast notamment) : voilà l’extrême droite dans ce qu’elle a de plus violent ! Ici des attaques envers une journaliste indépendante de l’État et du grand capital, des milliardaires comme Bolloré . #StopBollore



L’ARRIÈRE CUISINE BIEN SALE DU Z
Derrière la « vitrine » (et encore !…) officielle, des propos racistes, une violence légitimée contre les militants de SOS Racisme… entre autres. Plus une propagande massive sur internet en se faisant passer pour des personnes lambda pour diffuser leur idéologie nationaliste identitaire, islamophobe et ethno-différentialiste (raciste quoi !).

LE NÉO-NAZI SORAL, HOMOPHOBE, MISOGYNE ET ANTISÉMITE PARANOÏAQUE, ÉLARGIT SON FOND DE COMMERCE AU CONSPIRATIONNISME ANTI-COVID
Intéressant article de Street Press qui montre comment il s’est recyclé et est toujours influent et surtout, toujours autant antisémite : en gros pour lui le Covid, c’est la faute des juifs… et des francs-maçons, tous deux réunis dans l’« État profond » !… Soient les vieilles rengaines de l’extrême droite contre-révolutionnaire et réactionnaire, depuis la révolution française. C’est dans les vieux pots qu’on fait les soupes les plus dégueulasses !
L’article présente toute la galaxie d’illuminés qui le suivent dans ses délires – auxquels bien sur il ne faut pas oublier Dieudonné, pas avare en antisémitisme et théories paranoïaques (il en a même fait commerce).

« Ses dix ans de bourrage de crâne conspi ont ouvert la voie au mouvement anti-vaccin d’aujourd’hui. » « en misant sur le conspirationnisme anti-Covid, la Dissidence en général et Soral en particulier attire des nouveaux adeptes. »

QUELQUES AUTRES EXTRAITS :

« Mais si Soral a encore aujourd’hui un tel poids dans la complosphère, c’est aussi parce qu’autour du polémiste d’extrême droite et de son acolyte Dieudonné s’est structuré tout un espace politique, « la dissidence ». Une galaxie de médias de « réinformations », de youtubeurs et de pseudo intellectuels qui relaient ses idées et alimentent les théories du complot. S’ils ne dominent plus la fachosphère comme en 2015 (Papacito ou Baptiste Marchais ont pris le lead’), ils restent influents et se sont pour la plupart lancés dans le covido-complotisme. »

« La liste des Soraliens conspi assaisonnés à la sauce covido-sceptique est longue. Ils voient derrière la pandémie une manipulation pour instituer un « gouvernement mondial ». Les conférenciers labéllisés Égalité et Réconciliations, souvent également auteurs chez Kontre Kulture, la maison d’édition de Soral multiplient les interviews dans les médias « de réinformation » pour propager cette thèse : Valérie Bugault, Marion Sigault, Félix Niesche, Stéphane Blet (qui s’est récemment suicidé), Youssef Hindi… »

« Il faut ajouter à la petite armée de propagande les ex-Soraliens partis pour monter leur propre crèmerie. Salim Laïbi, alias Le Libre Penseur »

« Dans un autre genre, il y a Mickaël Vendetta […] : Il appelle ses fans des éveillés et compare Macron à Hitler. »

« De ceux qui ont gravité autour de l’orbite d’Alain Soral, Thierry Casasnovas est sûrement celui qui a le mieux réussi malgré (ou grâce à) un discours pseudo-médical délirant et dangereux. Il estime qu’aucun médicament n’a jamais soigné personne, que le virus du Sida n’existe pas, et même qu’un bras amputé peut repousser ! […] Le charlatan va tranquillement établir sa petite notoriété au carrefour de « la dissidence » et des mouvements New Age. Casasnovas est évidemment anti-masque, anti-vax et anti-mesures sanitaires. Il s’affiche aux côtés des désinformateurs les plus barrés comme Jean-Jacques Crèvecoeur, Silvano Trotta ou Tal Schaller (l’homme qui boit son pipi). Dans ce concours Lépine des pseudo-médecines absurde pour soigner le Covid, Casasnovas n’est pas en reste :

« Le coronavirus, si j’étais ministre de la Santé, ça serait réglé rapido. Bain froid et jeûne pour tout le monde, un petit peu de jus de carotte et vas-y que je t’envoie. » »

« en 2020 il vient récupérer sa Quenelle d’or au festival annuel de Dieudonné. À cette occasion, le gourou remercie son « amie » Chloé Frammery, double récipiendaire de la « récompense ». »

« Ema Krusi a un profil similaire à son amie Chloé Frammery. Suisse aussi, elle est avec la pandémie devenue une égérie des complotistes bruns. Elle fricote elle aussi avec certaines figures de la dissidence comme Salim Laïbi ou l’inévitable Casasnovas, mais reste officiellement estampillée QAnon. Cette secte complotiste est persuadée que Donald Trump (leur héros) mène une guerre secrète contre un pseudo « État profond » qui gouvernerait le monde. Un délire qui a fini par déclencher l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021. Ce qui n’empêche pas Égalité et Réconciliation de relayer les vidéos de Krusi. Les trajectoires de Chloé Frammery et Ema Krusi montrent qu’en misant sur le conspirationnisme anti-Covid, la Dissidence en général et Soral en particulier attire des nouveaux adeptes. »

La vidéo qui résume l’article

« Un rapport de l’entreprise américaine NewsGuard publié par le site internet de Franceinfo, recensait après six mois de pandémie, les comptes Twitter « super propagateurs » de fake news sur le Covid. En tête de ces sept comptes qui ont le plus contribué à donner de l’écho aux théories du complot autour du sujet : Alain Soral. Et dans ce même classement de NewsGuard, trois des six autres comptes lui sont directement liés. » (extrait de l’article ci-dessus de Street Press)


Lire aussi sur le sujet notre article : Des conspis en pandémie

Médias



Un livre qui avait fait date à l’époque. Depuis, la situation s’est largement aggravée du fait de la concentration capitalistique dans les médias, de la multiplication des chaînes d’info en continu etc.




RÉVISONNISME SUR CNEWS
Ou la falsification de l’histoire. Il faut dire qu’il étaient à bonne école avec Zemmour. Où s’arrêteront-ils ? On peut légitimement se poser la question. Car Bolloré, propriétaire du groupe Canal (Cnews, Canal+ etc.) vient de lancer une OPA (via Vivendi) pour prendre le contrôle sur la totalité du groupe Lagardère propriétaire des médias Europe 1, « Le JDD » et « Paris Match », ainsi que de l’éditeur Hachette que le milliardaire breton pourra alors fusionner avec Éditis (numéro 2 de l’édition) qu’il possède déjà… Il sera alors dominant sur l’édition scolaire et parascolaire : pas vraiment rassurant… Nous t’en supplions Vincent : pas les gosses !
« FLORILÈGE » :

Pascal Bruckner sur CNews : « le premier grand écologiste, ç’a été un certain Adolf Hitler, qui a fait en 1936 une loi de protection de la forêt. » Adolf Hitler, premier grand écologiste ? Après Ivan Rioufol, qui comparait le sort des non-vaccinés à celui des Juifs du ghetto de Varsovie, CNews poursuit sa pédagogie historique. […] En réalité, cette loi avait été préparée par la République de Weimar et ne fut jamais appliquée, le régime nazi lui préférant un ultra-productivisme qui passait par une hausse exponentielle de la production de bois. »

« « Donc, originellement, l’antispécisme a des origines pas tout à fait de gauche. » Gabrielle Cluzel corrige : « C’est pas l’extrême droite non plus, Hitler. » En effet, dans national-socialisme, il y a socialisme — ici, l’éditorialiste reprend la thèse de Zemmour : c’est parce qu’il venait de la gauche que Hitler ne fut pas un parfait dictateur. « Oui, oui, convient Pascal Bruckner, c’est vrai qu’il était sorti du cadre politique classique. » Ni de droite, ni de gauche. Centriste, comme l’essayiste. »


« Une fusion ou un rapprochement conduirait quoi qu’il en soit à la création d’un mastodonte de l’édition. Une hégémonie particulièrement forte pour le domaine des livres scolaires où ce groupe éditerait 68 % des manuels, ou les livres de poche (55 %). »

« un « vrai risque démocratique et civilisationnel » et d’un péril pour la diversité éditoriale. »

« Les aspects politiques, idéologiques qui existent dans ce projet-là et qu’on voit à l’œuvre dans la presse sont pour nous, une circonstance aggravante »


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s