Revue de presse au 14/02/2022

Local


Banderole vue à l’entrée du port de commerce de Brest aujourd’hui en marge du One Ocean machin…

Une synthèse de leur sommet à la con. Le green washing a été le maitre mot de ces 3 jours à Brest. Il ne faut rien attendre de ces gens là pour préserver notre environnement.


One Ocean Summit




« Ses membres dénoncent « le capitalisme de la mer », sur fond de « politique extractiviste profitant à des grands groupes ». Dans leur viseur, notamment, des projets « d’exploitation des minerais sous-marins ». »




L’après-midi (09/02/2022) à Brest :

Carnaval de la mer à Brest pendant le #OneOceanSummit ce mercredi 9 février 2022

Manifestation contre la financiarisation des fonds marins et leur surexploitation


Carnaval de la mer à Brest pendant le #OneOceanSummit ce mercredi 9 février 2022

Manifestation contre la financiarisation des fonds marins et leur surexploitation


Le 09/02/2022, au matin à Brest, à l’appel de Rise Up for Oceans et Extinction Rebellion Brest :

« One Ocean Summit: Nous voulons des engagements concrets pour protéger l’océan ! »


RETOUR SUR LES SOULEVEMENTS DE LA MER
Le week-end dernier avait lieu à Brest les Soulèvements de la mer, en opposition au One Ocean Summit de Macron et son monde. L’occasion de se retrouver pour poser les bonnes questions quant à la protection de notre environnement, dont l’océan est une pièce maitresse. Des conférences intéressantes, pour essayer d’y voir plus claire dans la mascarade offerte par le mythe de l’économie bleue.
Des enregistrements de ces débats, sous forme radiophonique, seront bientôt proposés.


En poésie

One Ocean Summit Brest

Calmez-vous Madame la Mer, ça va bien se passer

A Brest, à Bruxelles, à New York, dans le monde entier, tous les Copains des COPs et des Sommets vous le disent en chœur, le cœur sur la main.

Vos merlans on va en faire du rimmel et du pâté, vos abysses on va les désalguer avant de les dézinguer, on va tout étiqueter et mettre ça dans les musées, vos vents on va les capter et les vendre au watt sur le marché, on vous reversera le millionième de ce qu’on va gagner, le CO2 on va le planquer sous vos dessous, quand il s’échappera comme un feu follet il tuera les baleines, ces grosses vaches qui viennent s’échouer chez nous comme si elles regrettaient d’être chez vous, les falaises on va les fissurer et faire tomber la craie pour vous amender, avec les EPR on va vous réchauffer de quelques degrés et vous aussi, ce n’est que justice, vous passerez des hivers douillets, calmez-vous Madame ça va bien se passer et on a encore pour vous de grands projets, les noces de Neptune et de la tune vont être célébrées, bientôt sur vos flots sacrés navigueront des convois déshumanisés, finis ces équipages de soudards et de soutiers métissés, ces galériens qui nous coûtent cher et n’en finissent pas de vous polluer, nous allons vous offrir une flotte de robots aussi précis que les métros, des Rolls du Big business et du High tech qui transporteront sur votre dos des armes, des biens et des déchets porteurs d’espérance et de prospérité, calmez-vous Madame, ça va bien se passer.

📷 Emil Nolde « Das Meer III » 1913


ALERTE MANAGEMENT DESTRUCTEUR
Cet article du Ouest France relate l’épisode du changement de propriétaire de l’Intermarché de Landerneau survenu l’année dernière. Après les belles paroles, la catastrophe.
En effet, depuis, les conditions de travail des employé.e.s sont devenues invivables. Plusieurs d’entre eux.elles ont été licensié.e.s.
De nombreux.ses autres sont en arrêt de travail, voir en burn out, suite à un management des nouveaux propriétaires absolument désastreux. L’espionnage a lieu. Certain.e.s employé.e.s relatent des épisodes de vidéo-surveillance, avec des réprimandes en cas de discussion entre collègues de travail trop prolongées au goût des patrons.
Actuellement, le nombre d’employé.e.s en arrêt de travail frôle les 50% dans certains secteurs du magasin. Si bien que l’approvisionnement des rayons devient défaillant. Pire, certaines denrées périssables pourrissent dans les rayons et continuent à être vendues. Les caissières sont parfois dépêchées dans les rayons pour retirer ces produits qui pour certains sont périmés depuis plusieurs semaines. Ainsi, outre la santé du personnel qui pâtie clairement de cette gestion, la santé des clients pourrait aussi commencer à s’en ressentir.
Ainsi, des membres du siège central d’Intermarché sont aujourd’hui présents à l’enseigne de Landerneau pour essayer de redresser la barre … après au moins 2 mois de laisser faire …
Le silence médiatique autour de cette affaire est assourdissant. Halte à la gestion désastreuse de l’humain dans le monde du travail !


National


Convoi de la liberté et manifs parisiennes du week-end



Notre articles sur le sujet :





TERREUR POLICIÈRE SUR LES CHAMPS ÉLYSÉES

Journée éprouvante samedi 12 février sur les Champs Élysées. A l’image du régime en place. Face aux convoi de la liberté, gaz et charges en continu, de 13H à 22H. Un effectif policier gigantesque a passé la journée à terroriser toute personne présente sur l’avenue. Voitures cassées ou braquées à l’arme à feu, et parfois emmenées à la fourrière. Clients des bars, enfants, touristes gazés. Manifestant à la jambe cassée, arrêté criant de douleur, le tibia plié en deux. Blindés, passages à tabac, homme inanimé après une charge. Le fascisme en marche.

Malgré cela, pendant des heures et des heures, avec des flux et reflux, les manifestants ont investi les Champs Elysées. Et malgré les barrages policiers, des parties du convoi de la liberté arrivaient par moment sur l’avenue, klaxons hurlants.

🎥 Le décalé du 25, le média de Mike, Clément Lanot, Annonyme citoyen


🔴 « ASSASSINS !! »🔴

Attention, images difficiles. Ce soir sur les Champs Elysées, un manifestant a été sérieusement blessé. Nous ne connaissons pas encore les circonstances mais il est tombé au sol, inconciant et convulsant. Pendant au moins 20mn il a été pris en charge à même le sol par les street medic puis les pompiers. Sauf que la police a continué à gazer la zone, au point d’atteindre la personne inconciante… La foule s’en est pris verbalement aux forces de l’ordre en criant « Assassins ! »

Nous tentons d’avoir des nouvelles de la personne blessée et éditeront ce post en conséquence. N’hésitez pas à poster des infos en commentaires.


Alors que la manifestation n’a pas encore commencée ,
La police gazé pour disperser les manifestants

🔴 Alors que la manifestation des Gilets Jaunes pour la Justice Sociale, le pouvoir d’achat, la démocratie et les Libertés à Paris doit s’élancer entre 14h et 14h30 de la Place d’Italie celle-ci est déjà réprimée par les FDO avec de la lacrymo.

📽️ Twitter : CharliB97783485


Où en est-on ?

👊 LES GILETS JAUNES AUX PORTES DE PARIS !

– Petit compte rendu avant la journée décisive de demain + photos prises dans le convoi Bretagne 11/02 par le média 📸 Rennes DTR

🚐 Le convoi Bretagne n’a eu de cesse de s’agrandir tout au long de la route, plus de 30 km de long ce soir, accueilli dans toutes les villes et villages traversés par des milliers de soutien et par des concerts de klaxon. C’est une ferveur inattendue qui attendait à chaque kilomètre parcouru les participants-es du convoi, sur les ponts ou amassé le long des routes. Au sein même du convoi s’est organisé une véritable solidarité spontanée, les participants-es mettant en commun l’ensemble du ravitaillement et s’échangeant les informations minute par minute sur l’état de la circulation. En son sein, pas de leader ou de chef de file, l’auto-organisation prime. Après un long trajet, ralentit par l’étendue du convoi, l’arrivée se fait à Chartres dans une ambiance électrique. Si la fatigue commence à se faire sentir, c’est l’excitation de faire la jonction avec les autres convois et l’arrivée à Paris qui l’emportent dans toutes les discussions. Avant l’extinction des feux une assemblée se prépare… A suivre 💥

____________

Plus d’infos par Rennes DTR :

🚨 « CONVOI DE LA LIBERTÉ » : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Rapide aperçu de cette mobilisation qui agite les réseaux sociaux depuis plusieurs jours et qui réunit déjà des centaines de milliers d’intéressés ! L’opération qui devrait débuter le 10 février prochain et s’étaler sur plusieurs jours entend mobiliser plusieurs convois pour bloquer Paris et/puis Bruxelles. Si cette mobilisation s’inspire des évènements en cours au Canada c’est un mouvement bien plus profond qui s’organise.

👉 CONVERGENCE DE LUTTES

Augmentation générale des prix, précarité et inégalités croissantes, restrictions sanitaires, répression… C’est un ensemble de colères et de revendications qui ressort des différents appels et commentaires sur les groupes FB et Telegram, on rappelle l’urgence de la situation et on multiplie les appels à l’unité. « L’urgence est démocratique, sociale, écologique, l’accès aux soins pour tous et non sécuritaire. » (Communiqué France Convoy)

👉 COMME UN AIR DE DÉJÀ VU

Cette mobilisation massive sur les réseaux sociaux en rappelle une autre trois ans plus tôt. A l’automne 2018, le mouvement des Gilets Jaunes commençait à s’organiser sur Facebook, une effervescence numérique qui réunissait des dizaines de milliers de personnes isolées, et qui se concrétise physiquement le 17 novembre avec des occupations de ronds-points et des opérations routières. Comme en 2018, on ne retrouve aucun partis ou syndicats à la manœuvre mais un ensemble d’anonymes et de groupes récents mobilisés contre le pass et aux côtés des Gilets Jaunes.

👉 CONVERGENCE EUROPÉENNE

L’objectif final du convoi est Bruxelles, capitale européenne, pour le 14 février. Plusieurs autres mobilisations venus de pays voisins s’y retrouveront également. Car le mouvement est aussi européen, il fait écho à l’appel du 23 janvier dernier qui a réunit des dizaines de milliers de manifestants-es de plusieurs pays à Bruxelles et qui a pris de court les autorités belges.

👉 LA PRATIQUE : LE MOUVEMENT AU CANADA

L’opération s’inspire de l’exemple de la mobilisation canadienne. De l’autre côté de l’Atlantique, à Ottawa, des milliers de personnes et des centaines de camions occupent et bloquent une partie de la capitale depuis plus d’une semaine. Le mouvement « convoi de la liberté » s’est formé après les annonces du gouvernement Trudeau concernant de nouvelles restrictions sanitaires : obligation vaccinale et suppression des indemnités chômage pour les non-vaccinés.

L’opération s’appuie sur une mobilisation de milliers de chauffeurs poids-lourds « indépendants », ces derniers sont prêts à tenir le siège de la ville grâce au ravitaillement organisé par des milliers de soutiens qui leur apportent nourriture et matériel. La ville est encore aujourd’hui en partie paralysée, les commerces fermés et le gouvernement sous pression.

👉 A QUOI D’ATTENDRE ?

Il est difficile d’estimer la capacité de mobilisation juste à travers le prisme des réseaux sociaux. Le succès de l’opération à Ottawa tient par la mobilisation de camionneurs « indépendants » et sur leurs capacités à bloquer les artères d’une grande ville, longtemps en étant approvisionné. Le scénario sera différent ici. Comme en novembre 2018, il s’agira de mobiliser des cortèges de véhicules personnels mais en plus d’organiser un réseau de ravitaillement pour tenir plusieurs jours. Malgré la difficulté logistique, l’opération a le mérite de proposer d’autres formes de mobilisation et d’action, surtout après plusieurs mois de manifestations anti-pass qui ne proposent aucune forme de dépassement. Le plus important est l’énergie indéniablement présente dans cette nouvelle initiative, tout comme la volonté de s’organiser et se retrouver, enfin.

____________

✅ BONUS TACTIQUE : « ÊTRE IMPRÉVISIBLES, FRAPPER FORT »

(par les camarades de Cerveaux non disponibles)

Serait-ce reparti ? Tous les signes avant-coureurs d’un grand moment de mobilisation semblent réunis pour ce week-end (et au delà). Les renseignements reconnaissent être dans l’incapacité totale de faire le moindre pronostic face aux multiples convois qui convergent vers Paris ou qui sont déjà arrivés. La préfecture tremble et va en profiter pour sortir son nouvel appareil militaire. Comme en décembre 2018, l’absence de leader apparaît comme une bénédiction car il sera extrêmement difficile de surveiller un lieu, une entité, qui n’est pas définie. Autre point similaire aux gilets jaunes ; le postulat de départ semble explosé à la faveur d’une colère sociale bien plus importante que la seule question du pass vaccinal.

Bloquer les portes de Paris, en particulier dans les petits axes, est également une option viable pour se faire entendre. Encore plus en cas de complémentarité spontanée sur plusieurs lieux de rassemblement en intramuros. S’approcher des lieux de pouvoir aussi, comme l’avaient fait les GJ en 2018. Se rendre à Place d’Italie nous paraît être une option difficile : nous serons immédiatement et facilement nassés. Rien à proximité ne permettra de faire entendre nos voix. Soyez imprévisibles et imaginatifs, ne donnez pas de lieu fixe avant le dernier moment. Dispersez vous à plusieurs endroits si il le faut, et rappelez vous des premières semaines de décembre 2018, le rapport de force sera beaucoup plus difficile. Ce n’est pas nous qui allons vous donner des consignes mais on essaiera de vous tenir au courant en temps réel sur tous nos canaux.

Force à tous et toutes pour ce weekend ! Vive la résistance ! ✊



C’est beau à voir, des élans de solidarité qui viennent de partout, comme au début des Gilets jaunes avant que les merdias fasse leur propagande pour discréditer un mouvement populaire.
« On est là » scandent les participants ✊

« On est là ! », ambiance gilets jaunes à Chartres où le convoi breton est arrivé.

➡️ t.me/AnonymeCitoyen



Un convoi pour l’Egalité ?

Collab-reporter de Francois, j’étais ce matin à la rencontre du convoi de la Liberté. Qui m’apparaît aussi, dans la lignée des Gilets jaunes, comme un convoi pour l’Egalité.

Jean-Loup, 73 ans :

« On est là pour les libertés, toutes les libertés, quelles qu’elles soient. De se faire vacciner ou pas, mais surtout de pouvoir bouffer à la fin du mois, de pouvoir faire plaisir à ses gosses. Je suis Gilet jaune depuis le premier jour et ça se dégrade de jour en jour. Macron n’a rien entendu à notre colère. Pour moi il y a trois revendications qui sont toujours d’actualité : des salaires décents, des retraites correctes et des allocations pour les handicapés qui permettent de vivre. C’est donc aussi un convoi de l’égalité ! »

Catherine, de Compiègne :

« Je suis venue spécialement pour accueillir le convoi parce qu’il faut défendre toutes nos libertés. Le resto je m’en fiche, ça fait des économies, mais ce que je ne supporte plus c’est de devoir payer un test toutes les semaines pour aller voir ma maman à l’EHPAD. On glisse vers un État totalitaire, avec un gouvernement qui appelle à la discrimination envers ceux qui ne pensent pas comme lui. »

Sylvette, de Senlis :

« Je suis sur les ronds points depuis le début, et aujourd’hui encore pour dire à Macron qu’il arrête de nous presser comme des citrons car là il y a plus de jus. »


ÊTRE IMPRÉVISIBLES, FRAPPER FORT

– « Vous nous avez confinés, on va vous bunkeriser ! » –

Serait-ce reparti ?

Tous les signes avant-coureurs d’un grand moment de mobilisation semblent réunis pour ce week-end (et au delà).

Les renseignements reconnaissent être dans l’incapacité totale de faire le moindre pronostic face aux multiples convois qui convergent vers Paris ou qui sont déjà arrivés.

La préfecture tremble et va en profiter pour sortir son nouvel appareil militaire.

Comme en décembre 2018, l’absence de leader apparaît comme une bénédiction car il sera extrêmement difficile de surveiller un lieu, une entité, qui n’est pas définie.

Autre point similaire aux gilets jaunes ; le postulat de départ semble explosé à la faveur d’une colère sociale bien plus importante que la seule question du pass vaccinal.

Bloquer les portes de Paris, en particulier dans les petits axes, est également une option viable pour se faire entendre. Encore plus en cas de complémentarité spontanée sur plusieurs lieux de rassemblement en intramuros.

S’approcher des lieux de pouvoir aussi, comme l’avaient fait les GJ en 2018.

Se rendre à Place d’Italie nous paraît être une option difficile : nous serons immédiatement et facilement nassés.

Rien à proximité ne permettra de faire entendre nos voix.

Soyez imprévisibles et imaginatifs, ne donnez pas de lieu fixe avant le dernier moment.

Dispersez vous à plusieurs endroits si il le faut, et rappelez vous des premières semaines de décembre 2018, le rapport de force sera beaucoup plus difficile.

Ce n’est pas nous qui allons vous donner des consignes mais on essaiera de vous tenir au courant en temps réel sur tous nos canaux.



Tiens, quand Mediapart révèle qu’Eric Dupond-Moretti s’est offert une Maserati avec 100.000 euros reçus d’une étrange société basée aux Seychelles pour laquelle il n’a jamais travaillé , son copain Gérard Darmon défonce le site d’Edwy Plenel.
C’est sûrement une pure coïncidence … 😉


La bourse et la vie

L’écart d’espérance de vie en fonction des revenus, d’après les #ChiffresClefs publiés par l’Insee ce 7 février.

Pour les ♀️ : 88.3 ans pour les plus riches vs 80 ans pour les moins fortunées (- 8,3 ans)

Pour les ♂️ : 84,4 ans vs 71,7 ans ( -12,7 ans) https://t.co/47i4PEIUKQ


« Ca rappelle le pin’s 1 million d’emploi du MEDEF qui était fabriqué en République Tchèque.

Et il n’y a pas eu d’emploi créé. Mais pour ça il fallait supprimer 2 jours fériés et assouplir le SMIC et les 35 h.

Cela rappelle la TVA réduite dans l’hotellerie qui devait créer plein d’emploi, qui en a créé très peu. Le coût final a été de 160 à 200 000 € par emploi.

Ca rappelle, le CICE qui n’a quasiment pas créé d’emploi. « Il n’y a pas d’effet attribuable au CICE en 2013 et 2014 sur les exportations, les investissements ni l’emploi. » dit un rapport d’un laboratoire de recherche de Science Po Paris. https://www.sciencespo.fr/…/fr/content/quel-impact-du-cice »

« En repoussant l’âge de départ à la retraite à 67 ans on économise 20 Mds par an. »

« Cela paraît bien improbable. Déjà, je voudrai rappeler que l’espérance de vie des plus modestes à la retraite n’est pas très élevée. En est de 13 ans supérieure quand on est cadre mais sur certains métiers pénibles, je ne vois pas comment les gens vont travailler jusqu’à 67 ans. Ensuite l’économie de 20 Mds est improbable, sauf si je suis cynique à considérer que l’épuisement au travail fera mourir les gens plus tôt ou que les postes de travail seront adaptés à ces nouveaux publics. »



« Sébastien Le Belzic montre bien comment la crise sanitaire a accéléré le système de collectes de données en Chine.

Son documentaire est précieux parce qu’il rend très concret et accessible un sujet compliqué et o combien important. Il illustre, grâce à Lulu, ce que signifie le totalitarisme numérique.

Ma femme a du crédit » (52 minutes) : mardi 8/02 à 20h30 sur LCP ou dès maintenant sur lcp.fr »





Écologie



Médias



Le point sur la concentration dans les médias.



Surveillance/répression



LOIS LIBERTICIDES
Une bonne émission qui fait le point sur toutes les lois, décrets qui rognent nos libertés, adoptés ces dernières années, avec une accélération de leur multiplication sous Macron, tellement que ça en devient dur à suivre !

Fachos



Nos hackers ont du talent !

Présidentielle 2022


Splendeur de l’Actors Studio : James Dean n’a plus qu’à se rhabiller !

Misère de la politique ! On touche vraiment le fond là !


Petit historique de l’extrême droitisation

LE FASCISME QUI VIENT : PÉCRESSE PARLE DE «GRAND REMPLACEMENT»

Ce dimanche 13 février, Valérie Pécresse, candidate du parti Les Républicains, donnait un meeting très médiatisé. Les commentateurs se moquent de sa prestation grotesque : perdue, incapable de lire un prompteur, sourires forcés, la championne de la droite n’est pas apte à prononcer un discours. Mais ce n’est pas le vrai problème.

Valérie Pécresse, celle qui représente la «droite républicaine», a recyclé une théorie du complot raciste utilisée par les néo-nazis : «il n’y a pas de fatalité, ni au grand déclassement, ni au grand remplacement». Grand remplacement. Un concept inventé par l’idéologue d’extrême droite Renaud Camus, selon lequel des «élites» voudraient «remplacer» les populations blanches européennes par des immigrés. Une lecture raciale de la société, appréciée dans les franges les plus extrême de l’extrême droite. Plusieurs terroristes néo-nazis se sont inspirés de ces idées avant de passer à l’acte. Par exemple, le 15 mars 2019, à Christchurch en Nouvelle-Zélande, un néo-fasciste tue 49 personnes après avoir publié un manifeste intitulé «Le Grand remplacement». L’auteur de la tuerie d’Utoya et d’Oslo invoque également ce concept, comme les terroristes d’El Paso, de Pittsburgh, Halle Hanau.

Voilà où nous en sommes, en France, en 2022. La droite «de gouvernement» s’est totalement alignée sur les discours néofascistes. Comment en est-on arrivé là ? Alors que l’antifascisme était une valeur ultra-majoritaire après guerre, le mot «antifa» est devenu péjoratif. À l’inverse, s’opposer au racisme est qualifié de «séparatisme», «d’islamisme» ou de «wokisme». Progressivement, le fascisme a gagné les esprits. Dans les années 1980, c’est François Mitterrand qui demandait à la chaîne Antenne 2 de donner la parole à Jean-Marie Le Pen, dans le but de «diviser» la droite. En 1981, le Front National recueille 0,18% des suffrages. En 1988, Jean-Marie Le Pen fait 14,38 % des voix.

À partir de là, des dizaines de lois sécuritaires et anti-immigrés sont votées, souvent justifiées par l’importance du vote FN, et à mesure que le néolibéralisme fracture la société. Lorsqu’il est président, Nicolas Sarkozy est conseillé par le fasciste Patrick Buisson. Plus tard, le politicien d’extrême droite Paul-Marie Coûteaux rédige les discours de Fillon. Quand le PS arrive au gouvernement en 2012, il a les pleins pouvoirs, et l’opinion est massivement anti-Sarkozy après un quinquennat de droite dure. Résultat ? En 5 ans, le gouvernement attaque la ZAD, impose la Loi Travail par 49.3, militarise la police, expulse plus d’étrangers que jamais et impose l’état d’urgence. Le quinquennat Hollande est un moment pivot, une accélération vers le fascisme. Il brutalise la société et propulse Macron au pouvoir. Les discours alternatifs disparaissent quasiment du débat public, au profit de l’extrême droite, ultra-majoritaire dans les médias.

Arrivé au pouvoir grâce au chantage au «barrage à l’extrême droite», Macron va appliquer la plupart des idées lepénistes. Lois autoritaires, casse sociale, mesures anti-immigrées et islamophobes. Le ministre de l’Intérieur de Macron trouve même Marine Le pen «trop molle» lors d’un débat télévisé en 2021. C’est ainsi que Valérie Pécresse, héritière de l’ancien président de Bolloré Telecom, née à Neuilly, recycle une théorie du complot raciste.

Cette candidate qui na jamais travaillé de sa vie et profite depuis toujours de sa fortune accompagnée de privilèges d’élue de droite, avait notamment déclaré lors de la primaire de la droite : «je propose un projet de rupture radicale», «je veux des circonstances aggravantes quand un délit est commis dans une zone de reconquête républicaine […] Je veux éradiquer ces zones, je veux des brigades coups de poing, peut-être même le soutien de l’armée». Peines différenciées selon les quartiers, envoi de l’armée contre des civils. Déjà, il s’agissait de propositions fascistes. Elle propose aussi une légitime défense à l’américaine pour tous, des peines automatiques pour ceux qui touchent aux «représentants de l’autorité», plus de caméras, plus de fouilles, plus de drones, interdiction de manifester pour les opposants fichés, généralisation de mesures «antiterroristes». Un spectre considérable du champ politique est prêt à basculer vers la dictature assumée.

Reconquérir les discours, les esprits, les rues et une urgence vitale pour enrayer le cycle fasciste qui s’annonce.



SCANDALE DÉMOCRATIQUE : l’état des grands médias (des milliardaires) est vraiment préoccupant dans notre pays. Ainsi, on ne peut pas dire que les gens puissent faire un choix éclairé pour la Présidentielle. #AnasseKazib #AnasseMedias


Le scandale des médias de propagande, véritables fabriques à infos erronées ! Que fait le #CSA ? Rien. La #commissiondessondages ? Rien. Ou comment un vote peut être influencé au profit du bloc néolibéral autoritaire (de Macron à Zemmour en passant par Pécresse et Le Pen ! #cnews
Misère du journalisme !



« Lénine réveille-toi, ils sont devenus fous ! »

La lutte des classes n’est plus ce qu’elle était… Mais soyons bienveillant, il a peut-être chopé Creutzfeldt-Jakob à force d’ingurgiter de la bonne viande bien de chez nous vindieu !

#Roussel #bidoche



COCOS SAUCE RÉAC

« « en août dernier, il se défendait de vouloir « chasser les grandes fortunes » en les taxant trop. « Ils sont très intelligents, disait-il au sujet des grandes fortunes, ils ont créé, inventé, et ne pourront refuser un pacte pour la jeunesse, de participation à l’amélioration du système éducatif et d’augmentation des salaires ».  On se demande bien ce que nos riches possédants, majoritairement héritiers, ont « créé » et « inventé » pour mériter de tels égards »

« La question de l’exploitation, pourtant à la racine du combat communiste, est relativement absente chez lui au profit d’une théorisation mollassonne des antagonismes sociaux. »

Poir Roussel : « l’écologie, ce serait un truc de bobo déconnecté. En cela, Roussel n’innove en rien. Il ne fait que reprendre une bonne vieille rhétorique, parfaitement au diapason de la propagande orchestrée depuis plusieurs années par les lobbys de la viande industrielle. »

« Il apporte quant à lui la caution « classes populaires » à cette défense de produits dangereux et d’industrie polluante. Aaaah, ces « classes populaires », qu’est-ce qu’on ne se permet pas de dire en leur nom hein ? Plus elles disparaissent de la scène politique, plus les politiques se permettent de les instrumentaliser pour faire passer leurs obsessions. Des mesures sécuritaires à l’islamophobie, en passant par la viande donc, notre classe politique adore utiliser l’avis du peuple – sans le consulter, faut pas déconner – pour légitimer son programme. »

« il s’est rendu, comme Eric Zemmour ou Yannick Jadot, au rassemblement des syndicats de policiers à Paris, en mai 2021, où avait été notamment attaquée l’institution judiciaire accusée de laxisme. En juin, il affirmait que les réfugiés déboutés du droit d’asile avaient vocation à repartir chez eux, à rebours des positions habituelles de son parti sur le sujet. […] Roussel n’hésite pas à parler d’assistanat, donnant une caution communiste à ce terme que les idéologues bourgeois ont mis des décennies à construire pour culpabiliser les bénéficiaires des assurances collectives. Ambroise Croizat, créateur communiste de la Sécurité sociale, doit se retourner dans sa tombe… Bref, Fabien Roussel est parfaitement aligné sur la pensée dominante en matière d’immigration, de sécurité et même de social et l’on comprend mieux pourquoi il plaît tant aux bourgeois. »

« C’est quelqu’un qui est labellisé « de gauche » qui dit des trucs de droite, et ça, les bourgeois adorent, parce que ça montrerait que les trucs de droite sont tellement vrais que même les gens « de gauche » le pensent. »


Florilège des nouveaux soutiens de Roussel… de tous bords…



CADET ROUSSEL

Intéressant article sur la stratégie de Roussel. Pourquoi tient t-il tant à se démarquer du reste de la gauche et surtout de JLM, quitte à reprendre tant de poncifs réactionnaires ? Pour répondre à la demande du texte d’orientation « Pour un manifeste du Parti Communiste du 21ème siècle » adopté lors du 38e congrès, en novembre 2018, c’est à dire d’assurer l’autonomie et donc la survie du parti. Sauf que le texte adopté était bien plus tolérant et ne prévoyait aucunement par exemple de cibler les « assistés » comme il dit, pour les opposer aux braves travailleurs. Il était aussi bienveillant avec les réfugiés, alors que :

« Le 10 juin 2021, sur Cnews, il avait déclaré que les déboutés du droit d’asile avaient « vocation à repartir et être raccompagnés chez eux ». Le tollé provoqué chez les communistes l’avait contraint de retirer ses propos et de s’en excuser. Le texte du 38e congrès voyait, lui, dans la lutte des « travailleurs étrangers avec ou sans papiers » une lutte « aux potentiels émancipateurs considérables ». »

PETIT FLORILÈGE DU CANDIDAT RÉACTIONNAIRE (au point que Pascal Praud, ou Pascal Praud, déclarait : « Et si c’était lui le candidat qui pourrait rassembler la Gauche ? ». Pourquoi ce soudain attrait ?!…) :

« Fabien Roussel accuse par exemple à demi-mot les directions précédentes d’avoir « laiss[é] au seul Front national la mainmise sur des sujets comme la nation, la souveraineté, la sécurité, le vivre-ensemble » »

« D’abord, nous n’avons pas du tout les mêmes réactions sur certains sujets d’actualité. Prise en compte de la présence et de la montée de l’islamisme radical, lutte contre le racisme, laïcité, sécurité et police, capital et travail : sur tous ces thèmes très régaliens, nous n’avons pas forcément les mêmes approches. Cela tient parfois à peu de choses, mais sur ces questions aussi importantes pour le vivre-ensemble et le respect de nos valeurs républicaines, ce sont des nuances qui comptent ».

« Il avait cependant une excuse toute trouvée, estimant qu’avoir « défendu l’idée que la gauche devait prendre à bras-le-corps les questions d’insécurité qui gangrènent l’existence de tant de villes et quartiers populaires » justifiait le fait de participer « avec d’autres parlementaires et élus du PCF au rassemblement des syndicats de policiers ». »

« Mathieu Bock-Côté, un habitué des micros des médias de Bolloré, qui se demande dans sa chronique sur Europe 1: « Comment Fabien Roussel peut parler aussi justement et être communiste ? ». »

« Fabien Roussel n’hésite pas à reprendre à son compte la rhétorique pernicieuse de l’extrême droite : « Il y a la gauche caviar. Une bien-pensance qui voudrait interdire la viande et les voitures ». » Car : « Manger, c’est sacré en France ».

« Fabien Roussel s’attèle surtout pour le moment à opposer sa défense de « la valeur travail » à celle de « l’assistanat ». »

« il estimait que la « garantie d’emploi » proposée par la France Insoumise s’appuyait sur une philosophie propre à « l’époque soviétique, le kolkhoze ». » Rien que ça !



Elle était bourrée ou quoi ? La preuve vivante que le ridicule ne tue pas ! Et dire que cette « gauche » bourgeoise vient donner des leçons à coups de valeurs abstraites et programme vague à ceux qui veulent vraiment changer l’ordre inégalitaire du capitalisme écocide ! #Hidalgo






Histoire


QUAND LA RÉPUBLIQUE SE RÉCLAMAIT SOCIALE !

Intéressant article sur La Commune de Paris (1871) et les rôle des membres de l’AIT en son sein. Ou comment en peu de temps autant de réformes sociales furent accomplies, pour une démocratie directe et économique, soit le début de la gestion d’ateliers parisiens par les travailleurs eux-mêmes. Mais cette expérience n’eut pas le temps de se développer et finit sans le sang par le massacre de La semaine sanglante. Le communard Benoit Malon parla à ce propos de « Saint-Barthélemy des prolétaires ».


Analyse



CONTRE LA « GAUCHE » BOURGEOISE QUI A SALI LE TERME-MÊME !
À savoir : le PS social-libéral/traître d’Hidalgo, Taubira, (ministre du désastreux François Hollande du même PS…), Jadot et son écologie favorable « à la libre entreprise et l’économie de marché », [pour une] « écologie positive, pragmatique » (comprendre : qui ne dérangera pas trop les intérêts des grands patrons et du capitalisme écocide) ; et celle actuellement réactionnaire de Roussel (PCF) dont le nationaliste identitaire Mathieu Bock-Côté (intellectuel organique réactionnaire de Bolloré : CNews/Europe 1) déclarait: « Comment Fabien Roussel peut parler aussi justement et être communiste ? ». Spoiler : c’est précisément qu’il ne l’est pas ! Ou en tous les cas, pas au sens de Marx qui se retournerait bien dans sa tombe s’il avait que ça à foutre : observer par delà l’éternel un guignol pareil.

QUELQUES EXTRAITS :

« Il est clair que ces dix dernières années ont vu le terme de “gauche” monopolisé par ce qu’on pourrait appeler la gauche bourgeoise paternaliste, celle qui déplore les conséquences (la misère, l’aliénation au travail), sans vouloir agir sur les causes (la propriété privée des moyens de production, l’exploitation au travail). Cette gauche-là a plus à voir avec la doctrine sociale de l’Église (ou “catholicisme social”) qui veut aider les gens sans changer le système qui les enfonce, qu’avec le mouvement ouvrier qui veut transformer la société. »

« Il nous semble de notre côté que la référence à la lutte des classes est le plus sûr moyen de parler clairement et distinctement de qui on défend et de ce que l’on veut. Ce concept est certes daté mais il n’a pas pris une ride, parce que le capitalisme est toujours là et s’est développé, entraînant un renforcement des frontières de classe. Défendre la classe laborieuse contre la bourgeoisie : voici un programme politique suffisamment clair pour éloigner les vautours qui, depuis les débuts du capitalisme, s’approprient les combats des autres pour servir leur propre classe, petite ou grande bourgeoise. »

« Pour autant, tout n’est pas à inventer. On connaît la recette pour offrir une vie meilleure à tout le monde : faire cesser l’aliénation au travail en donnant à ceux qui travaillent les clefs de leur destin via la socialisation des entreprises, étendre la sécurité sociale à d’autres domaines de la vie comme l’alimentation, transformer les institutions politiques de façon radicalement démocratique… Est-ce que ce serait le communisme ? Oui, si cela permet d’en finir avec l’emprise de la bourgeoisie sur nos vies. Est-ce que le terme “communisme” a un sens autre que désuet ou austère et surtout qu’il fait miroiter tout ça à la majorité des gens ? Rien n’est moins sûr. Mais est-ce qu’on prend les choses dans le bon sens ? Est-ce que dans l’histoire du mouvement ouvrier, les choses ont commencé avec un projet de société bien ficelé et des personnes se mettant collectivement en action pour y parvenir ? On a plutôt l’impression que c’est en organisant pour faire face aux difficultés immédiates de la vie et du travail que la classe ouvrière a conçu progressivement l’objectif politique principal. Par exemple, la Sécurité sociale telle qu’on la connaît résulte de caisses de solidarité locales réalisées pour du court-terme. Est-ce qu’avant de définir le grand projet de société que l’on veut on ne devrait pas d’abord mettre en place des modes d’organisations collectives adaptés à la classe laborieuse actuelle ? »

« Il est vrai que l’avantage du terme communisme, c’est qu’il ne peut pas subir une telle récupération… Encore que. Comment s’appelle le parti de Fabien Roussel déjà ? »

« Je pense qu’un front du travail et de la lutte des classes serait beaucoup plus intéressant que cette “Union de la gauche” dont on nous parle constamment. »


Les fondamentaux !


« Cet affaiblissement de l’attachement aux principes républicains a comme conséquence politique importante l’intégration complète du Rassemblement national dans l’espace de la droite. S’il existe encore un barrage pseudo-républicain en France, c’est désormais contre la gauche antilibérale. »

« une gauche hégémonique imposerait des clivages d’un autre type, connectés aux questions sociales et économiques : quelles perspectives pour la protection sociale, le droit du travail, quel avenir pour le système de retraite, quelle évolution de la fiscalité et ainsi de suite. C’est autour de ces thèmes qu’une opposition massive, populaire et émancipatrice au macronisme pourrait se construire. »

« Reconstruire l’ancien bloc de gauche à l’identique est par exemple impossible, compte tenu de l’adhésion d’une partie de la bourgeoisie de gauche au macronisme. »

« Si on veut parler à une partie importante de la population, il faut rester sur des questions très concrètes : le nombre de lits à l’hôpital, la protection sociale, le système de retraites, la discipline des licenciements, le droit aux allocations chômage, les normes de sécurité au travail. »

« si la gauche est en mesure de porter et de faire connaître un projet cohérent et crédible radicalement alternatif au néolibéralisme, fondé sur les principes de solidarité et de dignité du travail, sur la prise en compte de l’impératif de la soutenabilité écologique, et qui donne des réponses précises aux questions concrètes que j’évoquais, elle trouvera une écoute très large au sein de la population. »

«  la souffrance sociale destinée à augmenter, il y aurait un vrai espace pour une gauche capable d’orienter différemment le débat, et de montrer qu’une telle souffrance n’est pas simplement l’effet de la crise, mais aussi des politiques et des réformes néolibérales qui en accentuent les effets. »



MACRON, PÉCRESSE, ZEMMOUR ET LE PEN : CANDIDATS DU NÉOLIBÉRALISME AUTORITAIRE
Très intéressant entretien avec Stefano Palombarini, auteur avec Bruno Amable de L’illusion du bloc bourgeois (2017). Fin analyste politique des forces sociales en présence et des blocs politiques qu’ils constituent, en l’occurrence ici il est question du bloc bourgeois.
QUELQUES EXTRAITS :

« le néolibéralisme dans sa version autoritaire et répressive a le vent en poupe. Macron, Pécresse, Zemmour et Le Pen sont tous, même si avec des tonalités différentes, dans cet espace, vaste au point d’être occupé par quatre candidats différents, tous bien placés dans les sondages. »

« Peut-être qu’aujourd’hui écologistes et socialistes, qui y ont participé en espérant se légitimer aux yeux d’une hypothétique fraction de “gauche” du bloc bourgeois déçue par Macron, réalisent avoir fait un mauvais calcul. Car, il faudra y revenir, la compression des libertés publiques et privées impulsée par le Président n’empêche pas l’électorat qu’il a hérité du PS de lui rester fidèle. »

« Dans LREM, les cadres et les catégories supérieures sont évidemment sur-représentées ; LR ne s’est pas effondré grâce à l’adhésion massive et renouvelée des retraités ; et puis il reste la spécificité du RN, jusqu’ici seul parti dans cet espace capable d’obtenir le soutien d’une fraction significative des classes populaires. Mais tous ces partis, auxquels il faut ajouter Zemmour, proposent désormais une offre politique très semblable, qu’on peut tranquillement classer sous l’étiquette du néolibéralisme autoritaire. »

« Les classes supérieures ont montré, sous la présidence Macron, qu’elles sont vraiment disposées à tout pour maîtriser la contestation sociale et protéger leur position dominante. »

« Tant que Macron est perçu comme le garant de la continuité dans les rapports de domination, l’ancienne bourgeoisie de gauche restera avec lui, même si les manifestations sont gérées avec la brutalité que nous connaissons, même si l’État de droit est piétiné, même si la séparation des pouvoirs est enterrée. »

« Tant que la possibilité d’une rupture majeure dans l’orientation des politiques publiques n’apparaîtra pas comme concrète et immédiate, l’hégémonie néolibérale ne sera pas véritablement menacée. »

« Cette analyse du bloc néolibéral-autoritaire aide à esquisser une stratégie pour construire un bloc alternatif. D’abord, il n’est pas simplement illusoire, mais totalement contre-productif d’imaginer une alternative qui « prendrait au sérieux » les questions sécuritaires ou identitaires telles que les présente l’adversaire. Faire une politique « un peu de droite » sur ces thèmes revient simplement à renforcer l’hégémonie qu’il s’agit de combattre. Une alliance sociale soucieuse de la défense des intérêts populaires doit remettre au cœur du conflit politique la question sociale, ce qui demande d’abord d’affirmer haut et fort que l’immigration ou la sécurité, qui certes doivent être l’objet de politiques spécifiques et raisonnées, ne sont pas du tout les problèmes principaux des Français. »


International


SITUATION GÉOPOLITIQUE EN UKRAINE ET AUX USA : SORTONS DU MANICHÉISME JOURNALISTIQUE !
En géopolitique, très peu de valeurs, il y a surtout des intérêts. Ici un article d’analyse de fond.

QUELQUES EXTRAITS DANS LE DÉSORDRE (POUR LES 2 PREMIERS) :

« La position moralisatrice des États-Unis est bien sûr tout aussi risible que l’idée selon laquelle la Russie n’aurait rien à se reprocher. »

« L’industrie pétrolière espère également tirer son épingle du jeu. Remplacer le gaz russe qui alimente le marché européen par du gaz de schiste liquéfié produit au Texas fait partie des ambitions des élus, principalement républicains, qui s’opposent corps et âme à la construction du gazoduc Nordstream 2. Ils en appellent à des sanctions préventives contre la Russie, visant en particulier à bloquer la mise en service du gazoduc. Là encore, des élus démocrates se sont joints à leurs demandes, en opposition directe avec la Maison-Blanche. Alors même que des sanctions préventives auraient pour effet d’encourager une invasion russe, selon de nombreux cadres du renseignement américains et experts sur la Russie cités par The Intercept. »

« Avec un zèle et une absence de distance qui rappellent furieusement la période ayant conduit à l’invasion de l’Irak, les principaux journaux du pays ont ainsi repris les « informations déclassifiées » issues des gouvernements américain et britannique sans exiger le moindre début de preuves. »

ICI UN DIALOGUE SIDÉRANT :

« – Matt Lee (journaliste) : Mais où sont les preuves matérielles, où sont les informations que vous venez de déclassifier ?

– Porte-parole du ministère des Affaires étrangères : Les informations déclassifiées, je viens de vous les donner, là en vous parlant.

– ML : Ce ne sont pas des preuves, c’est simplement vous qui me parlez. Vous n’offrez aucun élément tangible pour défendre ce que vous avancez. (…)

– PP : Si vous douter de crédibilité de la parole du gouvernement américain et du gouvernement britannique et trouvez du réconfort dans les informations données par les Russes, c’est votre choix. »

« Aux États-Unis, les médias ne se contentent pas de tenir le rôle de porte-parole de la diplomatie américaine. Ils devancent bien souvent l’administration Biden dans la demande de surenchère et la dramatisation du conflit. »

« Tous ce que ces faucons de l’ère Bush – à qui l’ont doit l’invasion de l’Irak – ont eu à faire pour redevenir présentables fut de se déclarer anti-Trump, et de promouvoir la théorie complotiste du Russiagate auprès du centre droit démocrate. Ils sont désormais présents quotidiennement sur les chaines d’informations, à l’exception de Fox News – dont certains présentateurs portent paradoxalement une voix « pacifiste », fait rare en ces temps explosifs ! »

« Les élus démocrates, majoritaires en commission de la Défense responsable de la rédaction du texte sont massivement financés par l’industrie de l’armement. Tout comme leurs collègues républicains, qui ont proposé et obtenu une hausse de 25 milliards du budget en plus de la hausse demandée par la Maison-Blanche. […] D’où ce projet législatif bipartisan qui vise à inonder l’Ukraine d’armes de guerre, payées par le contribuable américain. »


« Macron, à Kiev, se voit contredit par la Russie”, titre le site du New York Times ce 8 février. “Le Kremlin a rejeté mardi l’idée que le président français Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine auraient fait des progrès significatifs en vue de désamorcer la crise ukrainienne, durant leur rencontre cruciale à Moscou. Des déclarations russes ont semblé saper l’autorité diplomatique de la France et même sa crédibilité, alors même que Macron arrivait en Ukraine pour poursuivre sa navette diplomatique”, écrit le journal états-unien.

“Avant même que l’avion de Macron atterrisse à Kiev”, poursuit The New York Times, “Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a démenti que les deux présidents aient conclu un accord de désescalade, laissant entendre que c’était aux États-Unis et non à la France de négocier un tel accord.” »

😂 😂 😂

Comme pour les sous-marins , Macron se ridiculise a l’international.


Les États-Unis disent vouloir « protéger l’Ukraine de la Russie ». Mais ce qu’ils ne disent pas, c’est que l’Ukraine est une pièce maîtresse de leur propre stratégie de domination économique. Une stratégie intégralement au service de leurs multinationales, et où la classe travailleuse n’a rien à gagner.

« « Sans l’Ukraine, la Russie cesse d’être un empire, a expliqué le stratège Brzezinski en 1997. »

« Si les États-Unis s’intéressent tant à l’Ukraine, ce n’est pas pour « protéger les Ukrainiens de la menace russe ». C’est avant tout pour défendre leurs propres intérêts économiques et géostratégiques. »

« leur volonté de mainmise sur le gaz pourrait encore entraîner une hausse des prix de l’énergie, alors que de plus en plus de ménages européens n’arrivent plus à se chauffer. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s