Revue de presse au 31/01/2022

Local


DÉLIRE SÉCURITAIRE SUR LA VILLE
La semaine dernière, des affrontements ont eu lieu à Pontanezen, entre jeunes du quartier et service de police. Semble-t-il sur fond de trafic de drogue, comme le relate la presse locale.
Depuis, c’est l’emballement médiatique et sécuritaire. La préfecture annonce en grande pompe la mise en place d’une BAC de jour et l’augmentation de la vidéo surveillance. Ou comment manipuler l’opinion. En effet, ces « projets » étaient déjà dans les cartons depuis plusieurs mois. Ces ambitions sécuritaires sont celles de l’État, qui essaie de les imposer par tous les moyens. Et l’instrumentalisation des épisodes de la semaine dernière en fait parti.
Les médias locaux ont aussi leur place dans cette puanteur brune. Ainsi le Télégramme publie ce matin un article relayant l’initiative d’un habitant : Nazim Yenier. Ce dernier a créé une pétition pour « expulser les délinquants de Pontanezen ». Ce monsieur n’est pas un inconnu. Il avait déjà réalisé une vidéo l’année dernière, relayée elle aussi dans la presse, appelant à recadrer certains jeunes des quartiers. Aujourd’hui, cette personne a à nouveau pignon sur rue dans la presse régionale, avec des propos délirants.
Si on peut regretter la présence de trafic de drogues, à Brest ou ailleurs, il est aberrant de tenir de tels discours simplistes et d’appeler à expulser des gens d’un quartier sous ce prétexte. Ces solutions apportées, tant par l’État que par ce citoyen aux propos abjectes, ne sont que du vent pour imposer toujours plus de contrôle. Elle ne régleront en rien sur le long terme la problématique du trafic de drogue, dans toutes ses composantes. Quid des questions sociales, du chômage, de la précarité de l’emploi, de la dégradation des services publics, des rapports de domination, de l’idéologie xénophobe de l’État envers les personnes issues de minorité, etc ?
On en a assez de leur discours de merde.


Une victoire écologique locale notable !


National


Gilets Jaunes


N’HÉSITEZ PAS À PARTAGER EN MASSE CET EXCELLENT DOCUMENTAIRE SUR LA VIOLENCE POLICIÈRE EXERCÉE CONTRE LES GILETS JAUNES !

Ep.03 | Gilets jaunes : le maintien du chaos

Suivre ce lien.
Où il est question de la montée de la répression et de sa violence à mesure que le mouvement inquiétait le pouvoir. Les donneurs d’ordre eux, ne rendent toujours pas de comptes !
Pour voir l’épisode sur You Tube (mais c’est une version censurée, autant aller sur leur site).
Pour les soutenir et permettre ainsi que l’équipe de Off Investigation réalise d’autres documentaires sur la macronie.




Santé


Contrairement à ce que semble suggérer Macron, être politisé n’est pas un mal, mais permet au contraire de se défendre rationnellement face à ses attaques ! D’où notre exaspération face à des théories délirantes qui ne permettent pas de se défendre de manière crédible, efficace.


Surveillance


Une question d’actualité dans la protection de notre santé. Le gouvernement passe en force dans la centralisation et la numérisation de nos données de santé, à l’encontre du secret médical et du consentement éclairé.

Économie




L’IDOLE EURO
Article très synthétique qui fait le point sur l’échec économique et social de l’euro pour la grande majorité des Français (travailleurs des classes populaires, ouvriers, chômeurs etc.). Quelques extraits dans le désordre :

« l’euro est un instrument de la lutte des classes ! Couplé à la libre circulation du capital, c’est une arme de destruction massive des droits des travailleurs »

« Aujourd’hui, ce rationnement budgétaire qu’a connu l’hôpital public est intimement lié à nos choix européens. »

«  L’Allemagne vit avec avec une monnaie sous-évaluée. Les pays du Sud, et nous, vivons avec une monnaie surévaluée. L’euro fort a considérablement coûté en termes de désindustrialisation à la France. »

« Comme on ne peut plus dévaluer la monnaie, on est sur une stratégie infinie de low-cost, qui consiste à écraser le coût du travail. Comme pour essayer de récupérer de la compétitivité perdue. C’est terrible parce que ça induit des biais de politiques économiques qui ne sont pas les bons. Une espèce de politique du tout compétitif poussant à du non-coopératif. C’est évident que cette politique a été profitable à l’Allemagne et aux Pays-Bas par exemple. »

« Comme l’euro est le bras armé du capital, les candidatures de droite ou d’extrême-droite s’accommodent de l’ordre économique qui existe, leur permettant de désigner d’autres cibles pour la population, en leur disant que le problème est ailleurs. Ils n’ont aucune raison de mettre ce sujet au cœur de leurs préoccupations. Ils sont les candidats du néolibéralisme. Pourquoi iraient-ils perturber son fonctionnement ? »


Rupture des chaînes d’approvisionnement aux États-Unis ! Ou les limites du « juste à tems », du « zéro stock ».


Sociologie



Histoire



Fachos


Et ça les fait marrer plus quand on leur dit que leur film incite à voter #LePen. Mais les idées réactionnaires se sont peut-être tellement diffusées dans la société qu’ils ne se rendent même plus compte qu’ils n’ont fait que les relayer, surfer sur l’air du temps !



« Daniel Conversano et Jean-Yves Le Gallou échangent sur un ton badin. Les deux hommes trinquent au blanc et picorent fromage et saucisson tout en évoquant les « vrais chiffres de l’immigration » et la « lutte contre la diabolisation ». L’entretien est filmé et diffusé sur YouTube où Conversano fait recette. Le militant radical qui a fui la France, terre « bougnoulisée » selon lui, est devenu un influenceur à succès. Depuis la Roumanie, il dirige aussi un dense réseau français « communautaire », mais surtout suprémaciste blanc appelé Les Braves. »

« C’est à lui qu’on doit par exemple le concept de « préférence nationale » »

« Jean-Yves Le Gallou fait partie des durs de l’extrême droite française. […] il estime que l’Europe doit faire face à une « guerre raciale qui menacerait les fondements ethnoculturels de la civilisation européenne » […]Ce postulat, allié à un « nationalisme blanc » selon l’historien interrogé par StreetPress, est le socle de la pensée de Jean-Yves Le Gallou. »


« Cette stratégie permet aussi de faire oublier une actualité plus gênante. Qui se souvient que, lundi dernier, le candidat à la magistrature suprême a été condamné pour « provocation à la haine raciale » ? Qui a en mémoire son procès en appel, jeudi, pour avoir prétendu que Pétain, à la tête du régime collabo de Vichy, aurait « protégé les Juifs français » pendant la Seconde Guerre mondiale ? »



« En octobre 2018, recevant le prix Oswald-Spengler à Bruxelles, Houellebecq avait glissé dans son discours sur le «déclin de l’Occident» un hommage aux livres de Zemmour – «essais historiques de grande ampleur et bien documentés» ».

« Chez Mediapart, enfin, sous la plume du journaliste Joseph Confavreux et de l’universitaire Lise Wajeman, on a sorti l’artillerie lourde contre les confrères béats du Monde, de Libération ou du Figaro : « Attentera-t-on à la liberté de la littérature en relevant que le roman de Houellebecq déborde moins de «bons sentiments» que de l’ensemble des lieux communs réactionnaires de l’époque, qu’on trouve régulièrement en couverture de Causeur ou Valeurs actuelles ? » Et de les énumérer, et de mentionner que si tout cela « passe », façon « zemmourisme en charentaises », c’est que le monde a changé : « Houellebecq peut benoîtement écrire ses histoires moisies, avec beaucoup de douceur, de tendresse même […] son monde a gagné. Dans les médias tout au moins. » Auprès d’ASI, Confavreux complète : « Ce ne serait qu’une question de goût ? On peut s’autoriser à en faire une telle promotion ? Le mec est fort, d’accord. Mais ça n’éclipse pas la question idéologique. Ce n’est pas possible de l’approcher du seul point de vue littéraire. » »


Médias


Retrouvez ici notre revue de presse spécifique :


Waly Dia et Didier le Bret parlent des problèmes d’inégalités, de discriminations… en France ainsi que du mouvement des Gilets Jaunes 💛 👍

Via : TMC/Émission Quotidien


Conspis



Par delà toutes les diversions, imposons la question sociale et écologique !

Stratégie de diversion : en campagne, Macron fait tout pour dévier le débat sur la question sanitaire. En divisant les Français entre eux, les bons et les mauvais. Ceci afin de maquer son bilan désastreux quant à l’hôpital public et plus globalement sa politique économique (fiscale) inégalitaire. Les nationalistes identitaires, eux, tournent en boucle sur l’identité française fantasmée et supposée chimiquement pure mise en danger par l’immigration, l’Islam, l’insécurité des banlieues. En somme, quasiment 75 % des candidats à la Présidentielle éviteront, minoreront la question sociale : les salaires, le pouvoir d’achat, les services publics sous-financés ou en voie de privatisation, leur absence de certains territoires etc. La question écologique ? Ils tenteront de l’éviter et de la minimiser également. Autant Macron que Pécresse, ainsi que le reste de l’extrême droite. Le premier pour masquer son inaction. Les seconds parce que leur électorat attend qu’ils se positionnent sur des positions régaliennes fortes (police, justice, armée). Financer la rénovation thermique des habitations et ainsi réduire les factures des Français les plus pauvres pour se chauffer ? Très peu pour eux.
Ainsi, il est dans l’intérêt du plus grand nombre d’entre nous (travailleurs des classes populaires voire moyenne, chômeurs, retraités, étudiants, réfugiés…) que nous mettions en avant des thèmes économiques et écologiques comme l’augmentation des revenus (salaires, pensions, minimas sociaux), les services publics, la rupture de modèle économique pour tenter de parer au dérèglement climatique. La question des libertés est bien sûr aussi essentielle mais demande une rigueur d’analyse et non de se perdre dans des analyses épidémiologiques trop difficiles à maîtriser. D’où l’importance d’apporter des critiques rationnelles en nous appuyant sur des médias indépendants mais sérieux, prudents dans leurs affirmations et vérifiant leurs sources etc. Comme ceux de la liste que nous présentons ici.
Sinon, ce serait un peu comme utiliser des « armes » enrayées pour nous défendre, discréditées par avance par l’adversaire, donc inoffensives, inefficaces.
Voici ici une vidéo très instructive et compilant les pires aberrations de Jean-Jacques Crèvecœur, un militant antivax du web. Elles suffiraient normalement à discréditer à jamais un tel charlatant ! Comme des Dieudonné, Soral, Casasnovas, il a toujours quelque chose à vendre. Et derrière ces militants antivax délirants, les idées antisémites, d’extrême droite ne sont jamais loin, comme on peut le voir ici dans une autre vidéo de L’Extracteur publiée sur leur excellent chaîne You Tube :
Ici leur vidéo qui récapitule : « Les « lanceurs d’alerte » et la crise du COVID 19 [Dans quel contexte ?] » :
On pourrait se dire que ce genre de personnages ne sont que des clowns, qu’ils ne sont pas importants. Mais malheureusement ils dévient eux aussi le débat dans des directions le plus souvent complètement délirantes et sont suivis par des milliers voire des centaines de milliers de personnes sur les différents réseaux sociaux.
Ceci n’est pas dit pour faire la morale. Mais il est dommage de tomber dans cette autre diversion qui nous détourne des sujets touchant notre vie quotidienne comme notre pouvoir d’achat, pour tout simplement vivre dignement, car pendant ce temps , les prix continuent d’augmenter. On se dit parfois que si toute cette énergie mise parfois à contester des chiffres, avancer ses propres théories sur le vaccin et la pandémie, était mise pour défendre notre propre agenda social et écologique, cela gênerait autrement le Pouvoir ! Et les alliances à nouer, interprofessionnelles, seraient élargies. De plus, nous ne pouvons défendre efficacement nos libertés et critiquer la répression, la technopolice, que sur des bases rationnelles et claires. Ceci, afin de pouvoir se faire entendre et augmenter nos rangs.
Lire aussi notre article


Présidentielle 2022


Primaire populaire

Ça ne vous rappelle pas la langue néo-managériale macroniste ? Une pluie d’éléments de langage !


Petit florilège Taubira





International


Dans les commentaires relatifs à cet article, un lecteur de Les Crises résume bien la situation :

« Je ne suis absolument pas d’accord pour renvoyer dos à dos Russes et Américains, pour la simple raison qu’il y a ici un agresseur et un agressé.

1- Que font les Américains a des milliers de kilomètres de chez eux, à la frontière russe ?
2 – Que ferait les Américains si les Russes faisait la même chose à leurs frontières, par exemple au Mexique ?
3 – Qu’elle est la finalité de l’OTAN alors de l’URSS n’existe depuis 1990
4 – Mettre sur le même plan Russes et Américains dans l’affaire Ukrainienne c’est déjà prendre parti pour les USA. »

Et rappelons le fameux adage : dans les relations internationales, en diplomatie, il n’y a que des intérêts… D’où la nécessité de sortir d’une analyse uniquement morale de la situation, comme s’il y avait de façon manichéenne les gentils d’un côté, purs de tout reproche, et les méchants de l’autre, véritables incarnations du diable !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s