Revue de presse de l’été (au 30/08/2021)

Les forces de progrès social ne doivent pas laisser la rue à l’extrême droite mais au contraire la contrer dans les manifestations contre le pass sanitaire. Nous ne pouvons pas accepter tout et n’importe quoi ! Et plus que jamais, manifestons contre le pass sanitaire mais aussi et surtout contre les réformes antisociales afin d’élargir et amplifier le mouvement !
Lire aussi notre article : Devons-nous tout accepter ?


AMPLIFIONS LE MOUVEMENT CONTRE LE PASS SANITAIRE À UNE CONTESTATION GLOBALE DE L’ORDRE ÉCONOMIQUE INÉGALITAIRE DE MACRON, SES LOIS LIBERTICIDES ET RÉFORMES ANTISOCIALES !
Défendons les travailleurs, chômeurs, étudiants etc. et nos services publics contre les privatisations et l’austérité, l’appauvrissement général.
Montons des équipes et collectifs autonomes des syndicats qui ont du retard à l’allumage. La base doit les pousser à l’action, sans récupération ultérieure ou négociation du moins disant social : quelques miettes !…
RDV CHAQUE SAMEDI À 14H PLACE DE STRASBOURG À BREST POUR MANIFESTER CONTRE LE PASS SANITAIRE ET LES RÉFORMES ANTISOCIALES !
#giletsjaunes #syndicats #PassSanitaire #antipassanitaire #antipass

Réaction de lecteurs suite au post de l’image et du texte ci-dessus

1er lecteur :

Oui militons pour consommer de l’essence pas chère, justice économique pour pouvoir consommer plus ! Les capitalistes ont de beaux jours devant eux.

2ème lecteur :

Le pic de production du pétrole est passé, le prix ne fera qu’augmenter. C’est le début de la fin de notre ère consommatrice. La fin de l’esclavage a été permise grâce au pétrole car les machines remplacent l’énergie musculaire. Donc ne croyez pas que vous vivrez mieux si vous manifestez, on ne vous donnera rien de plus, bien au contraire. La seule chose a dire c’est ne gaspillez pas vos énergies.

Notre réponse :
Il faudrait bien évidemment réduire la production mondiale de produits dont on pourrait largement se passer mais les capitalistes ne l’entendent pas de cette oreille. Et aussi réduire notre dépendance aux voitures. Mais pour ça il faudrait des transports publics plus largement répandus, accessibles et peu chers voire gratuits. Mais ça, notre gouvernement n’en prend pas non plus la voie. Pas plus qu’ils ne rénovent suffisamment les passoires thermiques où vivent le plus souvent les plus pauvres. En attendant, les gens qui ne peuvent pas faire autrement que de prendre leur voiture pour aller au travail, chercher du boulot, faire leurs courses etc. voient leurs dépenses contraintes augmenter et peuvent se trouver en situation de précarité voire de pauvreté. Donc il est logique que les moins aisés réclament des prix moins chers à la pompe, des baises des prix du gaz et de l’électricité ainsi que de tous les produits de première nécessité (pâtes etc.) et autres dépenses « obligées ». Les plus riches eux, pourront toujours amortir ces hausses de prix. Ce n’est pas les consommateurs les pauvres qu’il faut culpabiliser mais les plus riches comme ceux qui polluent avec les SUV non nécessaires. Plus globalement c’est à la production que tout ce joue, l’on ne consommerait pas certaines marchandises inutiles et très polluantes si elles n’étaient pas produites !

Local



Belle mobilisation sur Brest contre le pass sanitaire, la vaccination obligatoire des soignants et les lois liberticides, autoritaires, anti-sociales d’Emmanuel Macron…
Les mobilisations sur Brest ont permis la création :
Du Collectif santé 29 : venir en aide aux soignants isolés menacés de licenciement
Une caisse de soutien aux soignants menacés de licenciement pour motif de non vaccination.
« Que chacun apporte sa contribution et deviennent le bâtisseurs d’un monde fondé sur l’entraide »
Serge Desjardins
Rdv samedi prochain 14h place de Strasbourg
14h30 – place de la Liberté pour action de désobéissance civile😉

Aujourd’hui les difficultés, les violences, le harcèlement moral que nous subissons nous ont emmené, professionnel-les de Santé de différentes structures et statut (publique, privé) du Finistère à nous retrouver pour entrer en résistance.

COLLECTIF SANTÉ 29

Nos buts sont de LUTTER POUR :

1.LA VACCINATION CONSENTIE ET ÉCLAIRÉE

2.LE RESPECT DU DROIT DU TRAVAIL

3.LE PRINCIPE DE PRECAUTION DE LA SANTÉ

4.L’ACCÈS AUX SOINS POUR TOUS

Nous avons conclu que nous pouvions accepter au sein du collectif tous personnels de la santé publiques, privés, libéraux, pompiers, ambulanciers…Vacciné-es ou non vacciné-es.

Que nous resterions neutres et indépendant-es pour toucher le plus large public possible.

Nous avons créé une adresse mail : CollectifSante29@protonmail.com

Une page sur Facebook : (en création)

Des groupes de soutien aux Soignant-es se crées partout en France !

Nous travaillons à organiser la riposte, juridique, collectives, rechercher des soutiens, des allié-es.

Nous avons décidé de participer aux manifestations le samedi en nombre et en tenue, de prévoir des actions !

Faire du bruit, nous rendre visibles, rompre notre isolement pour nos valeurs de soignant-es !

Collectif Santé 29



Sur la manifestation du 31 juillet à Brest

Après la manifestation


Avant la manif



Courrier des lecteurs


Où l’on nous attribue des intentions que nous n’avons pas, typique d’une certaine mauvaise foie :

Votre « lutte » est débile, autocentrée et égoïste. 40 millions de Français sont doublement vaccinés et on arrive à revivre plus normalement grâce à ça. 47 millions ont été primo-vaccinés. Vous confondez et mélangez tout. C’est quoi votre kif ? Vous la jouer « insoumis » (genre 90 % de la population est soumise mais pas vous ?). Comme vous je suis contre le rouleau compresseur capitaliste. Pour le reste vous vous plantez sur toute la ligne en refusant de boire la réalité : les vaccins marchent et sont le seul moyen de pouvoir atteindre l’immunité collective permettant de parler du Covid au passé. Vous êtes à la masse complet et beaucoup de Français en ont ras le bol de vous.

On ne parle pas de vaccination mais de pass sanitaire qui amène une rupture d’égalité, l’interdiction d’accès à des lieux publics à une partie de la population (exemple des bibliothèques publiques). Et encore une fois l’on nous force la main. De plus, il serait grand temps de donner plus de moyens à l’hôpital : plus de lits de réanimation, de personnels formés pour s’en occuper, de matériel etc. Également : nationaliser Luxfer pour produire nos propres bouteilles d’oxygène et surtout lever les brevets des vaccins afin de vacciner surtout les populations les plus à risque des pays pauvres afin de limiter l’apparition de nouveaux variants. Quelques pistes constructives ici, plutôt que de punir un peuple entier et d’exiger la vaccination des enfants par exemple dont les doses qui leur sont attribuées pourraient aller aux pays pauvres.


Voici deux articles de blog de notre conception :
Ils concernent des sujets très importants et graves à nos yeux concernant des idées circulant sur les réseaux sociaux et dans la société, notamment dans les manifestations contre le pass sanitaire, à savoir l’antisémitisme et plus généralement les idées intolérantes, réactionnaires ou carrément racistes de l’extrême droite. Elles sont très clivantes et excluantes et ainsi ne peuvent servir de base pour rassembler !
De plus, nous n’avons pas participé au mouvement social des Gilets Jaunes, sur des revendications très matérielles concernant pour certains leur propre survie et des demandes pour plus de démocratie, pour nous voir maintenant manifester avec des gens propageant les idées les plus autoritaires, les plus inégalitaires mais aussi les plus délirantes, notamment parmi ceux qui se disent encore pourtant Gilets Jaunes !… De plus, deux siècles de mouvement ouvrier pour en arriver là !?… Quelle misère ! À ne plus rationnellement parler d’exploitation et désigner ceux qui nous oppriment, les capitalistes, leurs fondés de pouvoir d’État et les médias des milliardaires qui assurent le maintien idéologique, le service après-vente de leur ordre inégalitaire !?…
Qui plus est : marre de recevoir ces News Jaunes dans cette présente liste de mails, polluant nos boîtes mails et comprenant tout ce qu’internet compte de cinglés aux complots totalement délirants flirtant bien souvent avec l’antisémitisme et l’extrême droite la plus intolérante et réactionnaire, les idées les plus nauséabondes !… Nous les listons ici.
Si nous sommes nombreux à avoir retrouver la solidarité sur les rond-points comme il se dit souvent, dans le mouvement des Gilets Jaunes, il est navrant de voir aujourd’hui certains d’entre nous relayer les pires saloperies les plus excluantes et pour le coup manquant franchement de solidarité, ou autre âneries sensées tout expliquer en des complots qu’autrefois, un haussement d’épaules aurait suffi à discréditer !
Il est donc impératif de remettre la critique sur ses pieds, en partant de la critique de l’économie et de la politique, bref, rien de nouveau, pas besoin d’aller chercher midi à quatorze heures ! Les capitalistes, les politiciens qui les servent se concertent, comme n’importe quel groupe… Peut-être même complotent-ils parfois comme en 19173 au chili ? Mais la plupart du temps, ils ne se contentent que de suivre leur propre intérêt et celui de leur classe, à savoir la bourgeoisie, les détenteurs des moyens de production, des titres de propriétés, du capital financier.
Alors ne nous éparpillons pas à cibler de faux ennemis. Pendant ce temps le capitalisme nous conduit toujours un peu plus dans le mur : aucunes mesures d’ampleur et suffisantes ne sont apportées pour limiter le réchauffement climatique, il ne faut pas rompre la grande marche du capital qui risque bien de nous mener tous vers l’abîme.
Gilets Jaunes Brest

Un lecteur :
L' »antisémitisme » ne peut pas, ne doit pas être considéré comme le seul ressort animant les mouvements de contestations, de plus en plus nombreux, à travers le pays et dans le monde. Faire une analyse aussi indigente de ce mouvement, c’est travailler contre lui.
Réponse à un certain relativisme de nos lecteurs :
Personne ne considère l’antisémitisme comme « le seul ressort animant les mouvements de contestation » contre le pass sanitaire, à part peut-être quelques journalistes de mauvaise foie ou des macroniens et autres détracteurs politiques qui insisteront là-dessus pour déstabiliser l’ensemble d’un mouvement ! Mais devons-nous pour autant laisser sans broncher quelques gugusses se pavaner avec des pancartes antisémites sous le prétexte fallacieux tant répété qu’il ne faudrait pas diviser ? Fermer les yeux et faire comme si tout était normal ? Indirectement, ça serait quelque part cautionner de tels actes ! Et cela ne manquerait pas par ailleurs d’être instrumentalisé par la Presse et autres personnes malveillantes à notre égard. Le relativisme et la tentation de minimiser sont tout à fait inquiétants !

Réponse à un sempiternel appel à reprendre les ronds-points :
Bonjour, ça revient à chaque fois comme interrogation mais ça ne se fait pas sur un claquement de doigts. Serions-nous suffisamment nombreux ? Les gens en ont-ils la motivation ? Comment l’organiser ? Quelle logistique ? Et l’histoire ne se répète pas. Nous pensons qu’il ne faut pas chercher à refaire sans arrêt les mêmes actions comme pour rejouer un passé mythifié, même si l’on est nostalgique du début du mouvement et de la vie sur les ronds-points. Fort peu probable que ça se reproduise, ça sera autre chose et il faut être attentif à ce qu’il se passe : le mouvement contre le pass sanitaire est aussi un mouvement de masses déjà très conséquent pour l’été. Nous pensons que c’est plutôt à l’intérieur de celui-ci qu’il nous faut intervenir. S’il continue à se développer il créera ses propres modes d’actions et donc peut-être qu’à l’avenir il y aura d’autres occupations mais pas forcément ou uniquement celles des ronds-points.

National


Revenir aux fondamentaux

« Quand on est dans la rue, on n’est pas apolitiques.»

Les Gilets Jaunes de Gignac reposent les bases du combat à mener contre le braquage des libertés et des services publiques.

« Et ça ne peut être que sans l’extrême droite. »

📹 Denis Allasia

VIDÉO


MAIS QU’EST-CE QU’ILS NOUS PRÉPARENT ENCORE ?!…

Le projet de loi 3DS doit être examiné à la rentrée par l’Assemblée Nationale, une raison de plus pour se retrouver toutes et tous dans la rue pour défendre nos acquis sociaux !

  • LOI 3DS : FLICAGE ET GUERRE AUX PAUVRES

– La droite et l’extrême droite veulent conditionner le RSA à une vérification des biens et des activités des plus précaires –

Le 21 juillet dernier, le projet de loi 3DS – pour « différenciation, décentralisation, déconcentration et simplification » – était voté en toute discrétion entre les murs du Palais du Luxembourg. Porté par Les Républicains avec le soutien de LREM, ce texte prévoit entre autres le transfert des routes nationales et de la médecine scolaire aux collectivités territoriales, la suppression du transfert initialement prévu des compétences en eau et en électricité, mais aussi un durcissement des conditions d’obtention du RSA ainsi que la possibilité pour les communes de négocier les quotas de logements sociaux : de nouvelles atteintes extrêmement graves portées aux droits sociaux.

Si actuellement le Revenu de Solidarité Active est attribué en fonction des ressources, les départements auront désormais la possibilité de fixer un plafond concernant la valeur de l’ensemble des biens de la personne. Il faudra notamment déclarer « appareils électroménagers, équipements son-hifi-vidéo et matériels informatiques du foyer, les voyages, séjours en hôtels, locations saisonnières, restaurants, frais de réception, biens et services culturels, éducatifs, de communication et de loisirs »… Tout sera passé au crible.

La valeur de ces plafonds reste encore inconnue, d’autant qu’elle pourra différer en fonction des départements. L’objectif est clairement affiché : exclure davantage les plus précaires de certaines parties du territoire, tout en les maintenant dans la peur de perdre le peu de ressources dont iels disposent. Impossible de faire le moindre projet de vie sur le long terme dans ces conditions. Ces nouvelles mesures s’accompagneront d’un renforcement des contrôles pour les allocataires, ainsi que la mise en place d’un plafond d’épargne à 23 000 euros.

Les président.e.s des Conseils Départementaux auront l’autorisation de demander directement « des renseignements supplémentaires » aux demandeurs d’aide. De quelle nature seront ces fameux « renseignements supplémentaires » ? Les plus pauvres, sous prétexte qu’ils le sont, se verront donc également retirer ce qu’il leur reste d’intimité ?

Dans le même temps, la loi SRU qui avait pour objectif que chaque commune dispose de 25% de logements sociaux dans son parc immobilier a été modifiée. Désormais, chaque ville pourra négocier ce taux à la baisse avec le département. Quand on connaît les politiques du logement que mènent les préfectures actuellement, à coup d’expulsions en nombre, souvent illégales, hiver comme été, on peut s’attendre au pire.

Obtention des aides sociales de plus en plus difficile, crise du logement, expulsions, démantèlement du service public, attaque aux droits des chômeurs … Les plus précaires se retrouvent toujours plus dépouillé.e.s de la moindre ressource, tandis que les plus riches,eux, continuent de se baffrer goulûment en toute impunité.

Le projet de loi 3DS doit être examiné à la rentrée par l’Assemblée Nationale, une raison de plus pour se retrouver toutes et tous dans la rue pour défendre nos acquis sociaux !

Sources : https://www.publicsenat.fr/…/loi-3ds-rsa-eoliennes…




🛑 MALAISE ABSOLU

Une radio privée qui s’associe au gouvernement et joue son jeu en utilisant la vaccination non pas pour ce qu’elle est, une question de santé publique, mais comme propagande d’état.

Un visuel à gerber, un langage de « djeunes » ridicule, l’idée que ceux qui remettent en cause le vaccin sont forcément pro virus…

Skyrock ou comment justifier des mesures autoritaires et inciter à la délation de façon « cool ».


Oh comme il est beau le grand défenseur des libertés !

Internet n’oublie jamais !



Été 2021. Pendant que la planète suffoque, que les régimes hybrides se muent en Etats technopoliciers et que les fascistes avancent à visage découvert, la gauche continue de s’interroger et « lutte » courageusement depuis son écran …


EMMANUEL LE PEN

– Faux « barrage à l’extrême droite », vraie autoroute vers le fascisme –

➡️ Loi séparatisme
➡️ Hommage à Pétain
➡️ Traque des sans-papiers
➡️ Tentes de réfugiés lacérées par les CRS
➡️ Loi de sécurité globale
➡️ Extrême droitisation des médias
➡️ Militarisaton du maintien de l’ordre
➡️ Mutilations, morts, blessures, à coup de grenades et de LBD
➡️ Pleins pouvoirs à la police
➡️ Soutien à Eric Zemmour
➡️ Référence à Maurras
➡️ Contrôle total et flicage numérique
➡️ Écrasement sanglant de toute opposition
➡️ Extinction des contre-pouvoirs
➡️ Pompiers, enseignants, soignants matraqués
➡️ Censures diverses
➡️ Police, caméras et militaires partout
➡️ Décisions imposées sans vote par 49.3, décrets et ordonnances
➡️  Etat d’urgence dans le droit commun
➡️  Blindés, arrestations de masse et armes de guerre contre les Gilets Jaunes
➡️ Crise sanitaire gérée militairement
➡️ Crachat sur les réfugiés Afghans quelques heures après le coup d’Etat des Talibans …

Vous avez voulu « faire barrage à l’extrême droite » ? Vous avez mis Le Pen au pouvoir.


🛑 Emmanuel Le Pen🛑

Avant son discours hodieux d’hier, Macron avait déjà montré son racisme et à quel point il n’était en rien un barrage à l’extrême droite.

VIDÉO




Le «pass sanitaire» est une pure offensive liberticide dans la continuité de la Loi de sécurité globale, du couvre-feu et de l’état d’urgence, et doit être combattu comme telle. C’est un enjeu politique incontournable de l’époque.


Dans la capitale russe, les autorités ont imposé une mesure très comparable à celle annoncée par le président Macron : un « QR code sanitaire ». Le 28 juin, le maire avait mis en place l’obligation de scanner un QR code officiel pour entrer dans les établissements publics, bars, restaurants, discothèques, etc … Même logique de flicage et de contrôle des corps à l’aide d’outils numériques pour imposer la vaccination.

Trois semaines plus tard, la mesure est annulée par un décret du 16 juillet. Dans ce laps de temps, la fréquentation des établissements a drastiquement baissé, victimes d’un boycott massif. « Au moins 170 restaurants et cafés de la capitale ont dû fermer à cause des restrictions en vigueur » explique la presse. A noter que la mesure imposée à Moscou était moins autoritaire que celle voulue en France : il était possible d’aller en terrasse sans se faire scanner. Résultat : les terrasses étaient prises d’assaut mais quasiment personne ne rentrait à l’intérieur. Malheur aux bars et restos sans terrasse. Certains auraient perdu « près de 100% de leur chiffre d’affaire ».

Une bonne partie de la population a tout simplement évité ces lieux même si le QR code leur permettait, comme en France, de le faire sans port du masque ni distanciation sociale. Entrainant l’annulation de la mesure du maire de la capitale russe. Un recul des autorités sur ce scannage et ce traçage permanent de toute la population est donc possible.


Source : https://www.lefigaro.fr/…/covid-19-a-moscou-l…




Analyses



CONTRE PROPRAGANDE MEDIATIQUE
Depuis maintenant 3 semaine, la France vit une nouvelle étape dans son basculement vers l’autoritarisme. L’instauration du Pass sanitaire nous fait tou.te.s basculer dans une nouvelle configuration de nos rapports sociaux.
L’argument avancé par le pouvoir étatique est celui d’un taux de vaccination inférieur à celui de nos voisins. Et cela serait dû au fait que le français (ou le gaulois, en d’autres temps) est réfractaire.
Hors il y a là 2 contre vérités facilement démontables. D’abord la première en chiffre. La France, même si effectivement le retard à l’allumage a été énorme (sans doute encore de notre faute…), est loin d’être à la traine comparé à des pays globalement comparables d’un point de vu sociétal. La preuve avec les statistiques analysables ici :https://www.sortiraparis.com/…/240384-vaccination-dans…
Ces données sont mises à jour en temps réel. Il s’agit donc des données d’hier. Mais si on les analyse, on se rend compte qu’il y a déjà 10 jours, donc à une date bien plus proche de la date de mise en application du dit Pass, la France était dans les même taux de vaccination que ses voisins. Seuls se détachaient légèrement le Canada, le Portugal et l’Espagne. Il est donc faux de dire que la France est à la traine, et de mentir en disant que nos voisins étaient, il y a 3 semaines, à 80% de leur population vaccinée.
Par contre, il s’agit là de données purement quantitatives. En analysant les données qualitatives, on se rend compte que ce taux est atteint notamment parce que la France a fait le choix (plus que discutable) de vacciner ses adolescent.e.s à partir de la mi juin. Le pic de vaccination ayant eu lieu en juillet n’est que la conséquence directe de cette mesure. Le nombre quotidien de vaccinations est analysable dans l’autre lien ci dessous, issu des données du ministère de la santé.
Par exemple, nous venons de dépasser le taux brut de vaccinés d’Israêl, souvent cité en référence. Mais là bas, ils n’ont pour le moment pas vacciné leurs enfants.
Cette réflexion amène à se poser la question de la vaccination chez les personnes réellement à risque de développer une forme grave de la COVID. Et là, les données sont effectivement moins reluisantes, avec un déficit de vaccination comparativement à nos voisins. Hors rien n’est fait pour envisager réellement une amélioration de la couverture vaccinale de ces personnes : pas de message de santé publique clair, mais on contraire la poursuite d’un gros n’importe quoi avec des mesures d’un jour qui continuent de discréditer celles de la veille, pas non plus de mise en place de structures de terrain au plus proche de la population pour rassurer les personnes qui se posent à juste titre des questions, mais au contraire une stigmatisation comme celle en cours vis à vis des soignants.
Bref, la bataille des chiffres fait rage comme depuis 18 mois maintenant et les mensonges gouvernementaux ont toujours la côte. Sans compter qu’il ne sont contre balancés par aucune structure ayant pignon sur rue médiatique. Il faut donc encore et toujours s’en remettre aux médias alternatifs pour essayer de trouver un peu de nuances aux insanités gouvernementales proférées sur les plateaux télés.
Deuxième contre vérité facilement démontable, celle de l’irresponsabilité de certain.e.s, qui serait la cause principale de ce soit disant retard.
Là aussi, cette affirmation est hors de propos. Placer ainsi la responsabilité individuelle de chacun.e au même niveau que la responsabilité collective de l’état est un vieux réflexe des « élites ». Il s’agit du même mécanisme de manipulation intellectuelle que l’affirmation trop souvent répétée « les pauvres sont pauvres parce qu’ils ne savent pas gérer leur argent ». Affirmation qui ne tient nullement compte de tous les facteurs sociologiques, psychologiques, et économiques de nos sociétés.
Ici l’état procède de la même façon. Il manie le bâton à merveille, crée de toute pièce une problématique pour mieux faire oublier la responsabilité qui lui incombe. Qui est responsable des milliards d’euros de subventions allouées au laboratoire Pasteur pour la recherche de vaccin sans demander aucune contrepartie? Qui est responsable de la perte de confiance en les institutions à force de dire n’importe quoi à sa population, comme l’a bien mis en lumière l’affaire des masques au 1er confinement? Qui est responsable de la destruction du système de santé depuis des décennies, le tout à force d’obéir à une logique néolibérale? Qui est responsable de la détérioration de la recherche française suite aux différentes réformes dont la dernière en date avec la LPPR (loi de programmation de la Recherche 20212030, article ci joint : https://www.monde-diplomatique.fr/2020/12/PINSOLLE/62551) ?
Et enfin qui est responsable de la montée de l’individualisme dans nos sociétés à force de promouvoir par la publicité cette valeur au dépend de tout ce qui nous fait défaut aujourd’hui?
Nous pourrions continuer ainsi longtemps la liste des questions dont les réponses sont déjà connues.
Non, les gens, et les français.e en particulier, ne sont pas réfractaires par nature aux changements que le système néolibéral voudrait leur faire avaler de force. Pas plus qu’ils ne sont égoïstes face à une question de vaccination qui n’est justement pas qu’une simple question de vaccination, mais une question de société dans son ensemble.
Simplement les gens se posent des questions. Et devant l’hypocrisie symbolisées par de telles mesures, il semble encore salutaire de s’en poser.
Ainsi, cette stratégie menée par le gouvernement est non seulement une véritable honte, mais en plus elle est contre productive. Sa contre productivité est bien analysable sur le graphique du nombre de vaccinations quotidiennes. Depuis 3 semaines et l’instauration du pass sanitaire, le nombre de primo vaccination chute. Symbole, s’il en est, de la fracture actuellement à l’oeuvre dans la société. En voulant passer en force d’une manière complètement hypocrite par l’instauration du pass sanitaire, l’état crée les conditions pour que les personnes qui se posaient déjà des questions majorent leurs doutes vis à vis de lui.
Sauf que cette façon de faire est extrêmement dangereuse d’un point de vu sociétal, entendu d’un point de vu démocratique. Cela grève encore plus la confiance qui n’était déjà pas au beau fixe. Hors sans confiance, une société comme la notre ne va nulle part.
Le pire dans tout cela, c’est que nos dirigeants en ont bien conscience, et que même là dessus ils commencent à jouer et à avouer à demi mot certaines convictions qui nourrissent la vision d’un projet nauséabond.
En effet, cette perte de confiance, elle va continuer à nourrir leur vision mythique du « gaulois réfractaire ». Hors la bourgeoisie utilise cette image depuis quelques temps maintenant pour avancer le fait que « la démocratie serait un système moins bien armé en temps de crise que les systèmes autoritaires ». Entendez par là le système chinois par exemple.
Ainsi, la perte de confiance majorée par l’instauration du pass sanitaire n’est qu’un argument de plus dans la bouche du pouvoir pour justifier sa marche en avant vers l’autoritarisme. Comme si l’autoritarisme du pass s’autonourrissait pour justifier la répression des masses récalcitrantes à venir.
Qui plus est, cette notion même de pass permet à tout à chacun.e, comme déjà évoqué dans d’autres articles, de devenir le policier des autres.
Ainsi l’état fait coup double. Il permet de délester une partie de la surveillance qu’il désire aux simples citoyen.ne.s. Et il crée les conditions nécessaires à ce que la confiance continue de s’ébranler, motivant ainsi de nouvelles lois liberticides à venir.
2e lien concernant les vaccinations quotidiennes en France :

Un peu de stratégie





Les actuelles mobilisations massives contre les mesures politico-sanitaires de Macron et de son gouvernement prennent au dépourvu des pans entiers de la gauche critique, d’alternative, de rupture. Diabolisant les actuelles manifestations qui seraient hégémonisées par l’extrême droite, elle sombre dans le méchant jeu des “prophéties autoréalisatrices” pour se justifier de ses démissions politiques.



🚫 LES FOSSOYEURS DE LIBERTÉ 🚫

La situation ne fait aucun doute : la liberté est violemment attaquée par les mesures de passe sanitaire imposées par le pouvoir. La France s’engouffre toujours plus dans la voie d’une société de contrôle, inspirée du modèle chinois (voire israélien). C’est grave et nous le combattons sans ambiguïté depuis le début.

Mais, dans le même temps, la liberté est également attaquée sur l’autre front, de façon plus pernicieuse, mais tout aussi dangereuse. Sur le front de sa « défense ». Des personnalités et partis politiques de droite dure, se sont emparés du combat contre les restrictions sanitaire pour en faire un levier électoral (coucou 2022)

Ces Phillipot et Dupont Aignan, sont en train d’importer une mouvance américaine qui n’avait jusqu’à présent pas d’emprise en France : le libertarisme de droite.

Sans faire dans l’encyclopédique, le libertarisme (de droite, majoritaire aux USA) est la promotion d’une liberté individuelle absolue. L’idée que partout où l’État légifère, cela se fait au détriment de la liberté. Moins il y a d’État, mieux se porte l’humanité. Cette « philosophie » est bien évidemment très fortement liée à la liberté économique et financière. Les libertariens américains sont ainsi fortement financés par des ultras riches et de grandes entreprises.

Pour ces gens là, il s’agit donc de promouvoir la liberté individuelle, sans aucune notion de solidarité. Aux USA, cette mouvance a pris le l’ampleur lors du combat contre la réforme de l’assurance maladie, l’« Obamacare », une mesure destinée aux plus précaires mais, qui selon eux, était totalitaire. Ils furent aussi en première ligne sur le combat contre l’imposition par l’État Fédéral de contraintes liée à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Leur credo : laissez moi m’enrichir, porter une arme, et vivre comme je l’entends. Et que chacun se démerde pour être heureux sans l’aide de quiconque.

Pour ces libertariens, toute action publique est une dérive vers le totalitarisme, et ils n’hésitent pas à utiliser les comparaisons avec le régime soviétique ou le régime nazi. Ce n’est donc peut être pas un hasard si on retrouve, en France, ce type de comparaison plus que déplacée et nauséabonde qui ridiculise les manifs anti passe sanitaire. Le problème avec la pensée libertarienne n’est pas qu’elle s’oppose à l’état. Très bien. Mais que dans le même temps, elle s’oppose aussi à toute organisation solidaire, populaire qui tente de s’autonomiser par rapport à un état qui maintient un système inégalitaire.

Cette vision de la liberté, uniquement centrée sur sa « propre » liberté, est en fait un égoïsme qui ne dit pas son nom. Cet individualisme poussé à l’extrême et présenté comme une défense de « LA » Liberté est en vérité déjà le dogme du néo libéralisme qui met en concurrence les individus les uns contre les autres. Ce qui revient à la notion d’une liberté qui finit toujours par être celle du plus fort.

Cette notion de la liberté fondée avant tout sur l’individu porte même préjudice à ses défenseurs, qui souvent issu des classes moyennes, ne tirent pas particulièrement leur épingle du jeu d’un système du chacun pour soi qui au final les destine à avoir une place sociale de soumission juste un peu au dessus des plus pauvres et à ne récolter que des miettes.

Il y aurait plus à gagner à défendre une liberté qui pense aussi le monde et la communauté, plutôt qu’une liberté qui pensent l’individu par dessus tout. Ce qui est déjà l’apanage du néolibéralisme qui opprime 99% de la planète. Dessinant plutôt un monde à la Mad Max qu’un monde désirable.

Combattre le pass sanitaire, en utilisant la notion de liberté, tout en se foutant du drame que vivent les populations les plus précaires en France et dans d’autres pays, en niant la catastrophe climatique en cours pour ne pas faire perdre des profits aux plus riches, c’est souiller la notion de liberté. C’est l’isoler dans un égoïsme petit bourgeois occidental. Ces gens là disent vouloir la disparition de l’état mais en réalité leur ennemi c’est l’état social, ils ne remettent jamais en question l’état policier. Ils ne voient pas (ou ne veulent pas voir) qu’ils défendent un ordre bourgeois : la surveillance de masse, les attaques contre le droit de manifester… n’entament pas leur liberté de petit bourgeois, et ils ne la combattent donc pas.

La liberté ne peut se vivre que si elle s’accompagne d’humanité, de solidarité et de résistance.



Publicité


La police recrute !

Syndicats




  • Une analyse du camarade, Roland D., membre de la CE FERC-CGT et de l’UD CGT Nord, militant CGT, membre – porte parole du CSP 59

LE SYNDICALISME RÉVOLUTIONNAIRE ET LES NOUVELLES FORMES DE LA LUTTE DES CLASSES ?

Les formes de luttes « inattendues » se développent de plus en plus et cela hors des cadres syndicaux, associatifs et politiques traditionnels du mouvement ouvrier et populaire. En France, des bonnets rouges, des Gilets Jaunes aux manifestants anti-pass sanitaire, les résistances populaires se multiplient sans et hors des organisations historiques de la classe ouvrière et du mouvement démocratique et populaire.

A chaque fois celles-ci sont traversées par des interrogations, des hésitations puis par la division entre opposants ou partisans. Si tout le monde s’accorde pour qualifier « d’inédits » ces mouvements, les uns les caractérisent de « populistes », voire de « fascistes » et les autres de « populaires ».

On retrouve même parfois des questionnements dubitatifs sur les actions du « Comité Adama », des « comités contre les violences racistes policières », les appels à dé-esclavagiser et décoloniser les noms de rues, les statuts, les monuments publics ou encore les appels à se mobiliser contre l’islamophobie d’État ainsi que des difficultés persistent à faire le lien entre les lois jumelles dites sur le «séparatisme » et « l’urgence absolue ». Tout se passe comme si le mouvement ouvrier et populaire démocratique est prisonnier à travers ses « dirigeants » de l’idéologie bourgeoise des « valeurs républicaines », des « principes républicains » dont pourtant à maintes reprises la lutte prolétarienne des classes s’est démarquée, notamment la Commune.

Mais à y regarder de plus près ce type de soulèvement populaire spontané partiel ou total n’est pas une particularité « française » et peut être apparenté à d’autres soulèvements populaires en Europe, aux USA, mais aussi ailleurs, notamment dans les pays dépendants, coloniaux, néocoloniaux.
Le caractère spontané de ces luttes sociales est l’élément le plus partagé dans tous les exemples de soulèvements populaires anti-libérales, anti-impérialistes, anti-racistes et anti-capitalistes.
Ainsi en Tunisien, au-delà de l’appellation de « printemps arabe » qui lui est donné par les médias et la stratégie impérialiste des « révolutions de couleurs » pour les détourner et les mener dans une impasse avec l’aide des forces réactionnaires internes, par exemple, islamistes financées par les pétro-dollars, le suicide du jeune de Sidi Bouzid est le déclencheur du ras le bol du peuple des politiques libérales prédatrices qui affament le peuple et enrichissent surtout les Multinationales impérialistes et les fractions de la bourgeoisie apatride soumise à l’OMC, le FMI, la Banque Mondiale.

En Colombie, c’est la contre-réforme fiscale, qui pique dans les poches des travailleurs et des populations à l’instar de la « taxe carburant » qui a mobilisé les Gilets Jaunes, qui a jeté les manifestants dans les rues au cri de « Ils nous ont tellement pris qu’ils nous ont même enlevé notre peur » qui a contraint à reculer la dictature sanglante de la bourgeoisie compradore pro-US qui utilise les paramilitaires narcotrafiquants pour tuer les adversaires politiques et jouer son rôle de déstabilisation du Venezuela Bolivarien antilibéral et anti-impérialiste.
Au Chili, les manifestations ont commencé à l’annonce d’une hausse du ticket de métro de 800 à 830 pesos avant d’obtenir du gouvernement libéral pro-FMI et Banque Mondiale la suspension de la hausse de 9,2 % de l’électricité, celle annuelle de 3,5 % des péages et l’abrogation à 79 % de la Constitution datée de l’ère de la dictature de Pinochet l’assassin de Allende.

Au Pérou, c’est une longue grève des enseignants qui a donné à Peru Libre, un parti marxiste-léniniste, son candidat et actuel président, Pedro Castillo.
Aux USA, c’est le genou mortel sur le cou d’un Noir qui a lancé le mouvement « la vie d’un Noir compte » qui a fait tâche d’huile en France donnant aux mobilisations du Comité Adama une dimension de masse qui a été enfin prise en compte par la justice.
Ces révoltes spontanées ont en commun un événement ou une mesure gouvernementale déclencheur qui fait fonction de « goutte d’eau qui fait déborder le vase ».
Il en est de même de la « taxe et les portiques » pour les « Bonnet rouges », de la « taxe carburant » pour les Gilets Jaunes ou le « passe sanitaire obligatoire » pour l’actuel mouvement protestataire de masse.

Nous devons apprendre à surmonter nos idées préconçues, nos préjugés, nos à priori pour voir CONTRE QUI et QUOI se mettent en branle partiellement ou totalement ces mouvements, QUI COMPOSENT et QUELLE (s) revendication(s) est/sont mise(s) en avant comme déclencheur de ces mouvements. Au delà des insuffisances qui peuvent être notées par ci et par là, c’est souvent la partie inorganisée du monde du travail et du peuple qui manifeste ainsi son opposition grandissante aux politiques anti-sociales et anti-démocratiques du capitalisme et de sa dictature de classe.
Selon les contextes nationaux propres objectifs et subjectifs, toutes ces révoltes populaires spontanées peuvent aller plus ou moins loin dans leur capacité à élaborer, systématiser et fédérer autour de revendications qui en restent au stade économiques ou qui vont plus loin vers le stade politique. Un facteur important sur cette capacité de passer de l’économisme spontanéiste à la lutte des classes consciente est l’importance du lien des masses mobilisées avec les organisations syndicales et politiques de classe révolutionnaire.

Le niveau atteint par les luttes au Chili et au Pérou en est une illustration : changer la constitution avec un rôle important joué par le Parti Communiste au Chili et élire comme président le candidat d’un parti marxiste-léniniste au Pérou.

A contrario, on peut montrer comme exemples l’échec des « révolution colorées » à Cuba avec l’appel au peuple révolutionnaire de prendre la rue pour écraser la minorité contre-révolutionnaire qui a répondu aux twitts de la bourgeoisie apatride cubaine de Miami et du blocus criminel des cowboys Trump/Biden, le formidable retour démocratique électoral du MAS au pouvoir en Bolivie après le putsch de la bourgeoisie servile pro-US et la mise en échec des contre-révolutionnaires apatrides au Nicaragua et au Venezuela.

En France, le mouvement des Gilets Jaunes est celui qui pour le moment est allé le plus loin en faisant évoluer sa revendication de l’abrogation de la taxe sur le carburant à contre la précarité, le chômage, au lien « fin du mois et fin du monde », à la hausse des salaires, des pensions, des indemnités chômage, des emplois CDI, la renationalisation, puis la souveraineté populaire par le RIP (référendum d’initiative populaire), la fin du franc CFA cette monnaie coloniale qui enferme les peuples dans la françafrique prédatrice.

Dans tous les exemples ci-dessus des différents pays, différentes catégories du monde du travail et du peuple, souvent les plus précaires, se sont retrouvées ensemble dans ces manifestations dans lesquelles on a jamais autant échangé et discuté depuis toutes ces décennies de domination outrancière du réformisme idéologique et politique sur la « société » dans laquelle nous vivons et la « société » vers laquelle aller.

Dans toutes ces expériences, on a vu émerger puis évoluer par l’action des masses une critique grandeur nature du réformisme dominant et écrasant le mouvement ouvrier populaire et démocratique organisé. Toutes les critiques ne sont ni à prendre intégralement ni à rejeter intégralement.

Que tout ce bouillonnement social contestataire soit encore balbutiant, hésitant, confus voire imprégné de l’individualisme petit-bourgeois, de l’idéologie consumériste de la dite « société de consommation » à crédit qui a fait tant d’illusion, de la culpabilisation écologiste des consommateurs individuels et non des capitalistes résulte des reniements des renégats qui ont passé leur temps à mentir sur nos anciens qui ont pourtant fait les conquêtes sociales et démocratiques et des stigmates délétères des décennies d’hégémonie culturelle du réformisme sur le mouvement ouvrier et démocratique organisé.

Que tout ce bouillonnement social populaire se méfie de tout ce qui est devenu à leurs yeux « institutionnels », y compris notre CGT, provient d’un méfiance normale et saine qui exige tout simplement de nous, la CGT, l’effort nécessaire pour convaincre de notre engagement sincère et totale dans la défense des intérêts matériels et moraux de l’ensemble des masses laborieuses. C’est comme cela que nous ferons la démonstration en pratique du lien entre « syndicalisme du carreau cassé » et « syndicalisme de l’abolition du salariat » comme le proclamait la charte d’Amiens en octobre 1906.

Pour cela, il faut apprendre à regarder les luttes sociales et démocratiques qui naissent en dehors de nos syndicats avec les yeux de notre classe, de notre camp social et non les yeux de la classe exploiteuse, oppressive, la bourgeoisie, qui cherche à nous intégrer dans son système d’asservissement de classe.

Pour cela, il faut accepter de voir les pancartes dénonçant les mensonges de la propagande bourgeoise, de ses « experts » sur les masques, les respirateurs, les blouses, les lits que l’on ne cesse de fermer, le refus de l’UE de permettre le choix entre différents vaccins (chinois, cubains, russes, état-sunien, anglo-indien, etc) et tout cela pour imposer le diktat du monopole capitaliste Pfizer au lieu de céder à l’imposition gouvernementale du piège attrape-nigaud de l’opposition entre « pro et anti vaccins », le silence bruyant de la grande presse à information totalitaire sur la pétition déjà signée par 15 millions de Chinois demandant que soient ouverts aux experts de l’OMS tous les laboratoires P4 des USA, notamment celui de Fort Dietricht, comme la Chine l’a fait à Wuhan, etc.
Oui, les manifestants « anti-pass sanitaire obligatoire » qui sont souvent des primo-manifestants tout comme l’étaient les Gilets Jaunes et les Bonnets rouges « découvrent » la nature dictatoriale du capitalisme impérialiste et s’y oppose frontalement. Elles, ils dénoncent le dictateur Macron comme étape vers la compréhension de la « démocratie Républicaine » comme étant une forme de la dictature de classe de la bourgeoisie. L’ironie de ce processus historique en cours est l’inversion contre la tyrannie bourgeoisie de l’individualisme bourgeois camouflé sous le label de la « liberté individuelle » que celle-ci n’a cessé de propager et vanter contre le « collectif », la « classe » sociale. Elles, ils « découvrent » par l’action collective de rue qu’opposer liberté « individuelle » et liberté collective » est une terrible absurdité bourgeoise que les idiots utiles réformistes du syndicalisme et de la politique répètent à envi pour faire « mode » et acte de servilité au maître capitaliste, que seul la liberté collective assure la liberté individuelle.

Le contraire n’est pas vrai et est un piège bourgeois à con qui ne garantit que celle de la propriété privée des actionnaires du MEDEF/CAC40 et de leurs frasques indécentes « individualistes » du genre « tourisme de l’espace » comme pour se moquer à la fois de la destruction de l’environnement par leurs pillages de la nature et leur exploitation du travailleur.

A la différence de la période allant de 1920 à 1968, la lutte des classes va prendre de plus en plus les formes spontanées de surgissement des masses contre toutes mesures libérales du gouvernement des capitalistes impérialistes. Ces agressions libérales du patronat vont toutes dans le sens d’appauvrir les masses laborieuses, de faire payer leur crise au monde du travail. Et bien entendu vont apparaître aux réformistes « bien pensants » d’anodines, mais elles seront déclencheurs de mobilisations protestataires hors de nos organisations lourdes à mettre en mouvement mais qui ne peuvent indéfiniment se laisser surprendre ainsi. La raison de ce retard à la jonction est simple : nos organisations sont dominées par le réformisme idéologique, elles ont « perdu la bataille des idées » et restent dépendantes de la pensée bourgeoise, de l’idéologie de l’ennemi de classe.

Nos anciens avaient rompu, dans un contexte d’existence du camp socialiste d’Europe, cette dépendance idéologique vis à vis du patronat pour réaliser les exploits que furent les conquêtes sociales et démocratiques que sont la Sécu, la protection sociale, la retraite par répartition, l’indemnité chômage, les nationalisations, etc.

En attendant que les expériences diverses en cours fécondes progressivement la prise de conscience du besoin de l’unité des travailleurs dans les luttes, une capacité à faire converger les luttes, une « théorie révolutionnaire » sans laquelle « pas de mouvement révolutionnaire », il nous faut, au niveau de la CGT nous réapproprier, comme l’ont fait nos anciens pour gagner toutes les conquêtes sociales et démocratiques que nous avons du mal à défendre actuellement, cet enseignement du grand révolutionnaire communiste de la Révolution d’Octobre 1917, Lénine : « Quiconque attend une révolution sociale ‘pure’ ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une révolution. (…) La révolution…ne peut pas être autre chose que l’explosion de la lutte de masse des opprimés et mécontents de toute espèce. Des éléments de la petite bourgeoise et des ouvriers arriérés y participeront inévitablement : sans cette participation, la lutte de masse n’est pas possible, aucune révolution n’est possible. Et tout aussi inévitablement, ils apporteront au mouvement. Mais objectivement, ils s’attaqueront au capital, et l’avant-garde consciente de la révolution, le prolétariat avancé, qui exprimera cette vérité d’une lutte de masse disparate, discordante, bigarrée, à première vue sans unité, pourra l’unir et l’orienter, conquérir le pouvoir, s’emparer des banques, exproprier les trusts haïs de tous (bien que pour des raisons différentes) et réaliser d’autres mesures… dont l’ensemble aura pour résultat le renversement de la bourgeoisie et la victoire du socialisme ».

Il faut cesser de poser l’arme au pied quand « explose le mécontentement avec leurs préjugés, leurs fantaisies, leurs faiblesses et leurs erreurs dans une lutte de masse disparate, discordante, bigarrée, à première vue sans unité  » d’une partie non organisée de notre camp et les regarder se débrouiller tout seul pour écarter les tentatives de « récupération » des partis fascistes ou fascisants. Les masses en lutte contre le capital et ses mesures libérales et liberticides sont souvent en avance sur nos « biens pensants » chefs réformistes juchés à la tête de la CES, cet outil « syndical » servile à la prison des peuples qu’est l’UE.

Alors faisons converger toutes les forces de notre camp social tout en contribuant à systématiser les revendications éparses pour reconstruire l’unité d’action à la base, puis de la base au sommet de tous les travailleurs contre la division qui est le véritable frein au rapport des forces nécessaire pour stopper la broyeuse sociale et anti-démocratique de la dictature des actionnaires milliardaires du MEDEF/CAC40 et des grands monopoles capitalistes de l’UE.

Roland D., membre des CE de la FERC-CGT et de l’UD CGT 59

9 août 2021


Courrier des lecteurs


On a reçu ce document présentant l’ivermectine comme un remède miracle contre la Covid-19 :

En faisant des recherches rapides sur internet on peut dire que :
L’institut Pasteur a fait des recherches sur des hamsters (36). Ils ont constaté la réduction de certains symptômes de la Covid mais pas que l’ivermectine réduisait la transmission du virus. Ils continuent leurs recherches et d’autres études sont en cours. En conclusion, ce n’est pas encore le médicament miracle mais il est intéressant de suivre les études qui continuent un peu partout dans le monde. Celles-ci doivent se faire chez l’humain et sur un nombre suffisamment élevé d’entre eux pour être concluantes. Affaire à suivre donc, mais il semblerait que si le médicament apportait des bienfaits, ce ne serait pas pour stopper la propagation de l’épidémie.

Et si un traitement très efficace arrive contre la Covid et que des études le prouvent, croyez bien que l’on sera rapidement au courant.

Cet article explique cela plus en détail, avec des citations de chercheurs, de l’institut Pasteur notamment : https://factuel.afp.com/http%253A%252F%252Fdoc.afp.com%252F9LA3NK-1

« « Les auteurs de ces travaux concluent que l’ivermectine ne diminue pas la multiplication et la réplication virale du virus dans l’organisme des hamsters mais modifie les conséquences de l’invasion virale et atténue l’arrivée de symptômes », a expliqué le 17 août à l’AFP Bernard Bégaud, directeur de l’unité de pharmaco-épidémiologie de l’INSERM. »

« Cette étude a mis en avant un effet de la molécule pour limiter l’apparition des symptômes chez les hamsters traités et réduire le risque de perte d’odorat. Mais « la méthodologie utilisée dans cette étude pré-clinique ne permet absolument pas de dire combien de temps l’ivermectine met pour agir », souligne l’institut Pasteur. »

« « Ces résultats ont été obtenus dans le cadre d’une étude pré-clinique. Une étude pré-clinique n’est pas suffisante pour envisager un usage médical dans le cadre de la crise sanitaire », a souligné l’institut Pasteur auprès de l’AFP le 16 août. »

« « On ne peut pas en conclure que l’ivermectine fonctionne pour l’homme alors qu’elle a été testée sur 36 hamsters. Pour comparer, les études sur les vaccins ont été conduites sur des milliers de participants, autour de 30.000 en essai clinique », a noté le 17 août auprès de l’AFP l’épidémiologiste Thibault Fiolet. »

« Pour le pharmacologue Bernard Bégaud, ces résultats sont cependant « intéressants », car ils « montrent qu’à des concentrations qui pourraient être non toxiques chez l’homme, cet antiparasitaire pourrait prévenir un certain nombre de symptômes ». »

« Or, les résultats de cette étude montrent que dans des concentrations assimilables pour l’homme, l’ivermectine pourrait être « considérée comme un agent thérapeutique encourageant contre la Covid-19, sans impact sur la réplication du sars-cov-2 mais soulageant l’inflammation et les symptômes qui en découlent », note l’institut Pasteur. »

« Dans un rapport publié le 28 juillet, la Cochrane, organisation spécialisée dans les synthèses des revues de littérature sur la recherche médicale, note cependant que, si elle n’a pas trouvé de « données probantes » sur l’usage de ce médicament pour le Covid à ce jour en étudiant les résultats de « 14 études avec 1.678 participant « , « la base de données probantes est limitée » et que l' »évaluation de l’ivermectine se poursuit dans 31 études en cours ». »


Conspis



Lire notre article sur le sujet, où l’on se rend compte que la plupart de ceux qui propagent des complots délirants sur la pandémie ou autre sont proches de l’extrême droite et notamment de ses membres les plus antisémites comme Dieudonné ou Alain Soral

👉 L’avocat vedette du mouvement antivax et de Reinfo covid, lui et les autres soit disant apolitique….

Allez bien crever du covid si possible.. 😘



A ceux qui parlent de division si l’on critique leurs gourous
Le problème n’est-il pas plutôt qu’une bande d’illuminés sectaires racontent n’importe quoi à des gens en souffrance et donc fragiles et susceptibles de suivre des gourous du type de Louis Fouché ? Le problème n’est-il pas leurs accointances avec l’extrême droite la plus intolérante, excluante, réactionnaire, voire raciste et antisémite ? Enfin, le problème n’est-il pas plutôt que ce genre d’individus feront fuir ceux qui se battent pour une justice sociale dans la continuité historique du mouvement ouvrier ? Et pour certains ce combat pour le pass sanitaire n’est qu’un combat pour leur liberté individuelle, celle de leur famille. Ainsi, tous les combats antérieurs plus sociaux, comme celui des Gilets Jaunes, ils s’en fichent comme de leur première communion ! L’extrême droite ne défend pas les travailleurs, les chômeurs, les étudiants, elle ne s’attaque pas aux inégalités, aux capitalistes. Si elle arrivait au pouvoir, l’ordre inégalitaire régnerait toujours mais serait encore plus autoritaire ! L’extrême droite, c’est l’union de classes contre un ennemi de l’extérieur ou de l’intérieur fantasmé : le juif, le musulman etc. A cela, les ouvriers, les travailleurs, les classes populaires seront toujours perdants, toujours aussi exploités et paupérisés.

« Par ailleurs, le discours de Louis Fouché infuse dans les milieux de gauche et écologistes. Lundi am l’explique et le rappelle dans son article Louis Fouché, gourou d’une pépinière d’extrême-droite : Alain de Benoist ( intellectuel d’extrême-droite, fondateur de GRECE et référence aux EU parmi le milieu trumpiste et alt-right – ultradroite ) l’a théorisé dans les années soixante : il s’agit de gagner une bataille culturelle en infusant des idées d’extrême – droite dans le camp d’en face…le nôtre en l’occurence. Par exemple des termes comme  » démocratie, citoyenneté, liberté » sont des vocables détournés de leur origine sociale et associés à des abus de sens de  » résistance, dictature, délation, génocide », sans oublier un peu de religiosité ( « le vivant ») finissent pas brouiller le sens du propos et sont autant de chausses trappes d’extrême-droite, car avancent avec un masque respectable. C’est bien ce masque-là qui est dangereux. »

« RéinfoCovid et son monde amènent la confusion, trompent des personnes sincèrement humanistes, ainsi que des camarades de lutte, sèment le doute, n’offrent pas d’alternative et agitent de l’angoisse, brandissent des idées réactionnaires où finalement les plus faibles, les plus malades, les plus âgé.es, les plus précaires, les plus handicapé.es, les classes les plus laborieuses peuvent bien être contaminé.es ou mourir au nom de la liberté individuelle la plus féroce en faveur de l’économie capitaliste qui doit continuer à tourner telle que le veut le MEDEF, finalement très loin de l’intérêt général, de la solidarité et de l’émancipation collective que nous souhaitons tous et toutes nous qui lisons ce texte. »



Les figures du complotisme sanitaire ne diffusent pas que des fausses informations sur l’utilité des masques ou l’innocuité des vaccins. Ces personnages, très suivis dans la sphère de la « santé alternative », n’hésitent pas à se référer régulièrement à la seconde guerre mondiale. Parfois pour se décerner eux-mêmes le titre de résistants face aux collabos, ou de victimes d’un nouveau totalitarisme nazi qui se mettrait en place un peu partout. D’autres fois pour s’en prendre à un groupe de personnes sur la base de leurs origines ou de leur religion supposée ; en les accusant d’être des profiteurs, voire des instigateurs de la pandémie. Derrière ces professionnels de la désinformation se murmure un discours et des connexions réellement écœurantes.


La députée Wonner répète devant des foules que la vaccination doit être évitée car : « Le vaccin ne protège pas contre les formes graves. Le vaccin ne vous empêche pas d’être contaminé. Le vaccin ne va pas empêcher la contamination inter-individuelle. » Si c’est vrai, elle a raison. Et elle ne peut quand même pas dire et répéter tout ça si c’est faux…


Une fois n’est pas coutume, nous relayons France Info qui ne dit donc pas toujours que des conneries !

La “galaxie des Fake News”

Désinformation, Fake News…

Qui sont les principaux acteurs de « l’infodemie » à laquelle nous assistons depuis le début de l’année avec le Covid-19 ?

#VraiouFake

VIDÉO



Publicité


Une vraie pub, si si !

Fachos




Sachez les reconnaître

Pour apprendre à repérer les signes fascistes, d’extrême droite ou à tendance confusionnistes au sein des mobilisations en cours ou même de manière générale, si vous les voyez apparaître dans la rue sur des stickers ou des affiches par exemple :

Dans l’ordre, le symbole de l’action française, groupe fasciste royaliste sympathisant de Maurras et de Pétain,

ensuite Civitas, groupe fasciste catholique intégriste,

Les patriotes, parti politique de Philippot, ex RN, dont les signes de reconnaissances sont marqués par la couleur orange,

La croix de lorraine, symbole de la résistance nationale au nazisme mobilisé de manière confusionniste par les antivax et par Philippot (qui veulent donc se comparer par là à des résistants à la domination nazie),

Les tenues blanches dans les manifs antipass, symboles de paix face à la police initiés par l’appel de Louis Fouché, figure du groupe confusionniste et proche de l’extrême droite réinfo covid,

Le slogan « QUI? », slogan antisémite notamment mis en avant par des élus RN, et des militants Qanon.

Ces symboles doivent de manière générale vous alerter si vous les rencontrez au cours d’une manifestation ou dans la rue. Ils sont systématiquement associés à des groupes ou des organisations qui sont susceptibles, à différentes échelles, de propager une idéologie d’extrême droite.



Économie


🛑 JUSQU’ICI… TOUT VA BIEN ?🔥

32,82% d’augmentation des prix réglementés du gaz … En seulement 4 mois ! Après une hausse de 1,1% au 1er mai 2021, de 4,4% au 1er juin, de près de 10% au 1er juillet et de 5,3% au 1er août, les tarifs réglementés du gaz vendu par Engie vont augmenter de près de 8,7% au 1er septembre.

La bourgeoisie radicalisee a pris la confiance et n’a plus peur de rien, et surtout pas de la colère du peuple…


160 millions € c’est :

➡ La construction de 4 lycées de 1000 places

➡ La rénovation de 100km de ligne ferrée classique

➡ La rémunération annuelle de 3000 salariés payés au salaire moyen

➡ Ce que gagnera un salarié au SMIC en 10800 ans

#Indécence #Mbappé #REAL #PSG


LE CHÔMAGE, C’EST DE LA FAUTE DES CHÔMEURS OU LE MYTHE DES « EMPLOIS NON POURVUS » :

Le MEDEF l’a dit pendant son « université d’été » et le ministre de l’économie aussi : en cette rentrée, le problème de l’économie française, c’est la difficulté qu’ont les entreprises à recruter. Pensez-vous, 300 000 offres ne trouveraient pas preneurs. 300 000, c’est énorme ! Un chiffre qu’on oublie trop souvent de mettre en face du nombre de chômeurs, près de 6 millions.

Mais le patronat français n’a pas cette décence. Il a beau avoir détruit des centaines de milliers d’emploi depuis le début de la crise Covid et ce alors que les bénéfices des entreprises augmentaient et que l’Etat les arrosait de fric sans contrepartie, il n’a de cesse de se victimiser, et le gouvernement l’écoute avec empathie. Nous l’expliquions dans cet article : https://www.frustrationmagazine.fr/entreprises-difficulte/. Pour les entreprises françaises, tout va TRÈS BIEN.

Et même les petites et moyennes entreprises : En moyenne, leur bénéfice a augmenté de 2% en 2020. Même les restaurateurs : Leur chiffre d’affaires a certes baissé de 33,7% entre 2019 et 2020, mais leur bénéfice, soit le profit qui reste à l’entreprise une fois qu’elle a payé toutes ses charges, a augmenté de 6,6%.

Or, les restaurateurs et les patrons du BTP sont les premiers à venir chouiner sur la difficulté à recruter.

Alors on nous raconte que c’est ça, le principal problème, et que c’est la preuve que les chômeurs font leur diva et que la réforme de l’assurance-chômage – qui va faire perdre des centaines d’euros par mois à des millions de gens – doit à tout prix passer cet automne. La réforme est expliquée points par points ici : https://www.frustrationmagazine.fr/reforme-assurance…/

Mais il s’agit d’un mythe complet, qu’on nous ressort d’ailleurs chaque année. En 2019, l’enquête de Pôle Emploi sur les emplois vacants estimait à 200 000 à 330 000 les offres qui ne trouvaient pas de candidats adéquats (ça ne signifie pas que personne ne s’est présenté mais que personne ne convenait), dont 55% seulement concernait des CDI ou des CDD de plus de 6 mois. Il y a donc au mieux 1 emploi non pourvu à attraper pour 20 chômeurs. Et encore, les « offres non pourvues » sont aussi les offres illégales ou délirantes, estimées à 9.3% des offres par pôle emploi et 50% par la CGT.

Déjà il y a deux ans, bien avant le Covid, les JT nous serinaient avec « ces secteurs qui peinent à recruter ». https://www.frustrationmagazine.fr/offres-qui-ne…/

Si certains patrons peinent à recruter, qu’ils se posent les bonnes questions : mon offre est-elle adaptée aux demandeurs d’emploi ? (réclamer 10 ans d’expérience mais vouloir des jeunes de 25 ans sans enfant ni vie privée n’est pas forcément compatible) la rémunération que je propose est-elle suffisante ?

Car le « marché du travail », ça marche dans les deux sens ! Et ça, ça horripile la bourgeoisie, qui aimerait que nous travaillions n’importe où, à n’importe quel prix, dans n’importe quelle condition.

Or, certains travailleurs se sont effectivement barrés de leurs postes de travail aux conditions lamentables, notamment dans la restauration. Il est plaisant de voir que désormais, même les grands médias se demandent s’il ne serait pas temps de mieux payer les gens.

Cheh !


Écologie



🔥 🏅 CHAMPIONS !! 🏅 🔥

L’Europe a battu hier son record historique de chaleur. Il faisait 48,8° à l’ombre à Syracuse, en Sicile.

Le précédant record datait de 1970 (48 degrés à Athènes). Et ce record pourrait très vite être battu dans les prochains jours au vu de la vague de chaleur extrême attendue sur toute la méditerranée. L’anticyclone, baptisé Lucifer, va remonter vers le nord d’ici à la fin de la semaine.

Mais surtout, ne changeons rien. Surtout pas le système, qui a fait ses preuves en terme de respect de la planète et des humains…

VIDÉO


Le texte du GIEC est d’autant plus impressionnant qu’il est d’une austérité sévère. Aux « décideurs » – et à tout un chacun – d’en tirer les conclusions. Si les mots techniques n’étaient pas assez clairs, les événements de cet été meurtrier – vagues de chaleurs en Amérique du Nord et en Europe de l’est, incendies en Turquie et en Grèce, inondations en Allemagne, en Inde et en Chine,… – devraient constituer une explication de texte suffisante.


Le rythme du changement climatique pourrait par ailleurs être accéléré par ce que l’on appelle des boucles de rétroaction qui auraient un effet catalytique sur l’évolution de la température. Ainsi, le GIEC souligne que l’augmentation de la température va très probablement diminuer la capacité des océans et des terres à jouer leur rôle de puits de carbone naturel. Par exemple, le plus grand puit terrestre, la forêt amazonienne, pourrait devenir, en cas d’augmentation forte de la température, un émetteur net de CO2. Autre boucle de rétroaction majeure, celle de la fonte des glaces et des banquises. La fonte de la banquise entraîne un moindre réfléchissement vers l’espace de l’énergie solaire. D’un autre côté, la fonte du pergélisol sibérien pourrait entraîner l’émission des imposantes réserves de gaz contenues dans le permafrost, accélérant par là le changement climatique.

A l’échelle mondiale, 75% des émissions anthropiques sont liées à la combustion d’énergies fossiles (pétrole, gaz charbon), tandis que les reste est lié aux pratiques agricoles (2/3 pour l’élevage) et aux changements d’affectation des terres (déforestation, labour, etc.).



Un auteur essentiel

Petit retour à quelques fondamentaux dans cet article expliquant les choix énergétiques pour la mise en valeur du capital depuis la révolution industrielle anglaise dans la deuxième moitié du 18ème siècle. Et comment ceux-ci relèvent d’une logique d’exploitation et de mise au pas des travailleurs.

Chez Marx, le capital est avant tout un rapport social, caractérisé par la séparation des travailleurs d’avec les moyens de production (la propriété) et d’avec les produits de la production, le tout dans une visée lucrative de la propriété. C’est donc un rapport de subordination. Le capital, ce « processus circulatoire de valorisation », n’existe qu’en « suçant constamment, tel un vampire, le travail vivant pour s’en faire une âme ». La logique d’accumulation du capital conduit de facto à une extorsion de la survaleur créée par les travailleurs. Le niveau de cette extorsion définit alors le ratio d’exploitation des travailleurs.

C’est donc la logique intrinsèque de mise en valeur du capital qui semble avoir guidé les choix énergétiques des deux derniers siècles pour finalement se retrouver à l’origine du changement climatique.


International



Afghanistan : « Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants ». Emmanuel Le Pen.

VIDÉO


La réaction d’Edward Snowden au discours indigne et inhumain de Macron sur le drame afghan.



Penser l’application, en Europe, d’un plan de relance à l’américaine, implique donc de s’intéresser aux obstacles juridiques qu’il rencontrerait, de prendre acte de son incompatibilité potentielle – pour ne pas dire probable – avec les traités européens, et de songer, in fine, à une rupture avec ces traités et la monnaie unique, afin de permettre aux États de mener une politique monétaire souveraine.


La stratégie retenue par l’administration Biden consiste à prioriser l’action politique et le passage de réformes populaires – comme le plan d’investissement bloqué au Sénat – plutôt que de politiser l’attaque conservatrice contre le droit de vote7. Mais même de ce point de vue, Biden inquiète ses alliés. Après avoir abandonné la hausse du salaire minimum, renoncé aux taux d’impositions de 21 % sur les multinationales et reculé sur le projet d’augmentation du taux d’imposition des entreprises américaines, ce qui s’apparente à un reniement de ses promesses, la Maison-Blanche a fait des concessions surprenantes au GOP. En particulier, en refusant d’imposer l’assurance chômage d’urgence votée par le Congrès aux gouverneurs républicains récalcitrants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s