L’écologie sera populaire ou ne sera pas !…

Pour lire le pdf de la version maquettée de l’article

Les MacronLeaks ont révélé que la taxe sur le carburant qui entraîna le mouvement des Gilets Jaunes avait été mise en application pour compenser la baisse de recettes de l’État due à la promesse de don de Macron aux plus riches : à savoir la suppression de l’ISF sur les valeurs mobilières. Leur généreux donateur ne s’arrêta pas là : il leur attribua également la flat tax à 30 % et leur promit que l’impôt sur les sociétés serait ramené à 25 % pour 2022, pour être compétitifs, pour que ça ruisselle !…

Ce n’est pas que les Gilets jaunes ne se sentent pas concerné-es par le réchauffement climatique, bien au contraire… Mais, souvent mal rémunéré-es, précarisé-és, nous n’avons pas accepté cette taxe injuste ! Nous pensons que c’est aux gros pollueurs, aux multinationales qui détruisent chaque jour la vie sur terre de payer ! Du fait de la concurrence ils n’ont qu’un seul objectif : le profit à court terme et donc la réduction des salaires, de leurs coûts comme ils disent, au détriment des travailleurs, de l’environnement, de la vie-même !…

Nous rejetons ce système du « toujours plus » qui nous mène au désastre et pensons qu’il faut plutôt nous diriger vers une décroissance raisonnée et ciblée, en assurant à tout le monde les besoins essentiels. Ceci, en stoppant les privatisations, pour au contraire des services publics de qualité (notamment des transports…), voire l’extension de la sécurité sociale à l’alimentation. Pour cela, il nous faudra reprendre le pouvoir sur le travail pour décider démocratiquement de nos investissements : ce que nous produisons, comment, quand, en quelles quantités ?…

Nous devons mettre fin au gaspillage : l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture estime qu’un tiers des aliments produits est perdu ou gaspillé chaque année !…

Nous devons aussi aller vers plus de frugalité, sortir de la surproduction de certains biens et nous diriger vers une consommation raisonnée qui respecte au mieux l’environnement.

Pour sortir du productivisme, il nous faut notamment reprendre le contrôle des grands groupes en situation de monopole ou d’oligopole : Amazon, Mc Donald, Total, Ikéa, LVMH etc.

Les grandes entreprises n’hésitent pas à pratiquer l’optimisation fiscale comme ils disent encore… Voire l’évasion fiscale : dans des paradis fiscaux comme le Luxembourg. C’est ce qu’a révélé il y a peu un consortium de journalistes dans les OpenLux, curieusement, quasiment ignorés des médias des milliardaires. Certains préférant parler à ce moment-là de l’islamogauchisme qui gangrènerait notre société…
Il s’agit donc d’impôts non-perçus, qui ne profiteront pas à la bonne marche de nos systèmes de protection : retraite, sécurité sociale, Éducation, Santé…

La crise sanitaire a encore accéléré les inégalités

Jeff Bezos, PDG et principal propriétaire d’Amazon a augmenté de 20 % sa fortune pendant les 4 premiers mois de 2020, en pleine pandémie. En rivalité avec Elon Musk (PDG de SpaceX et directeur général de Tesla), ils rêvent tous deux de colonies humaines dans l’espace, ceci après avoir largement contribué à bousiller notre planète. Quant-à la Fondation Gates, elle sert des multinationales nocives pour l’environnement, la santé et la justice sociale, finance les OGM, l’armement, les énergies fossiles, la grande distribution et les laboratoires pharmaceutiques.

Nous ne croyons pas que les capitalistes vont nous sauver, pas plus que nous ne croyons à la croissance verte, à quelques aménagements à la marge. La solution de viendra pas de milliardaires soi-disant vertueux à qui il suffirait de demander gentiment les choses ou d’une économie de marché repeinte en vert mais bien d’un changement de mode de production.

Les milieux populaires représentent 57 % des actifs : ouvriers, employés, artisans, commerçants et « petits » agriculteurs (E.Todd p.92 in. Qui est Charlie ? – Seuil, 2015). Le niveau de vie baisse en France dans toutes les classes sociales depuis près de 30 ans, sauf chez les 1 % les plus riches (E.Todd in. Les luttes de classes en France au 21ème siècle – Seuil 2020). La crise économique qui ne fait que commencer accélère ce processus…

Ainsi, une transformation écologiste de notre mode de production, de consommation et d’échange, ne peut pas dignement se faire en excluant les milieux populaires et la question écologique être réservée aux Catégories Socioprofessionnelles supérieures. Bien au contraire, il nous faut nous allier contre un adversaire commun, ces grands propriétaires et leurs fondés de pouvoir d’État dont la macronie est l’exemple quasi-parfait !…

POUR UN MOUVEMENT SOCIAL ET ÉCOLOGISTE DE MASSE !… POUR UNE VRAIE DÉMOCRATIE !… POUR UNE ÉCOLOGIE POPULAIRE !… POUR PLUS DE JUSTICE SOCIALE !… FISCALE !… ET ÉCOLOGIQUE !… POUR DES SERVICES PUBLICS DE QUALITÉ ET CONTRE LA RÉPRESSION NOUS ON EST LÀ !…
Gilets Jaunes Brest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s