Revue de presse au 28/12/2020

134323724_3619331504769663_4028895536067997822_o

Nantes Révoltée

🧮 RECRUTEMENT DANS LA POLICE

– «Niveau collège», «ils perdent facilement leurs moyens et deviennent agressifs car ils n’ont pas le langage suffisant pour argumenter», «on est à la limite du phonétique» –

Une enquête accablante dans Le Parisien sur les recrutements dans la police. Le Régime autoritaire embauche tellement de forces de l’ordre que, mécaniquement, les critères pour être pris sont encore plus bas qu’avant. Avec toutes les conséquences que cela comporte, notamment en terme de passages à l’acte violents. Morceaux choisis :

« Les grilles d’évaluation ont été revues à la baisse ces dernières années pour éviter les notes éliminatoires […] Lors de leurs examens, les policiers peuvent désormais oublier une signature ou la date sur un procès-verbal et ne perdre que quelques points. Pourtant, c’est une erreur qui entraîne la nullité d’une procédure. Ce nivellement par le bas se répercute directement sur le terrain en Ile-de-France, ceux qui arrivent dans les commissariats franciliens sont généralement dans les derniers de leur promotion.

Près de dix fois plus de postes ont été ouverts pour un nombre de postulants sensiblement égal. […] Un rapport du Sénat de novembre 2019 pointe ce problème. Il « s’inquiète de la capacité des forces de sécurité à réaliser, au cours des prochains exercices, les schémas d’emplois prévus (NDLR : les recrutements) sans abaisser de manière trop importante la qualité du recrutement. « Le niveau des moins bons admis n’a fait que baisser au fil des années, soupire un membre du jury. On doit honorer la commande. Emmanuel Macron a promis 10 000 agents durant son mandat. On va y parvenir, mais à quel prix… Il y a encore cinq ou six ans, on n’aurait pas pris en dessous de 9/20, depuis deux ans on descend à 7 ou 8/20, assure un autre formateur. 12 c’est déjà très moyen, alors 7… C’est du niveau collège. »

Selon les formateurs, la maîtrise de la langue et de l’écrit est particulièrement préoccupante. «Quelquefois on est à la limite du phonétique »« Une part des stagiaires ne sait pas s’exprimer clairement, appuie un troisième formateur. Ils perdent facilement leurs moyens et deviennent agressifs dans une discussion car ils n’ont pas le langage suffisant pour argumenter. » Le niveau sportif aussi est décevant. « Sur le test d’endurance exigé, des stagiaires affichent des performances en deçà de la moyenne d’un ado en classe de 6e Ils devraient être inaptes et malgré cela, ils sont aujourd’hui policiers. […] Des contrôles peuvent déraper à cause de ça. »

« Sur la promotion 2020, plusieurs signalements ont été remontés par les formateurs. « Près de 150 stagiaires n’avaient ni le niveau d’implication, ni le bagage physique, technique ou intellectuel pour devenir policier […] Pourtant, seulement huit exclusions et deux redoublements ont été enregistrés. La formation coûte cher à l’Etat, alors pour refuser un élève, il faut vraiment que son cas soit gratiné. Sur les dernières promotions, des élèves ayant commis des délits ont même été admis. »

Le plus inquiétant, ce n’est pas seulement que des analphabètes soient surpayés et aient un pouvoir quasiment total sur la vie de leurs prochains, ni même que la baisse délibérée du niveau de recrutement fasse rentrer, de fait, les plus violents, les plus obéissants, les moins conscients. Le plus inquiétant, c’est que ces individus soient lourdement armés, au sein d’unités militarisées auxquelles le gouvernement donne carte blanche.

Source : https://www.leparisien.fr/…/formation-des-policiers-l…


133194981_3612155175487296_4017799542338928491_o



48415861_2216098485271732_3533635212653101056_n



132656439_3606129299423217_6305654660713519748_o

Nantes Révoltée

🎥 MARSEILLE : DE LA PEINTURE CONTRE LA VIDÉOSURVEILLANCE

Le weeekend dernier à Marseille, plusieurs dizaines de caméras ont été sabotées ou recouvertes de peinture, en réponse à la reconnaissance faciale et la surveillance généralisée permises à la loi «sécurité globale».

Une personne a été arrêtée, mais les peintres revendiquent une « opération réussie » et annoncent : « la lutte n’est pas finie ». Une action créative, efficace et pas chère.

Les auteurs de cette initiative s’opposent à «un monde contrôlé par des technologies intrusives au service d’une surveillance accrue de toute forme de contestation».

Via :

Marseille Révoltée


132544043_3569616409803885_8486519301467581433_o

⬛ JUSTICE NULLE PART ⬛

Le comble, c’est que grâce à l’intervention de Lallement, c’est avec l’argent public que ces policiers se sont défendus et ont obtenu cette remise en liberté !


132253939_1164909243969941_8192556654103909339_n

Saisi par l’association La Quadrature du Net qui s’inquiétait de l’usage de drones « à des fins de police administrative », le Conseil d’État a décidé que le préfet de police de Paris Didier Lallement, « doit cesser, sans délai, de procéder aux mesures de surveillance par drone des rassemblements de personnes sur la voie publique ». Le Conseil d’État exprime également un « doute sérieux sur la légalité » de l’usage des drones en manifestation en absence d’un texte encadrant leurs usages.


Bientôt « l’état d’urgence sanitaire » dans le droit commun ?
UN NOUVEAU PROJET DE LOI LIBERTICIDE : DANGER !!!

132383952_3604511532918327_6448079835028894482_o

Nantes Révoltée

🤖 ÉTAT D’URGENCE PERMANENT ET RESTRICTIONS DE CIRCULATION

Une nouvelle offensive contre les libertés à la veille de Noël ? En procédure accélérée, le gouvernement a déposé le lundi 21 décembre au soir, à l’Assemblée Nationale, un projet de loi pour créer un « régime pérenne de gestion des urgences sanitaires ». Cette mesure ferait entrer l’état d’urgence sanitaire dans le droit commun, et permettrait notamment de e restreindre l’accès à certains lieux aux personnes non vaccinées. Passage en revue :

➡️ L’état d’urgence sanitaire permanent. Censé être une mesure «exceptionnelle» et «temporaire» de restriction des libertés, «l’état d’urgence sanitaire» va entrer en grande partie dans le droit commun. Comme l’état d’urgence après les attentats de 2015, au nom de l’exception, les gouvernants imposent en fait, progressivement, un Régime autoritaire. La loi prévoit de créer un «état de crise sanitaire», qui donne donc plus de pouvoir au gouvernement, supprime le vote du parlement sur les mesures sanitaires, et surtout, est illimité dans le temps. Le gouvernement pourra par exemple imposer des mises en quarantaine, réquisitionner des personnes et des biens … Mais «l’état d’urgence sanitaire» que nous connaissons, qui impose les mesures de confinement et suspend les règles démocratiques, ne disparaît pas pour autant, il restera l’étape maximale. Il est enclenché par décret et ne doit être voté qu’au bout d’un mois par le parlement. Nous allons donc droit vers un « état de crise sanitaire » permanent qui peut être rehaussé en « état d’urgence sanitaire » selon les situations.

➡️ Restriction de libertés. L’une des mesures stipule que «le Premier ministre peut, le cas échéant, subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif.» En clair, cela veut dire que la liberté de circuler est suspendue pour certaines personnes. Le gouvernement peut obliger des individus à être vaccinés ou à avoir sur eux un test négatif pour pouvoir accéder à certains lieux. C’est un mensonge de Macron qui prétendait qu’il ne rendrait pas le vaccin obligatoire. Il y aurait donc, dès lors, deux catégories de citoyens : ceux qui peuvent prendre les transports, accéder aux lieux publics, et ceux qui en seraient interdits car pas vaccinés.

➡️ Isolement forcé : le projet de loi veut instaurer un « isolement administratif », c’est à dire : « ne pas sortir de son domicile ou du lieu d’hébergement, sous réserve des déplacements qui lui sont spécifiquement autorisés par l’autorité administrative. Dans le cas où un isolement complet de la personne est prononcé, il lui est garanti un accès aux biens et services de première nécessité ainsi qu’à des moyens de communication téléphonique et électronique lui permettant de communiquer librement avec l’extérieur. » L’Etat pourrait donc décréter une assignation à résidence pour motif sanitaire, sans jugement. Il ne faut l’aval d’un juge qu’au bout de 14 jours.

➡️ Données personnelles : le texte ne précise pas la date de péremption des traitements de données personnelles – notamment les fichiers SI-DEP (Système d’Informations de DEPistage) et Contact-COVID. En subordonnant l’accès à certains lieux à un dépistage ou un vaccin, la loi permettrait de déroger au secret médical en créant des nouveaux fichiers, de nouvelles bases de données des personnes interdites. Pas sûr que cela soit constitutionnel.

➡️ Intelligence artificielle ? Si la libre circulation dépend de certificats de vaccination, il faudra probablement s’appuyer sur des algorithmes et l’intelligence artificielle pour suivre en temps réel les personnes considérées comme « à risque ». D’ailleurs, il est déjà prévu que la campagne vaccinale s’appuie sur l’intelligence artificielle « pour détecter le plus rapidement possible des effets indésirables graves non identifiés ». Le journal Le Monde cite un médecin de santé publique : « nous avons entraîné un algorithme à lire les dossiers et analyser les verbatim en proposant les termes médicaux les plus approprié ».

A trois jours de Noël, c’est donc un nouveau projet liberticide et inquiétant qui est lancé par le pouvoir. La principale conséquence à retenir, est cet « état de crise sanitaire » permanent qui renforce le Régime autoritaire en vigueur et fait passer « l’état d’urgence sanitaire » dans le droit commun. L’autre conséquence préoccupante est la restriction de certains lieux où transports aux personnes non vaccinées. En entérinant une telle mesure, ce serait l’officialisation de catégories de personnes disposant de droits fondamentaux inégaux, et subissant des privations de libertés fondamentales différenciées.

Le projet de loi complet : https://www.assemblee-nationale.fr/…/l15b3714_projet…


132250802_3602011009835046_663288284179827332_o

Nantes Révoltée

À TOURS AUSSI, LA POLICE FAIT SA LOI

Ça s’est passé jeudi et vendredi dans la ville de Tours :

➡️ Une manifestation illégale de 120 policiers armés, avec leur équipement de service

➡️ De nuit, en plein couvre-feu et devant un Tribunal

➡️ Pour faire pression sur la justice après la condamnation d’un agent. La preuve qu’il n’y a pas de « bonne police » ni de « bavure isolée », puisque les fois rarissimes où la violence d’un agent est condamnée, toute la profession fait corps.

➡️ Plus hallucinant encore : condamné pour un coup dans le visage d’une personne, le policier cogneur avait plaidé une « une stimulation faciale pour ranimer l’individu ».

➡️ Après les manifestations, le président du tribunal s’excuse presque, et explique que la décision était « particulièrement motivée » et « pas définitive ». Bref, l’agent sera probablement relaxé en appel.

➡️ Des intimidations identiques ont eu lieu à Nantes, de nuit, de la part de la police, mais aussi à Rennes jusque devant le domicile privé de la maire, ainsi que dans d’autres villes. Vendredi, le gouvernement lâchait plusieurs « cadeaux » pour calmer les syndicats policiers.

➡️ Nous ne sommes plus très loin d’un coup d’État des forces de l’ordre qui se sont autonomisées ces derniers années. Ce pays est aussi grotesque qu’inquiétant.

Presse locale : https://www.ouest-france.fr/…/tours-le-president-du…


76695096_789118384869589_8636306967347855360_n


Boum Boum Boum!

131896322_879371782871235_356612051587184454_o


Le collectif anti-répression Brest :

La liberté de manifester est sans cesse remise en cause par une répression policière de plus en plus forte:

– amendes, gardes à vue, pression en tous genres…

L’urgence sanitaire due au Covid n’a fait qu’empirer nos marges de liberté.

Alors face à la machine liberticide ne restons pas seuls dans notre coin, organisons-nous collectivement, parlons-en.

Défendons-nous ensemble !

Si vous avez besoin d’informations,l’aide d’un avocat, de contester une amende, contactez l’adresse ci-dessous:

Brestantirep@riseup.net

Ensemble on est plus fort✊

https://reporterre.net/De-plus-en-plus-de-contraventions-pour-reprimer-les-manifestants?fbclid=IwAR0lTdOwsG6RafM9ouPsR3_hhkuT6KzPdev_3Q3pzV2txOSrBb-c6HyVnWA


132582553_3605381216164692_6440034358294638824_o


Économie

Wall Street : L’eau pour la première fois échangée, comme l’or et le pétrole !


Articles « de fond »

État, femmes, Covid : l’impossible équation

Réflexion stratégiques intéressantes :

Chantal Mouffe : pourquoi la gauche populiste devrait se rallier autour d’une transformation démocratique écologique

“L’objectif d’une « transformation démocratique verte » est de protéger la société et ses conditions matérielles d’existence en donnant le pouvoir au peuple. Cela permettrait d’éviter que le peuple s’enferme dans un nationalisme défensif ou dans une acceptation passive des solutions technologiques. C’est une protection pour le grand nombre, et non pour quelques-uns, qui assure la justice sociale et encourage la solidarité.”

Barbara Stiegler : « Refuser d’abandonner les sciences de la vie et de la santé aux experts »

À PROPOS DES GILETS JAUNES :

“On a vu aussi que ce mouvement avait réussi à marginaliser très rapidement les velléités racistes ou le discours anti-immigrés de certains, au profit d’une série de revendications cohérentes dans lesquels tous les Gilets jaunes sans exception étaient en mesure de se reconnaître. L’adversaire n’était plus le travailleur pauvre, l’immigré ou le migrant, vieille stratégie de division mise en place par tous les gouvernements depuis les années 1970 pour mieux régner. Il devenait le cap néolibéral, imposé autoritairement par la monarchie présidentielle, niant à la fois la République et la démocratie. Et c’est ce qui explique qu’ils aient personnalisé leur lutte autour de la figure d’Emmanuel Macron.”

Un peu d’histoire non-manichéenne :

« Le PCF a permis à des catégories dominées de s’affirmer dans l’espace public » – Entretien avec Julian Mischi


132962340_2884009091828900_4887676177151837582_n

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s