Ahou de circonstance (12/06/2020) : Fédérons !

Ahou : Un cri qui libère

 

Fédérez qu’ils disaient !…

 

1500 à 2000 personnes d’après nos deux fleurons journalistiques locaux à la marche contre les violences policières du 10 juin 2020 à Brest. Beaucoup de jeunes. Beaucoup de personnes de couleur comme on dit en euphémisant… Des gens de tous horizons !

 

Des Gilets Jaunes présents à tous les RDV étaient là également (grève du 5/12/2019, contre le G7 des parlementaires à Brest etc.). Nous avions relayé sur ce blog et notre page Facebook cet appel à cette marche contre les violences policières du 10 juin à Brest. Marche dynamique, exaltée et exaltante, solennelle au départ lors de minutes de silence un genou à terre, environ 8 :46 minutes, soit le temps de l’agonie de George Floyd assassiné par un policier ! Que ferons-nous maintenant ? D’autres marches ou rassemblements seront peut-être organisés par les personnes à l’initiative de cette manifestation… Entretemps, le mardi 16 juin à 18h devant l’hôpital Morvan aura lieu un rassemblement en soutien à l’hôpital. Le lendemain : journée « contre la réintoxication du monde » qui sur Brest sera impulsée par Youth For Climate Brest, des jeunes également dont beaucoup étaient présents à cette manifestation du 10 juin. Dans la pratique, peu importe qui organise, il y a des gens de tous groupes militants brestois (Gilets Jaunes, écologistes, autonomes, syndiqués etc.) et ce 10 juin des personnes souvent jeunes que l’on ne voyait pas auparavant…

J’entends déjà les reproches : mais où étaient-ils avant quand nous Gilets Jaunes nous faisions taper sur la gueule ? Des gens des quartiers populaires reprochaient la même chose aux Gilets Jaunes aux débuts de leur mouvement en novembre 2018. Autant dire que la boucle est sans fin. Alors à nous de moins regarder le passé pour nous tourner résolument vers l’avenir. Ces jeunes là, ces personnes dîtes « racisées », ces jeunes, gens de quartiers populaires, il conviendrait qu’ils ne s’arrêtent pas là car nous aurons besoin de fédérer, d’être le plus nombreux possible face à la catastrophe économique et écologique largement en marche !

Alors commençons ou continuons à nous mettre en lien avec ces primo-militants, à ne pas perdre ce que nous avions déjà avec d’autres groupes comme Youth For Climate, Extinction Rebellion, gens de l’AG interpro interluttes issue du mouvement de grève contre la casse du système des retraites français commencée en décembre 2019, le Collectif Autonome des chômeurs et précaires (d’autant plus que des chômeurs il va y en avoir à foison…), des personnels hospitaliers et bien d’autres collectifs, la liste n’est pas exhaustive. Rassemblons le plus large possible sans surjouer des différences ou s’y complaire, agrandissons le réseau, les liens, les moyens de communication, notamment entre les différents groupes constitués, ceci bien entendu autour de valeurs communes : pas de racisme ni d’homophobie ça va de soi.

Avant la pandémie de Covid-19, le niveau de vie des Français baissait sauf pour les 1 % les plus riches, l’aristocratie stato-financière, d’après Emmanuel Todd. Autant dire que la crise sanitaire puis économique n’arrangent pas cet état de fait. Alors sachons nous unir sans nous attaquer à plus faible que nous, à plus pauvre, sans jalouser ceux qui gagnent un peu plus sans toutefois que ce soit pour eux la panacée. Non, le problème n’est et ne sera pas par exemple les migrants ou les chômeurs, les « racailles » comme bavent à longueur d’antenne des Zemmour, le problème auquel nous aurons à nous attaquer sera ces 1 % qui attaquent l’ensemble du corps social, cassent nos services publics, le droit au travail, nos retraites, l’assurance chômage, ne font rien pour le climat car ce serait freiner la bonne marche des affaires, la sacro-sainte croissance, en un mot, servent le capital, rien que le capital, tout pour le capital !

Nous tendrons à long terme à nous réapproprier la valeur produite ainsi que l’outil de production, à minima de décisions d’orientations et d’investissements viables écologiquement. Sans cela, nous serons sempiternellement à leur dépendance.

Alors dès aujourd’hui inscrivons-nous dans une perspective concrète d’émulation, d’agitation propagandiste, d’« éducation » populaire et de remous intellectuels, en un mot d’effervescence révolutionnaire (non résumable à de la violence comme voudraient le faire croire des détracteurs), plutôt que de perdre trop de temps à écrire d’hypothétiques revendications communes globales ou précisées, faisons feu de tout bois, il y a urgence !


Ahou, voilà qui est dit.


Pour aller plus loin :

Se fédérer (L’appel)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s