AHOU numérique n°5 (04/06/2020)

Ahou : Un cri de résistance

 

À défaut de toucher le fond, soignons la forme

 

Spécial photos

 


Hommage à G.Floyd 2


Édito

 

Ce numéro paraîtra peut-être trop formel. Mais il nous a semblé important de réfléchir à nos pratiques militantes : comment s’organiser, comment « s’expandre », comment gagner en nombre et en puissance ? Ceci sans caporalisme ou démocratisme pour trop abstrait, excessif, qui à force d’horizontalité tourne en rond, se mord la queue et surtout ne permet pas une réactivité suffisante à l’actualité, à l’urgence qu’il y a à participer, remuer des idées nouvelles pour la société future.

Nous pensons qu’il ne sert à rien de s’épuiser dans une sorte de donquichottisme révolutionnaire appelant toujours à charger sabre au clair sans se soucier si les troupes suivent.

Gramsci, son « hégémonie » culturelle, sa « guerre de position » est souvent cité et même l’extrême droite fait sienne ses concepts. C’est ainsi que petit à petit sont banalisés les Zemmour, que Valeurs Actuelles et pléthore de « frontistes » sont invités sur les plateaux télé pour répandre leurs idées néfastes. Nous aussi nous devons nous « répandre », d’où l’importance des médias indépendants, de l’« éducation » populaire, des pratiques d’entraide, d’aller à la rencontre de la population, argumenter, convaincre, tracter, afficher etc. C’est une révolution anthropologique qu’il nous faut accomplir en lien avec le changement climatique : plus de sobriété donc moins de consommations inutiles. Il est à craindre que cette sobriété soit imposée. Le Préfet de Seine Saint-Denis alertait du « risque alimentaire » dans son département dès le 18 avril 2020. La crise économique ne fait que commencer. Il nous faudra nous structurer, apporter idées et aides concrètes. La réorientation de la production vers des besoins essentiels sera nécessaire. Nous ne nous risquerons pas à apporter de solutions clefs en main mais la question du droit de propriété des grands moyens de production, vieille ritournelle il est vrai sera à poser quant à sa socialisation ; également celle de la distribution de la valeur produite par les travailleurs qui ne devra pas aller aux actionnaires, en premier lieu, mais servir à plus de cotisations pour financer nos services publics à reconstruire et étendre la sécurité sociale à d’autres secteurs comme l’alimentation.

Le gouvernement prévoit d’aider des constructeurs d’automobiles Français pour aller vers la voiture électrique, à hydrogène etc. Mais ne faudrait-il pas diminuer le nombre de bagnoles plutôt que de juste les remplacer par des à peine moins polluantes si l’on prend en compte ce qu’implique comme pollutions toute la chaîne de production d’une voiture électrique par exemple : en vrac, l’uranium pour les centrales nucléaires (extrait en Afrique : Niger), son acheminement en France, le lithium pour les batteries etc. Pour moins de bagnoles donc il faudrait plus de services publics de transport, gratuits, à commencer dans les communes, des villes moyennes l’ont déjà pratiqué.

Bref nous ne faisons ici que survoler des pistes. Nous vous remettons en lien à la fin de cet article des textes bien plus fouillés apportant des solutions de socialisation de la valeur produite. Rappelons toutefois que quand une entreprise atteint une situation de monopole il paraît tout naturel de la nationaliser (avec démocratie économique des travailleurs et autres instances : citoyens, collectivités locales etc.). Pour ne pas que ce numéro ne paraisse trop sec, trop « boulot boulot », rassurez-vous, il contient également des choses plus légères, des bandes dessinées, des poèmes, des dessins, des photos, car la révolution sera aussi créatrice, n’hésitez donc pas à nous écrire, nous envoyer vos textes, dessins, BD, photos etc. Nous recherchons vivement des dessinateurs, des graphistes, des écrivains et des photographes pour collaborer à nos publications.

Bonne lecture tout de même, Ahou voilà qui est dit et excusez si redites il y a !

 

Ici la déclaration du Conseil National de la Nouvelle Résistance lue le mercredi 27 mai 2020 dès 20h30 place Wilson à Brest qui semble avoir convenu à pas mal de monde…



Pour aller plus loin encore, privilégions la valeur d’usage :

L’économie comme tyrannie de la valeur

Pour le coup, il y a bien un règne dont tous ces cinglés ne sont que les fonctionnaires symboliques et les ventriloques inconscients : le règne de l’économie précisément. Mais alors définissable comment ? Comme la tyrannie de la valeur d’échange autonomisée et fétichisée. C’est dire si Marx n’est pas près de sortir de notre horizon intellectuel. L’économie, au sens contemporain du terme, c’est la production de valeurs d’usage monstrueusement colonisée par la valeur d’échange devenue folle, à savoir : la production finalement indifférente à ce qu’elle produit, gouvernée exclusivement par la perspective de la mise sur le marché en vue de la conversion monétaire et de l’accumulation indéfinie. Le capital financier porte à son dernier degré de pureté la logique de la valeur d’échange — et ça n’est pas un hasard que le néolibéralisme l’ait placé en position de dominer la totalité de la vie économique. L’indifférence aux contenus substantiels y est poussée à l’extrême : peu importe d’investir dans les yaourts, les armes, ou le PQ, l’essentiel est le retour. »

Extrait de l’article « En sortir » — mais de quoi et par où ? de Frédéric Lordon :

https://blog.mondediplo.net/en-sortir-mais-de-quoi-et-par-ou

Des idées d’un autre monde sur le blog de Frédéric Lordon hébergé par Le Monde Diplomatique :

https://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-

Digital Camera


Digital Camera


S’organiser

 

“J’cours, tout seul, je cours et je me sens toujours tout seul”

dit la chanson.

 

Le refrain semble coller à une certaine pratique militante. Fût un temps on l’aurait peut-être appelée « aventurisme révolutionnaire ». Il s’agit ici de se précipiter à l’abordage, appeler à une manif en avant-garde semi-éclairée, croyant à une pensée magique. Pourtant, qu’en est-il concrètement de la réalité matérielle ? Les « masses » (vieux mot politique lui aussi) ne sont pas là. Peu de gens dans les rues (excepté la manifestation Justice pour Adama du 02/06/2020 à Paris qui s’est déroulée depuis l’écrirure de cet article…), surtout un regain d’activité frondeuse sur les réseaux sociaux. On peut anticiper que la crise économique s’amplifiant voire se transformant en crise financière, il y ait plus de gens mécontents, appauvris : PME/TPE qui risquent de déposer le bilan, plus de chômage etc. Autrement dit, s’il ne se passe rien, ce n’est pas des militants, tout à se démener qui feront surgir en masse une foule éparse dans la rue par un coup de pensée magique. Puisque je l’ai souhaité ça adviendra. La chose vaut aussi pour toute personne du cortège de tête qui croirait qu’un cycle violence/répression ferait suivre par la puissance de la multitude c’est à dire la grande masse de la population. Mais de les voir se retourner : ils risquent de ne trouver personne derrière eux ou insuffisamment ?… Mais la mort de George Floyd survenue récemment pourrait bien être l’événement qui amène plus ou moins spontanemént dans les rues des gens que l’on n’avait pas l’habitude de voir dans nos manifestations et ainsi augmenter leur affluence.

« Une analyse absolument objective, partant de ce qui est et non de ce qu’on désire, conduit ainsi à la conclusion que, des deux côtés, se prépare un nouveau conflit social et qu’il éclatera de façon inéluctable, presque mécanique. »

dit Léon Trotsky dans « Où va la France ? »

 

Beaucoup de petits patrons au début du mouvement des Gilets Jaunes ! On a parlé d’une classe moyenne basse périurbaine qui s’était rebiffée… La logique de l’histoire serait que ces catégories enflent et que nombre de Gilets Jaunes de la première période embrayent sur la seconde, voire en soient le moteur, réseaux militants plus structurés désormais aidant. La situation semble potentiellement révolutionnaire et le sera à moyen terme. Alors que faire si l’on ne peut pas dans l’immédiat créer un mouvement de masse avec des rassemblements toujours interdits à plus de dix personnes, une répression policière et des moyens de police et de surveillance décuplés (commande de matos pour « taper », Loi Avia… ) ?

 

Pour ne pas précipiter et s’épuiser à la tâche mais bien s’organiser structurellement, voici quelque idées :

 

I) STRUCTURER

1) Recruter : chaque militant pourrait ramener au moins une personne. Peut-être ici aider des personnes hésitantes à s’engager à franchir le pas. Il conviendra ici de « relancer » des Gilets Jaunes de la première heure démobilisés en les contactant personnellement et d’inonder le web, les réseaux sociaux pour cela.

2) Répartir les tâches : avec ce recrutement, les tâches déjà effectuées et nouvelles doivent être mieux réparties, permettant à chacun d’augmenter sa puissance militante.

3) Identifier des alliés potentiels : ou plutôt des classes ou couches sociales qui ont ou auront les conditions matérielles d’existence telles qu’elles soient susceptibles de lutter (exemple : les quartiers populaires, les catégories citées ci-dessus).

Digital Camera

II) PROPAGANDE

1) Occuper le WEB, les réseaux sociaux, proliférer.

2) Journaux : pour exposer des idées positives partant de la vie quotidienne puis élargissement théorique (notamment pour de futurs « cadres »/ »éléments moteurs », nous avons conscience que le premier mot peut choquer ! : polyvalents, assidus, sachant organiser et argumenter etc.)

3) Relancer les boucles de mails, téléphoniques, What’s App etc.

4) Occuper les murs de la ville : agit-prop, journaux muraux, expression murale…

Privilégier les catégories citées précédemment et aussi recruter puis relancer la boucle.

 

III) Tout ceci peut s’accomplir tout en renforçant les réseaux existants, les liens avec les groupes militants déjà constitués déjà amis et élargir à d’autres.

IV) Le but est d’amener de plus en plus de gens en partant de la vie quotidienne, ce qu’ils subissaient ou subiront du pouvoir économique et politique, à élargir à une critique globale.

 

Ainsi, si soulèvements plus ou moins spontanés il y a, nous aurions été au préalable en liens directs de terrain de secteurs s’étant peu mobilisés comme des gens des « quartiers populaires » pendant les Gilets Jaunes, la dernière grève débutée le 05/12/2019 et avant cela les Lois travail. Mais depuis l’écriture de cet article la situation pourrait évouler très rapidement concernant la mobilisation de quartiers populaires…

C’est bien des pistes de solutions alternatives qu’il convient d’avancer pour donner envie de rejoindre le mouvement social, ne pas uniquement se baser sur l’opposition. Car un processus révolutionnaire peut être engagé, encore faut-il savoir ce que nous voulons, en plus de ce que nous ne voulons pas. En clair, on ne peut pas baser une révolution uniquement sur le refus, encore faut-il une alternative positive si le but est un processus de sortie du capitalisme.

Ici quelques idées avancées par des « intellectuels » :

Digital Camera

 


Digital Camera

Le temps des boucs émissaires

 

L’on glisse vers le fascisme, une certaine forme de poujadisme à minima. Le “petit peuple” va être excité par ces hommes et femmes politiques, journalistes, capitalistes qui en ont intérêt. C’est déjà ce qui se passait lorsqu’il était dit par le gouvernement que les Gilets Jaunes avaient ruiné le petit commerce de proximité. Et bien sûr le problème n’était pas par exemple un grand groupe américain comme Amazon et sa vente en ligne, l’étalement urbain et l’extension des grandes surfaces toujours plus permises par les pouvoirs publics etc.

D’un autre côté ils continueront à invoquer le brave travailleur prêt à s’user à la tâche des heures et des heures sans discontinuer contre la feignasse de chômeur désignée responsable de son sort. Ce n’est donc pas les conséquences d’un système économique dérégulé, non bien sûr ! Ce n’est pas la libre concurrence, la rivalité commerciale acharnée visant à toujours baisser les coûts, les salaires, qui est responsable du chômage ?

Autre bouc émissaire possible : l’immigré ou enfant d’immigrés, le migrant : le coup classique. Il suffit d’exacerber des différences culturelles, de dire qu’ils ne veulent pas s’intégrer, piquent nos boulots, sont violents, volent, dealent du shit et violent nos femmes, soit le vieux fond de commerce lepéniste, de Zemmour qui a pignon sur rue… Macron et sa clique ne sont pas loin derrière !..

A contrario sont choyés ceux qui sont chargés de maintenir l’ordre inégalitaire sans être payés beaucoup plus que ceux qu’ils tabassent : les flics (et encore des heures supplémentaires leur restent impayées mais ils ont eu une prime, comme d’habitude…) . Ils seront félicités par ce brave Castaner et l’officier Lallement…

Le Gilet Jaune lui, pourra cumuler à peu près toutes les tares car vu comme classe dangereuse : violent, antisémite, homophobe et j’en passe tellement il y a eu de calomnies. Et bien sûr, pas progressiste pour un sou. Il incarnera le « rétrograde », celui qui pense mal. À tous les échelons, bien souvent à gauche et même dans le camp « rouge et noir » disons !.. Il faut croire qu’ils ont perdu l’habitude de côtoyer le prolétaire. Ou alors, tout bonnement ils plaquent leur idéologie (si l’on peut encore parler d’idéologie) sur la réalité, le prolo devrait y correspondre sous peine d’être désavoué rapidement. Une partie de la classe ouvrière, des employés a voté Rassemblement National et c’est à déplorer. Mais une fois que l’on a fait ce constat là que fait-on ? Juste dire « vous pensez mal », vous êtes des cons je n’vous aime pas ? Ou convaincre ? Du moins essayer. Pas toujours facile, souvent éprouvant, mais du moins plus passionnant que l’entre-soi gauchiste, de ceux qui pensent plus ou moins pareil ou se chamaillent en exagérant de petites différences, mais contents de se retrouver « faire » ensemble… sans trop se soucier d’élargir, d’avoir la force du nombre, organisant nombre de manifestations, actions, sans jamais trop le faire savoir. Sortez de votre milieu vous allez voir c’est passionnant !

Ahou voilà qui est dit.

 

PS : en espérant que cet article ne favorise pas trop quelque penchant pleurnicho-victimaire, excusez par avance pour cette horrible méchanceté ! Lorsque le peuple criera famine (et c’est déjà par endroits le cas), il ne sera plus temps de minauder, autant s’y préparer à l’avance.

« tous les univers sociaux ont à se réfléchir, et aussi à être réfléchis – du dehors. Du dehors, parce que les forces de la complaisance sont de redoutables ennemies de celles de la lucidité, et que la réflexivité s’exerce toujours au risque du déplaisir de ne pas se voir exactement conforme à l’idée qu’on se fait de soi-même ».

Pierre Bourdieu

Digital Camera


1


Digital Camera

Démocratisme débile

Chacun doit donner son avis sur tout et n’importe quoi, le Moi est sacré il faut qu’il se vide ! Toute « spécialisation » sera vue comme accaparement de pouvoir. Tout le monde fait donc un peu tout et un peu rien à la fois. Autrement dit, il y a des choses à faire mais quant-à savoir qui les fera ? Oh il y aura bien quelqu’un pour le faire. De bonnes âmes se dévoueront jusqu’au point où elles lâcheront tout d’un coup car en ayant marre d’y être préposés implicites. On ne veut pas instituer des rôles précis mais dans les faits ils se cristallisent très souvent. On fait comme si tout était toujours au même niveau, rien ne dépassait, qu’il n’y avait pas de vie finalement, que des êtres inertes !.. Hypocrisie.

Autre gabegie : l’horizontalité n’amène t-il pas parfois trop de lenteur et donc une propension à louper le coche, réagir trop tard et toujours à contretemps ? La réponse est dans la question, ahou ça fait mal !

Digital Camera

Préhistoire : le retour

Pas de comptes-rendus, même à minima c’est à dire factuel, amène à laisser les gens dans la confusion. Il suffit de ne pas pouvoir assister à une réunion pour être largué. Seuls les plus assidus, les personnes souffrant d’agéisme seront récompensées de leur conduite. Peut-être les mêmes pesteront en permanence contre toute élévation de pouvoir de tel ou tel, s’en augmenteront de fait d’une dose par leur savoir acquis en Assemblée Générale… D’une AG l’autre l’histoire peut se réécrire.

IMG_20200529_145519

Entre-soi et sectarisme

Il est pratique de ne pas se confronter au monde, se retrouver entre copains, des gens qui pensent comme nous, l’on est forcément plus à son aise !.. Mais est-ce ça la politique ? Le but n’est-il pas plus d’ouverture pour s’aider à grandir, gagner en nombre et des gens à ses idées si l’on pense qu’elles doivent être partagées ? Surjouer narcissiquement la différence ? Se complaire dans un radicalisme aventuriste, ostentatoire et héroïque ? Organiser des actions et ne pas ou mal le faire savoir ? Manque de confiance dans d’hypothétiques nouveaux petits camarades si ouverture et médiatisation il y a ?Rien de tout ça n’existe parmi nous bien sûr. 300.000 personnes le 17 novembre 2018 d’après le Ministère de l’intérieur, 1.300.000 d’après le groupe Policiers en colère ! Ce n’est selon nous pas encore suffisant malgré ceux qui croient qu’un nombre restreint peut suffire à bloquer les flux (de marchandises). Cela paraît surtout comme un accommodement à une mobilisation trop faible. C’est bien d’un véritable mouvement de masses dont nous avons besoin. C’est pas gagné et compliqué, ça c’est sûr, mais plaçons-nous plutôt dans cette perspective là plutôt que sans cesse sembler nous rétracter, nous replier sur nous-mêmes ou sans arrêt partir de zéro. Basons-nous aussi sur ce qui existe déjà pour si c’est viable et possible le développer.

Digital Camera


2


Du beau du câlin du pangolin, notre rubrique Arts et douceur

 

Feux de bois

Pouvoir de nuisance par le mégotage, l’ergotage sur tout. Couper les cheveux en quatre sur tout ce qui traîne. À force d’horizontalité ils ne voient plus l’horizon. Ils tournent en rond, s’accrochent aux basques sempiternellement des orateurs, organisateurs, faiseurs pour les tirer vers le bas. L’égalité ce sera quand plus une tête ne dépassera. Alors nous pourrons nous étendre repus, fiers de nos échecs, à scruter la nouvelle aurore.

Une étincelle, une explosion plus ou moins spontanée, ils accourent pour enlacer leur nouveaux chevaux, de bois à force qu’ils sclérosent ce qui vivait le muscle saillant.

La puissance s’éteint, à l’ombre des arbres de satin.

 


3


Digital Camera

Les Assemblées des Assemblées

ou la démocratie stérile

 

Après avoir participé à 4 des 5 Assemblées des Assemblées (ADA), un peu de déception tout de même. Nous essayerons ici de ne pas être trop long mais d’apporter des critiques constructives espérons-le si elles sont prises en compte. Pour résumer le « mal » : une horizontalité stérile. Nous pensons que si horizontalité il y a, elle doit servir lors de groupes de travail à planifier des choses concrètes : communication interne et externe, préparation de grandes manif/actions avec un plan de communication (communiqués de presse, réseaux sociaux etc.), formation à des outils informatiques pour fluidification et extension de notre réseau, formation de militants etc. Car si l’on refait à chaque fois le monde, si jamais rien n’est décidé, en un mot s’il n’y a pas ici une accélération verticale (horreur le mot est jeté), nous nous condamnons à débattre sempiternellement pour nous mettre d’accord et ne remuer pas grand-chose dans le corps social. Nous pensons que la propagande, de développer nos propres médias, l’« éducation » populaire sont essentiels. Les ADA participent certes à cette dernière et à « former » des militants, mais ces groupes de discussion devraient prendre moins de place et les groupes de travail ad hoc étaient jusqu’ici l’exception en libre association (auto-organisation) : nous pensons qu’il faut en faire la règle.

Mettre tous les médias GJ en relation nous paraît essentiel afin de mutualiser nos matériels, nos savoirs, nos liens. Ce fût souvent en « off » que ces liens se firent, désormais pourquoi pas favoriser plus encore ces échanges en les provoquant…

Ce problème d’horizontalité qui se mord la queue où pas grand-chose n’est décidé ou avance à pas de tortue, nous le rencontrons au niveau local, départemental, régional et donc national dans le mouvement des Gilets Jaunes et dans le milieu militant en général. Vu la crise économique qui ne fait que commencer, son lot de chômeurs et la faim qui arrive déjà dans certains endroits du territoire (dans le 93 par exemple), nous pensons que l’heure ne sera plus à discuter tranquillement mais bien d’agir. Nos phrases devront être pensées lors des ADA dans la perspective d’une action concrète.

Nous devons sortir des ADA avec des documents (des appels par exemple) pouvant être diffusés rapidement et facilement accessibles par le plus grand nombre et non pas être ensevelis par des masses de documents que peu de monde lira et qui nous arrivent lorsque l’ADA est déjà sortie de la couverture médiatique déjà très faible : sortir des ADA avec un plan d’actions concrètes !

Les délégués doivent décider, acter/voter, travailler librement lors des ADA. S’ils ont été mandatés c’est que leur base avait confiance en eux. Et de toute façon si trahison il y a les autres délégués venant de toute la France sont suffisamment nombreux pour contrebalancer et toute incurie individuelle est noyée dans la masse du groupe. De plus, un « mauvais » mandaté peut se faire éconduire une fois revenu en sa localité et quant à ceux qui participent à leur assemblée locale, personne ne les force arme au poing à accepter tout texte, décision qui serait prise à l’ADA. Car il faut y prendre des décisions sans surestimer non plus leur importance, nous ne voterons pas aux ADA par exemple l’invasion de la Pologne, ce qui engagerait fortement les mandatés ayant voté pour et pourrait être remis en cause par leur base, si toutefois celle-ci ne les avait pas mandatés tout spécialement pour cela. Sinon, l’’expérience a montré que s’effectuaient des aller-retours sans fin avec la base et le sommet (les ADA) faisant que des appels et des actes forts de l’ADA ne pouvaient jamais se faire dans les temps voire être validés, relayés notamment par la Presse…

Il faut évincer ce qui serait trop procédurier sinon nous ne nous en sortirons pas et l’ADA risque d’être encore moins fréquentée. De plus, on ne compte plus le nombre de décisions annoncées à l’ADA et qui se sont évadées dans la nature ou sans aucunes personnes concrètement affectées à la tâche pour les mettre en pratique.

Digital Camera

Attention que cette volonté de démocratie à tout crin ne nous amène pas une coquille vide sans aucun pouvoir, soit un club de discussion, c’est moins que rien, certes, mais pas suffisant.

Pour ce qui est d’alternatives au capitalisme, un cheminement révolutionnaire se fera en pratique au vues des circonstances et les réflexions se font déjà localement ou individuellement… Nous pouvons tenter de l’anticiper, de l’orienter… Nous pouvons évoquer des pistes et en écrivant cet article nous tentons de le faire modestement, mais rien n’arrivera clef en main, il faudra toujours faire des aller-retours entre la réalité se déployant sous nos yeux et la théorie, être créatif !..

Par ailleurs, même si nous pouvons nous y préparer et cela développe nos réflexions, l’écriture d’une constitution par exemple arrive généralement après une prise de pouvoir révolutionnaire, le temps est à l’action !

En toute amicalité mais il parfois savoir remuer le cocotier en espérant que des fruits suffisamment mûrs en tombent !.. Bon me direz-vous ce seront fortement des noix de coco ce qui amène peut-être trop d’uniformisation… j’avoue, la métaphore ne fonctionne pas très bien.

 

La prochaine Assemblée des Assemblées (nationale) des Gilets Jaunes aura lieu en Île de France :

Communiqué du collectif d’organisation ADA6 (10 mai 2020)

Digital Camera


 

La pandémie de Covid-19 a révélé plus encore l’incompétence de la Macronie et sa violence pour les plus pauvres, les plus fragiles d’entre-nous.

 

Ne regarde pas en bas C'est en haut que ça se sert

pouvait t-on lire sur les murs de la ville de Brest. C’est vrai, c’est bien ce gouvernement et les ultra-riches qu’il sert qui nous ont foutu dans ce pétrin. Par idéologie il n’y eut donc pas de planification de la production pour des besoins vitaux : masques, gels hydroalcooliques, matériel médical en général etc. Ainsi, dans un pays riche comme la France on manquait de tout. Pas de réquisition d’entreprises, encore moins de nationalisations ! Juste le libre marché qui devait continuer… Et chacun de se « battre » pour accéder aux masques… Le droit du travail a lui été une fois de plus bafoué. Des primes, des médailles, plutôt que des augmentations de salaire pour les soignants. Quelle honte !

Souvenez-vous aussi d’Édouard Philippe qui consacra un conseil des ministres le 29 février dernier à faire passer la réforme des retraites par l’article 49.3 plutôt qu’au sujet initialement prévu : la Covid-19.

On passera rapidement sur Agnès Buzyn qui déserta son poste de ministre des Solidarités et de la Santé pour remplacer à la candidature à la mairie de Paris un onaniste forcené et vidéaste à ses heures !..

Sibeth Ndiaye ? Pour détourner l’attention ? Summum de médiocrité ? Peut-être un peu tout ça. Dans son esprit, même si le mot semble trop fort la concernant, les enseignants ne travaillaient pas mais gracieusement elle ne vouilait tout de même pas de les envoyer aux fraises !.. Il serait trop long d’épuiser la liste d’imbécilités qu’elle déversa toute honte bue, bien tranquillou.

Castaner lui s’est distingué dernièrement en s’attaquant à Camélia Jordana qui déplorait juste une réalité objective : le racisme et les violences qui en découlent dans la police . C’est comme quand il disait qu’il n’y avait pas d’images de violences policières en France. Ça doit être vachement pratique de s’arranger comme ça avec la réalité ! Dire tout, et n’importe quoi, sans broncher, ça passe…

Son fier préfet de police, de Paname, excusez du peu, l’homme qui porte si bien son nom, à la casquette surdimensionnée -ou est-ce sa tête qui a rétréci ? il est à craindre que la réponse n’arrive qu’après le vaccin- Lallement donc n’en fut pas lui non plus à une connerie prête : si les gens sont malades c’est qu’ils n’ont pas été sages ! Voici ce que l’on pouvait lire le concernant, encore une fois sur les murs de Brest

Digital Camera

Passons sur les autres sbires : Blanquer, Belloubet etc. Face à cette clique aux affaires au service des ultra-riches que devons-nous faire ? Nous unir pour préserver la société car ils veulent faire repartir la machine économique sans trop de soucis écologique, ou plutôt avec une mince couche de vert. Mais dessous la carcasse reste pourrie. Il faut reprendre les rênes pour ne pas aller tout droit dans le mur.

Digital Camera


« C’est un peu comme si votre maison menaçait de s’effondrer et que vous débattiez en Assemblée Générale de quelle couleur il faut repeindre les murs, au consensus bien sûr, la majorité c’est la dictature !« 

 

Ahou

« C’est dans la contradiction que l’on avance. »

 

Un dialecticien quelconque sûrement

« Avoir une vision claire du passé, comprendre le présent, anticiper l’avenir.« 

 

(De l’usage des lectures, pour une juste compréhension du réel)

« Gilets Jaunes, quartiers populaires, mêmes violences (subies) même combat !« 

 

(Même s’il faut rappeler que des habitants des quartiers populaires les subissent depuis bien plus longtemps…)

Digital Camera


Digital Camera

Des liens

En libre téléchargement pour imprimer :

Je ne peux plus respirer

Pour imprimer en grand format les messages suivants (une lettre par page…) :

IMG_20190726_152418


Digital Camera

Pour s’abonner à notre page Facebook Gilets Jaunes Brest :

https://www.facebook.com/Gilets-Jaunes-Brest-100777704988059/

Vous pouvez aussi vous abonner à notre blog relayant l’actualité des luttes de la région brestoise et ainsi être prévenu par mail dès qu’une nouvelle publication y figurera . Pour cela : aller sur https://giletsjaunesbrestois.home.blog/ puis cliquez sur le bouton « Suivre Gilets Jaunes Brest« .

Nous y relayons toutes les infos allant dans le bon sens concernant les luttes sociales et écologiques de la région brestoise (et parfois d’autres échelons…), l’activité culturelle et d' »éducation » populaire en lien avec la politique. Plus que jamais nous voulons participer à notre modeste échelle à un changement d’hégémonie culturelle visant à aller vers une société plus juste et égalitaire, viable écologiquement.

 

N’hésitez pas nous envoyer vos contributions pour le Ahou numérique à ahou@riseup.net : textes, dessins, BD, photos, photomontages etc.

giletsjaunesbrest@protonmail.com

www.giletsjaunesbrest.com

La grande marche du capital DESSIN SEULLe monde d'après n'aura pas lieu


N’hésitez pas à partager ce numéro, Ahou portez-vous bien et à bientôt !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s