Revue de presse au 24/04/2020

AHOU numérique n°3 (23/04/2020)


Coronavirus : 8500 respirateurs produits pour rien ? Le gouvernement se défend-LCI


Gilets Jaunes Rungis IDF

PENDANT QUE LE PEUPLE CRÈVE EUX SE SOIGNENT ET SE TEST ET ESSAYE DE DÉPLACER LE PROBLÈME AUX BANLIEUES ILS AURONT DES COMPTES À RENDRE

 

94674134_558360548443985_2756167465456107520_n


Nuit d’émeutes dans les quartiers, crachats sur la police en Bretagne. Tout le monde déteste la police pendant le confinement.-ROUEN DANS LA RUE


Nantes Révoltée

TOULOUSE : DE LA GARDE A VUE POUR UNE BANDEROLE !

L’expression « Macronavirus » est-elle un « outrage au chef de l’État » ? –

Au nom de « l’état d’urgence sanitaire », le gouvernement nous impose des mesures liberticides drastiques depuis des semaines. Assignation à résidence générale, sauf pour celles et ceux qui doivent travailler. Des centaines de milliers d’amendes pleuvent sur la population, et les violences policières les plus barbares se déchainent dans les quartiers.

Dans ces conditions, l’une des dernières options pour manifester son opinion, reste de déployer une banderole. Depuis le début du confinement, ce sont donc des dizaines de banderoles poétiques, créatives, révoltées, qui sont apparues aux fenêtres et aux balcons de tout le pays.

Le régime policier s’enfonçant chaque jour d’avantage dans la violence et l’absurdité, c’est à présent cette liberté infime, la liberté d’afficher une banderole qui est attaquée.

A Paris d’abord, une banderole « Macron, on t’attend à la sortie ! » a été retirée suite à une visite de la police. A Caen, la police municipale s’est présentée dans un domicile pour faire enlever le message : « Il y en a de l’argent magique : du fric pour le service public ! » et pour passer un interrogatoire à un habitant. A Marseille, une bâche critiquant l’inégalité d’accès aux tests avait provoqué des perquisitions illégales et des intimidations dans une habitation.

Une étape supplémentaire vient d’être franchie à Toulouse. Le 21 avril la police est arrivée chez des habitants pour leur ordonner de décrocher la banderole affichée devant chez eux : « Macronavirus, à quand la fin », et « soutien au personnel hospitalier ». Après avoir fait enlever les banderoles – ce qui est illégal – les agents ont réclamé l’identité d’un habitant. Et dès le lendemain, les forces de l’ordre rentraient dans le jardin sans autorisation pour convoquer cette personne ce 23 avril.

Elle s’y est rendue et a immédiatement été mise en garde à vue. Motif ? Outrage au chef de l’État ! Elle a été interrogée en vue de donner l’identité de ses colocataires, ce qu’elle a refusé tout comme le chef d’inculpation. En sortant de garde à vue, la police lui fait comprendre que cette affaire n’est pas terminée et que ses colocataires allaient également être convoqués.

Le jeu de mot « Macronavirus » a été utilisé des dizaines de milliers de fois lors des manifestations géantes contre la réforme des retraites. Il a été scandé, tagué, peint sur des banderoles et des affiches, publié sur internet. A présent, cette simple expression ironique semble être considérée comme un crime de lèse majesté, et vaut une enquête et un passage au cachot. C’est une atteinte de plus aux libertés les plus élémentaires, sans possibilités de réagir collectivement à cause du confinement.

Jusqu’où ira ce régime kafkaïen ?

Sources :

http://www.npa31.org/?Repression-politique-a-Toulouse-En-garde-a-vue-pour-une-banderole-sur-sa-maison

https://www.revolutionpermanente.fr/Repression-Quand-la-police-intervient-a-domicile-pour-retirer-des-banderoles-aux-fenetres-a-Paris

94521486_2911738705528950_4918961873002430464_o


Cerveaux non confinés : et si ce 1er Mai, nous désobéissions ?

La psychose et la peur n’ont jamais éradiqué une pandémie, mais elles ont déjà mis des peuples à genoux. Les discours volontairement anxiogènes, incohérents, schizophrènes et ambigus du gouvernement, du patronat et des médias ont réussi à faire accepter au plus grand nombre un confinement, qui à défaut de protéger réellement les travailleurs, est avant tout d’ordre politique.

Les craintes d’une partie considérable de la population vis-à-vis de la maladie sont réelles et légitimes, tout comme la défiance, elle aussi légitime, vis-à-vis du gouvernement. Il faut prendre ces ressentis en compte pour élever le débat et déceler les actions à mener et les mesures à prendre.

93670652_3075333932532282_5123604059495858176_o


Fnac. Chantage sur les salaires pour imposer aux salariés des semaines à 43h !-RÉVOLUTION PERMANENTE


Coup de pub : Casino offre des masques aux soignants mais les salariés travaillent sans prime ni protection-RÉVOLUTION PERMANENTE


Boeing veut 60 milliards de dollars d’argent public tout en supprimant 7000 emplois-RÉVOLUTION PERMANENTE


Chute des cours du pétrole: plusieurs pays menacés d’effondrement-LE TEMPS


Etats-Unis. Des bandes armées de militants d’extrême-droite protestent pour la réouverture des entreprises-RÉVOLUTION PERMANENTE


La France croule sous les masques, C8 et CNews militent pour le déconfinement de la bêtis-TÉLÉRAMA (Samuel Gontran)


« La révolte au temps du coronavirus », par Manon Le Bretton-QG



Le Vent Se Lève

La crise du coronavirus a fait voler en éclats le mythe de la solidarité européenne : l’UE s’est montrée incapable d’y faire face collectivement, réduisant les États-membres à opter pour des solutions nationales. La pandémie a aussi été le révélateur d’inégalités et de blocages au sein de l’Union. Alors qu’une crise économique majeure se profile, l’UE ne semble pas à la hauteur de la situation et risque l’explosion. Décryptage.

VIDÉO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s