Revue de presse au 23/03/2020

90498171_2793936870705180_6925462287503327232_o


Municipales : des assesseurs positifs au coronavirus, une semaine après le premier tour-NOUVEL OBS


90391936_715983438938917_2477071243497439232_o


Cerveaux non disponibles

Va falloir prévenir Netflix pour la prochaine saison de Black Mirror, la réalité a pris de l’avance…

A Paris, les drones de la police survolent les rues en diffusant des injuctions à rentrer chez soi…

Ultra sécuritaire. Ultra Flippant

https://www.facebook.com/cerveauxnondisponibles/videos/206501290634212/


Rouen dans la rue

🛑 LES PATRONS POURRONT IMPOSER AUX SALARIÉS DE PRENDRE DES CONGÉS PAYÉS PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

Le projet de loi d’urgence contre le Covid-19 a été adopté hier. Il prévoit la possibilité pour les employeurs d’imposer jusqu’à six jours de congés à leurs salariés pendant la crise sanitaire. Petite inflexion : Un accord d’entreprise préalable sera toutefois nécessaire. Mais le chantage à l’emploi saura faire céder les syndicats récalcitrants. C’est donc aux salariés de payer les frais de la crise sur leurs vacances. Et ça n’est que le début.
Décathlon avait déjà imposé une telle mesure à ces salariés une telle mesure. L’entreprise est maintenant couverte par cette nouvelle mesure.
Donner plus de pouvoir aux patrons et faire payer les travailleurs, c’est fait !

Sources :
https://www.francetvinfo.fr/…/coronavirus-cinq-questions-su…

https://fr.finance.yahoo.com/…/decathlon-impose-prise-cong%…

90349553_715931448944116_5283725508352147456_o


Voilà les effets de la loi d’urgence sanitaire de Macron 😡😡😡

La Maconie toujours aux ordres de l’oligarchie «quoi qu’il en coûte»… aux salariés.

Je rappelle que Décathlon appartient à la famille Mulliez, qui possède également :

Auchan
Boulanger
Flunch,
Les 3 Brasseurs
Leroy Merlin,
Bricoman
Brice, Bizzbee et Jules
Kiabi, Pimkie, Phildar
Cultura
Electro Dépôt,
Weldom,
Saint-Maclou
Midas, Norauto

Coronavirus : le groupe nordiste Decathlon impose congés et RTT pendant la période de confinement-FRANCE 3


Coronavirus : l’usine Airbus à Toulouse redémarre, « c’est un signal qui place l’économie avant nos vies » dénonce la CGT-FRANCETVINFO.FR


« Nous vous demandons de faire grève » : 400 infirmières incitent les Italiens à suivre l’appel à la grève générale de l’USB

Faites-le pour nous” : en Italie, quatre cents infirmières ont lancé un appel à participer à la grève générale du mercredi 25 mars. Initié par l’Union syndicale de base, syndicat de classe et affilié à la Fédération Syndicale Mondiale, cet appel à la grève générale a un objectif clair : contraindre le gouvernement à fermer toutes les usines et services non essentiels.


Cerveaux non disponibles

Paroles de déshonneur-VIDÉO CND


Cerveaux non disponibles

 

⚫FAIRE CULPABILISER LES CITOYENS ⚫
Par Attac Italie.

Une des stratégies les plus efficaces mises en œuvre dans toute situation d’urgence par les pouvoirs forts consiste à culpabiliser les individus pour obtenir d’eux qu’ils intériorisent la narration dominante sur les événements en cours, afin d’éviter toute forme de rébellion envers l’ordre constitué.

Texte de Marco Bersani (Attac Italie)

Cette stratégie a été largement mise en œuvre dans la dernière décennie avec le choc de la dette publique, présenté comme la conséquence de modes de vie déraisonnables, où l’on vivait au-dessus de ses moyens sans faire preuve de responsabilité envers les générations futures.

L’objectif était d’éviter que la frustration due à la dégradation des conditions de vie de larges couches de la population ne se transforme en rage contre un modèle qui avait donné la priorité aux intérêts des lobbies financiers et des banques sur les droits des individus.

C’est bien cette stratégie qu’on est est en train de déployer dans la phase la plus critique de l’épidémie de coronavirus.

L’épidémie a mis le roi à nu et fait ressortir toutes les impostures de la doctrine libérale.
Un système sanitaire comme celui de l’Italie, qui jusqu’il y a dix ans était l’un des meilleurs du monde, a été sacrifié sur l’autel du pacte de stabilité : des coupes budgétaires d’un montant global de 37 milliards et une réduction drastique du personnel (moins 46.500 personnes, entre médecins et infirmièr.e.s), avec pour brillant résultat la disparition de plus de 70.000 lits d’hôpital – ce qui veut dire, s’agissant de la thérapie intensive de dramatique actualité, qu’on est passé de 922 lits pour 100.000 habitants en 1980 à 275 en 2015.

Tout cela dans le cadre d’un système sanitaire progressivement privatisé, et soumis, lorsqu’il est encore public, à une torsion entrepreneuriale obsédée par l’équilibre financier.

Que la mise à nu du roi soit partie de la Lombardie est on ne peut plus illustratif : cette région considérée comme le lieu de l’excellence sanitaire italienne est aujourd’hui renvoyée dans les cordes par une épidémie qui, au cours du drame de ces dernières semaines, a prouvé la fragilité intrinsèque d’un modèle économico-social entièrement fondé sur la priorité aux profits d’entreprise et sur la prééminence de l’initiative privée.

Peut-on remettre en question ce modèle, et courir ainsi le risque que ce soit tout le château de cartes de la doctrine libérale qui s’écroule en cascade ? Du point de vue des pouvoirs forts, c’est inacceptable.

Et ainsi démarre la phase de culpabilisation des citoyens.
Ce n’est pas le système sanitaire, dé-financé et privatisé qui ne fonctionne pas ; ce ne sont pas les décrets insensés qui d’un côté laissent les usines ouvertes (et encouragent même la présence au travail par des primes) et de l’autre réduisent les transports, transformant les unes et les autres en lieux de propagation du virus ; ce sont les citoyens irresponsables qui se comportent mal, en sortant se promener ou courir au parc, qui mettent en péril la résistance d’un système efficace par lui-même.

Cette chasse moderne, mais très ancienne, au semeur de peste est particulièrement puissante, car elle interfère avec le besoin individuel de donner un nom à l’angoisse de devoir combattre un ennemi invisible ; voilà pourquoi désigner un coupable (« les irresponsables »), en construisant autour une campagne médiatique qui ne répond à aucune réalité évidente, permet de détourner une colère destinée à grandir avec le prolongement des mesures de restriction, en évitant qu’elle ne se transforme en révolte politique contre un modèle qui nous a contraints à la compétition jusqu’à épuisement sans garantir de protection à aucun de nous.

Continuons à nous comporter de façon responsable et faisons-le avec la détermination de qui a toujours à l’esprit et dans le cœur une société meilleure.

Mais commençons à écrire sur tous les balcons : « Nous ne reviendrons pas à la normalité, car la normalité, c’était le problème. »

90671375_2793694027396131_2904196485430116352_o


Comment le néolibéralisme a désarmé la France face au coronavirus-LE VENT SE LÈVE


90270497_220708212639311_8977176960895549440_n


Entretien avec un jeune retraité de la recherche pharmaceutique-LUNDI MATIN

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s